FESTIVAL INTERNATIONAL DES BRIGITTINES+MARILYN MONROE+S.GAINSBOURG & J.BIRKIN

Chaque année, ce Festival opère une traversée orientée des formes scéniques contemporaines : langages novateurs , univers insolites , forme singulières et originales s’ouvrant à l’imaginaire.

 

Un Festival d’une grande modernité !

 


 

 

 

 

 

 

 

Rassemblement de spectacles qui s’articulent atour d’une idée ou qui se présentent comme des objets de pensée, d’invention ou de partage fantasmatique.

 

Au fil des années, la danse a acquis une importance de plus en plus grande au sein du Festival, très certainement parce que les formes y sont plus libres et davantage créatives.

 

 

 

C’est parfois déconcertant, déroutant même, mais chaque fois intéressant. Il s’agit d’oublier la danse que nous avons souvent fréquentée avant, bien avant, pour entrer  de plein pied dans des idées nouvelles.

 

Le Festival se donne chaque année un thème qui permet de poser une nouvelle question  et d’orienter autrement le regard du spectateur. Des rapprochements lui sont proposés, des voies de sensibilité, des pistes de lecture.

 

Il peut créer, selon sa perception, des liens entre des spectacles très différents dans les styles, mais qui abordent des sujets assez proches.

 

 

 

OUTRAGES ET RAVISSEMENTS

 

 

 

C’est le thème général de cette année 2015, avec ses 14 spectacles dont 12 Premières en Belgique.

 

 

 

Patrick Bonté (Directeur du Festival) : Si , à tout instant , nous pouvons être saisis par la beauté , il est des moments où le ravissement qu’elle nous inspire comporte aussi une part trouble, qui perturbe notre émotion . Ou plutôt qui la rend plus complexe, plus incertaine, plus riche. C’est alors que nous vacillons, pris dans des intensités qui semblent hors nature et qui laissent entrevoir un visage inconnu de l’existence.

 

C’est par l’outrage asséné au banal, au confort des sens et de la raison, à la beauté elle-même lorsqu’elle n’aspire qu’à dormir dans des draps propres, que quelque chose tremble et vit .

 

La scène peut se faire le témoin de ce mouvement et les artistes, les ambassadeurs de  nos enchantements !

 

Si certains actes venaient à être considérés comme déconcertant les manières  ou la moralité  on remarquera qu’ils s’accompagnent toujours d’un appel à la connivence et à l’intelligence du spectateur. A son humour.

 

Cette offense-là n’est jamais un préjudice, elle serait plutôt constitutive de ce que nous sommes :si nous la prenons dans la figure , elle nous révèle aussi à nous-mêmes. Le ravissement est à ce prix !

 

 

 

Le Festival a commencé ce vendredi 14/08 pour se terminer le samedi 29/08.

 

Un choix vous est offert librement !

 

A Vous de saisir les sujets qui susciteront votre curiosité.

 

 

 

LUNDI   17 AOUT 2015

 

 

 

KeinApplaus_©GinaTinta.jpg

 

 

 

 

Florentina Holzinger & Vincent Riebeek (Autriche/Pays-Bas/Belgique)

 

 

Florentina et Vincent flirtent avec les limites de tout ce qui est possible sur scène, se référant de loin en loin aux performances des années 70.

 

Cela donne un mélange détonnant de danse, d’esprit pop, de  variétés, d’acrobatie  d’improvisation  autour des relations de couple et de l’impératif de la mise en valeur de soi.

 

Prégnance de la sexualité, jeu ironique avec l’impudeur, déboulonnage du bon goût sous le signe de la familiarité, de la sincérité et du concret .C’est irrévérencieux  tendre , dôle , énorme , mauvais genre , vraie poésie, liberté.

 

 

 

 

 

 

 

Si l’empathie du spectateur est constamment recherchée par ces anti-héros d’aujourd’hui, ils nous mettent aussi en position d’inconfort, aux prises avec nos bienséances écrasées et une exubérance sans illusion.

 

 

 

 

 

 

Florentina Holzinger , autrichienne, née en 1986, a étudié la danse et la performance à Vienne avant de  se former à la Amsterdamse Hogeschool voor de Kunsten.

 


 

 

 

 

 

Vincent Riebeek, hollandais, né en 1988, a commencé la danse, notamment hip-hop pendant son adolescence. Alors qu’il est encore lycéen, il suit un programme d’ éducation de la danse à l’AHK /Amsterdam, puis sort diplômé de la School for New Dance Development en 2013.

 

 

 

FESTIVAL INTERNATIONAL  DES BRIGITTINES

 

 

 

Un Festival à suivre avec attention, avec curiosité, avec intérêt…

 

Une découverte d’une nouvelle danse à bien comprendre,  à discerner, a repérer.

 

Lisez bien le programme sur l’internet.

 

Réservez vos places : Tél : 02/213 86 10- Petite rue des Brigittines -1000  Bruxelles

 

 

 

 

KeinApplaus_FlorentinaHolzinger&VincentRiebeek_©JoopPareyn.jpg

 

Pas mal, avouez !

 

Les enjeux artistiques et la convivialité du ce Festival offrent la garantie de soirées passionnantes et réjouissantes !

 

Les chansons et les musiques programmées ci-avant font partie du spectacle.

 

 

 

AUTRES GRANDES SOIRÉES… TELEVISEES

 

 

 

La Une/RTBF –  22h50 : Les aventures de Pierre Bouvier (chapitre 7) consacré à l’une des plus grandes figures du cinéma et sex-symbole du 20ème siècle : MARILYN MONROE
Pierre Bouvier a eu la chance de l’interviewer. Il va nous expliquer comment et quand.

 

 

 


 

 

 

La Trois/RTBF – à partir de 21h05 : «  GAINSBOURG- VIE HEROIQUE » , bio de Joann  Sfar.Un biopic original…

 

A 23 h : « LIGNE ROCK »  : un magazine musical présenté par Gilles Verlant  qui fut un grand ami de Serge et même son biographe, Gilles  mort jeune bêtement en dégringolant dans sa cage d’escaliers .

 

A  23h41 : « CINESCOPE » , ce fabuleux magazine animé avec un talent inoubliable par Sélim Sasson.

 

Un enregistrement réalisé en 1972 où figurent Serge et la merveilleuse Jane…Birkin.

 

 

 

 

 

 

Une soirée étincelante !

 

Un grand merci à la RTBF et la Sonuma !

 

Merci Mesdames et Messieurs  pour votre fidélité et votre intérêt  à mon émission/blog «  Les Feux de la Rampe »

 

Notre moment de séparation : Cette musique de jazz  programmée de nombreuses années par la RTB/RADIO. Vous souvenez-vous de cette musique accrochante, indicatif d’une  célèbre émission? Je vous l’offre au moins pour la quatrième fois – époque «  Feux de la Rampe »  blog.

 

 

A tout bientôt !

 

 

 

Roger Simons