LA DISPUTE – MARIVAUX – (ATELIER 21O)+FRANZ WELSER-MOST (USA)

 

Une courte pièce, en un acte, de l’illustre Marivaux.

La pièce la moins connue parmi toutes ses œuvres.

 

Emmanuel Dekoninck(metteur en scène) : L’une des premières pièces écrites par Marivaux me fascine par le foisonnement de sentiments qu’elle dépeint et qu’elle inspire.

Elle est à la fois gorgée de pureté et dégoulinante de machiavélisme.

La raison y côtoie la chair brûlante. Il suffit d’un acte à l’auteur pour présenter l’homme dans toute sa complexité.

 

 LA DISPUTE- (EXTRAIT)

 

Le Prince : Vous savez la question que nous agîtames hier au soir. Vous souteniez contre toute ma cour, que ce n’était pas votre sexe, mais le nôtre, qui avait le premier donné l’exemple de l’inconstance et de l’infidélité en amour.

 

Hermiane : Oui, Seigneur, je le soutiens encore. La première inconstance ou la première infidélité n’a pu commencer que par quelqu’un d’assez hardi  pour ne rougir de rien. Oh !

Comment veut-on que les femmes, avec la pudeur et la timidité naturelle qu’elles avaient , et qu’elles ont encore depuis que le monde et sa corruption  durent , comment veut-on qu’elles soient tombées les premières dans des vices de cœur qui demandent autant d’audace, autant de libertinage de sentiment , autant d’effronterie  que ceux dont nous parlons ? Ce n’est pas croyable.

 

Le Prince : Pour bien savoir si la première inconstance ou la première infidélité est venue d’un homme , comme vous le prétendez, et moi aussi  il faudrait avoir assisté au commencement du monde et de la société.

 

Hermiane : Sans doute, mais nous n’y étions pas.

 

Le Prince : Nous allons y être : oui les hommes et les femmes de ce temps-là , le monde et ses premières amours vont réapparaitre à nos yeux tels qu’ils étaient , ou du moins tels qu’ils ont dû être ; ce ne sont peut-être pas les mêmes aventures , mais ce seront les mêmes caractères ; vous allez voir le même état du cœur , des âmes tout aussi neuves que les premières , encore plus neuves s’il est possible…

 

 PAUSE MUSICALE (musique présente dans la pièce)

 


 

Une courte pièce menée tambour battant par de jeunes comédiens, mis en scène avec bonheur et intelligence par Emmanuel Dekoninck , metteur en scène, oui mais comédien également.

 

 

IMG_1519.jpeg

 

 

 L’HISTOIRE : UNE EXPERIENCE CRUELLE

 

Ca commence donc par une dispute ( bien évidemment) entre le Prince et son « amie-maîtresse »,  Hermiane , pour savoir qui, de l’homme ou de la femme , est le premier infidèle en amour.

La question restant sans réponse, le Prince révèle à Hermiane une expérience initiée par son père.

Je viens de publier cette scène, ci-dessus.

 

Quatre enfants, deux filles –Eglé et Adine- et deux garçons – Azor et Mesrin- ont été enlevés et isolés dès le berceau.

 

Durant près de 18 ans, ils n’ont eu de contact qu’avec Carise et Mesrou , une femme et un homme au service du Prince qui, pendant tout ce temps , les a épiés.

 

Et le jour est venu, à leur adolescence, de faire se rencontrer les quatre protagonistes  pour mener l’expérience à sa fin et prononcer le verdict…

 

 

IMG_1786.jpeg

 

 

Emmanuel Dekoninck : Le spectateur se trouve quelque peu en  situation de voyeurisme, témoin d’une sorte de «  Truman Show » dans lequel ces quatre enfants évoluent sans réellement comprendre le monde qui les entoure , victimes de la perversité décadente et de la cruauté du Prince.

 

LA DISPUTE / MARIVAUX/  EMMANUEL DEKONINCK

 

Emmanuel : Ce qui m’intéresse dans cette pièce, c’est le contraste entre d’un côté la candeur, la naïveté , la cruauté et l’humanité de ces jeunes gens et , de l’autre , le jeu pervers d’un prince « scruteur »

 

Les deux jeunes couples ne sont autres que des ados faisant l’expérience fondatrice de « l’éveil du printemps ».

 

Ils ne sont que pulsions et jouissent sans comprendre ce qu’ils leur arrive. Le corps déborde, il prend le pouvoir. Le Prince, quant à lui  pour satisfaire sa raison scientifique (et pour séduire, convaincre ou troubler Hermiane) scrute le spectacle de ces passions fondatrices. Un double jeu pervers où le pervers cherche qui sera le plus pervers.

 

 

Sébastien Hébrant Sophia Geoffroy.jpg

 

 Ma mise en scène travaille donc sur le contraste, le face-à-face entre le monde réel, mais égaré dans le virtuel et le monde fabriqué (celui de l’expérience) mais sensuel et vivant.

 

En bas , le monde matériel, sensuel , avec ses pulsions , ses corps , ses objets , ses matières , un monde que l’on peut toucher et vivre , le monde des arts vivants , du mouvement et du théâtre…

 

 

2.jpg

 

 Emmanuel Dekoninck  nous introduit avec plaisir au cœur de cette pièce de Marivaux, très branché sur l’amour dans la plupart de ses œuvres théâtrales.

 

INSERT

 

Qui est le premier, de la poule ou de l’œuf ? Qui a, de l’homme ou de la femme, le premier trompé l’autre ? Vaste sujet , âpre Dispute.

 

 Cette pièce a été oubliée avec le temps !

 

 Elle a été réveillée bien plus tard, en 1973, grâce à Patrice Chereau, et ensuite redécouverte et rejouée abondamment.

 

 La jeunesse de Marivaux nous charme toujours, il suffit de voir des metteurs en scène l’a porter sur les planches, ce que fait  une nouvelle fois  Emmanuel Dekoninck, et il le fait remarquablement  bien.

 

 

Il aime travailler à fond une pièce, il l’a souvent démontré.

 

 Il aime aussi le répertoire d’auteurs classiques.

 

 Il vient donc de reprendre «  LA DISPUTE »   en y apportant quelques  additifs mais le texte de Marivaux est bien présent, et les comédiens  l’interprètent à merveille.

 

J’ajoute que les  pièces de Marivaux  accrochent toujours les metteurs en scène. On a pu s’en rendre compte tout dernièrement au Théâtre Le Public avec «  La seconde surprise de l’amour »…

 

Un magnifique travail  avec les acteurs qui nous font entendre  le texte  splendide et sublime de Marivaux.

 

90 minutes  de plaisir  à passer à l’Atelier 210 avec ces  8 comédiens exaltés, plein d’énergie , et qui affirment déjà un talent certain.

 

Ils ont été dirigés  de main de maître par Emmanuel Dekoninck !

 

Bravo à tous !

 

dispute1.jpg

 

Il y a de nombreuses scènes dans cette pièce, très différentes l’une de l’autre.

 

Il y a des moments qui relatent les premières sensualités de ces quatre jeunes. C’est très beau !  Très pudique même !

 

Il y en a une très drôle où les deux  garçons regardent leur sexe !

 

 

 

IMG_2038.jpeg

 

 Les scènes se passent dans le petit jardin fleuri du Prince.

 

 Je pense que toute l’équipe de «  La Dispute » attend avec impatience de  savoir comment le public, femmes, hommes, jeunes gens ,  réagissent…

 

Amis, qui me lisez en ce moment , vous avez jusqu’au 24 octobre pour découvrir avec délice cette œuvre ! 

 

IMG_1687.jpeg

 

 

GENERIQUE

 

Adaptation et mise en scène : Emmanuel Dekoninck

 

Interprètes : Camille Dawlat, Damien De  Dobbeleer , Sophia Geoffroy , Marie-Noëlle Hébrant , Sébastien Hébrant, Sarah Lefèvre , Quentin Minon ; Geoffrey Seron

 

Scénographie : Olivia Sprumont

 

Lumière et son : Juan Borrego

 

Photos : Dominique Bréda

 

Création : Théâtre de l’Escalier

 

Coproduction Théâtre Jardin Passion, Les Gens de bonne compagnie.

 

Soutien : Centre des Arts Scéniues , Fédération  Wallonie-Bruxelles-Service du Théâtre)

 

 LA DISPUTE/ MARIVAUX/ EMMANUEL DEKONINCK

 Jusqu’au 24 octobre 2015

 

ATELIER  210

Chaussée Saint-Pierre  210 – 040  Bruxelles

 Infos Réservations : 02 / 732 25 98

 

 INFO

 

Et le spectacle continue le 27/10 au Centre Culturel de Libramont, les 29,30  et 31/10 au Théâtre Jardin Passion –Namur, ensuite le 09/11 au Centre Culturel de  Ciney , le 20/11au Centre Culturel de Mouscron et le 27/11 à la Maison culturelle d’Ath.

Bonnes routes à Vous tous !

 

 

AJOUT  «  Qu’est-ce que c’est une femme ? Pour la définir il faudrait la connaître ; nous pouvons ; nous pouvons aujourd’hui en commencer la définition, mais je soutiens qu’on en verra le bout qu’à la fin du monde…

(Pierre Carlet de Chamblain de… mieux connu sous le nom de Marivaux)

 

 

 

 

 (Ce chant de Verdi figure dans la pièce)

 

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe », un grand merci pour votre attention et votre fidélité quotidienne.

 

Notre moment de séparation : Un orchestre exceptionnel, celui de Cleveland (USA) présent ce jeudi  15 octobre, à 20h au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles(Bozar).

 

Un grand orchestre américain dirigé par Franz Welser-Möst.

 

Bonne soirée à Vous !

 

A tout bientôt !

 

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réflexion sur « LA DISPUTE – MARIVAUX – (ATELIER 21O)+FRANZ WELSER-MOST (USA) »

  1. Merci Monsieur Simons pour cette belle critique de notre travail.
    Au plaisir de vous croiser à nouveau.
    Cordialement
    Marie David

Les commentaires sont fermés.