A LA VEILLE DE DEUX GRANDS SPECTACLES+CONCHITA WURST+RAYMOND DEVOS

 

Avant-propos

 

Rencontre pas spécialement imaginaire…

 

Lui : Oh dis donc, je suis content de te voir.

 

Elle : Moi aussi.

 

Lui : Ca marche bien les répétitions ?

 

Elle : Du tonnerre. C’est dur dur et puis, on est 35 sur le plateau. Et toi ?

 

Lui: Un peu moins nombreux tout de même. Mais le lieu est formidable…

 

Elle : Tu commences quand ?

 

Lui : Le 14, dans sept jours quoi . Et toi ?

 

Elle : Le 11,   dans 6 jours. Je commence à avoir le trac !

 

Lui : Moi aussi. Allez,  bon travail . Ton metteur en scène est sympa ?

 

Elle : Oui, oui  on s’amuse et on chante et même on danse. Bye bye.

 

Lui : A toi aussi.   (s’éloignant ) Comment tu t’appelles encore dans la pièce ?

 

Elle   (se retournant) : Maria. C’est un rôle  très chouette.  Et toi ?

 

Lui : Ah ! Tu vas rire…Argan. Drôle de nom !

 

Allez , bonne répétition !

 

Elle : A toi aussi…


Avez-vous identifié ces deux personnages ? Si oui, comment s’appellent-ils dans la pièce ? Et  quel est le nom de ces pièces ?

 

ENTRACTE

 

L’artiste qui va apparaître sur votre écran, est-il un homme ou une femme ? Réponse ce soir à 21.05 sur TV5 dans l’émission de Laurent Ruquier : «  On n’est pas couché »Très inattendu !

 


 

 INFO   : Dans trente jours, création  de la pièce de Slawomir Mrozek : «  JOUR D’ETE » premier spectacle du Festival Théâtre Spa 2015.Je vous parlerai de ce festival d’ici à quelques jours.

 


 

 

VILLERS-LA-VILLE : LE MALADE IMAGINAIRE

 

Est-il utile de rappeler le nom de l’auteur ? Il est connu dans le monde , traduit dans toutes les langues.

Son vrai nom : Jean-Baptiste Poquelin dit MOLIERE.

 

Patrice Mincke(metteur en scène) :   De quoi nous parle ce Malade imaginaire aujourd’hui   ? Même s’il ne me emble pas inutiles de rappeler qu’une certaine méfiance et un certain libre arbitre sont toujours bons à cultiver face aux affirmations de certains de nos spécialistes actuels , il me paraîtrait idiot d’affirmer que la médecine est inutile ou nuisible.

 

Cette pièce aurait-elle perdu  sa pertinence ? Loin de là. Si on se penche sur la situation  de l’auteur – un mourant qui veut regarder la vérité en face – et sur la médecine qu’il dénonce – une pourvoyeuse de faux espoirs plus que de réelles solutions – le message nous paraît tout à  coup limpide et d’une actualité intacte : Molière nous interroge sur notre hypocrisie fac à une vérité qui fait mal, sur notre faculté à nous mentir  à nous-mêmes.

 

Argan , en bon égocentrique qu’il est ,souhaite ardemment être malade pour qu’on s’occupe de lui ; mais il craint tout aussi ardemment de l’être , par peur de voir disparaître ce qui lui est le plus cher au monde : LUI !

 

La «  vérité qui fait mal » pour lui, c’est d’entendre qu’il est en bonne santé et qu’il ne nécessite pas plus d’attentions que les autres.

 

Molière nous le montre  tiraillé, tout au long de la pièce , entre deux catégories de personnes : ceux qui l’aiment et qui lui disent  ce qu’il aime entende. L s’entoure de «  yes men » qui profitent de lui  en le berçant d’illusions , et veut se débarrasser de ceux qui sont (trop) sincères avec lui.

 

Ce qui me semble être un situation  tout à fait actuelle ; il y a, dans mon entourage, une kyrielle d’Argan ; et d’ailleurs peut-être en suis-je un moi-même !

 

Nous  voilà quelque peu renseignés sur ce personnage qui trop souvent a été  joué  pour « faire rire », sans plus.

 

« Le malade imaginaire »  est l’une  (et la dernière d’ailleurs)  des grandes pièces de Molière qui propulse – une fois encore – avec humour – sa hargne de la médecine.

 

Un grand classique que l’on a beau avoir vu et revu , que l’on retrouve toujours avec plaisir , délectation  et intérêt  car il  y décèle à chaque fois un autre mot , une autre phrase , un autre personnage , une autre réaction, une autre conception,  d’autres situations surprenantes.

 

C’est cet artiste rencontré ci-avant dans la rue et en courte conversation avec une amie artiste elle aussi, qui joue  ce fabuleux personnage d’Argan, l’un de nos grands comédiens, directeur du Théâtre Le Public, metteur en scène et acteur :

 MICHEL KACENELENBOGEN.

 

A voir à partir du 4 juillet  à l’Abbaye de Villers-la-Ville

L’histoire d’un maître de maison hypocondriaque.

14 comédiens vont « s’incruster » dans leurs personnages.

Un spectacle drôle et léger mis en scène par Patrice Mincke .

« Les Feux de la Rampe »  seront présents à ce spectacle, bien entendu.

J’y reviendrai dans un court délai…

 

Infos et Réservations : 070 / 224 304

 


 

 

 Au fait, vous ai-je dit qui était cette jeune actrice qui a rencontré ce grand acteur ? C’est  bien sûr Laure Godisiabois qui interprètera le rôle de Maria dans la comédie musicale   « LA MELODIE DU BONHEUR » 

 

La question peut être posée : «  Pourquoi présenter aujourd’hui «  La Mélodie du Bonheur » à Bruxelles ?

 Moi, je dirais : pourquoi pas ? Au contraire !

 

Daniel Hanssens- Jack Cooper – Olivier Moerens   les trois co-directeurs du Festival « Bruxellons » :

 

D’abord parce que nous trouvons qu’il s’agit de l’une des comédies musicales les plus importantes du XXème siècle.

 

L’importance de «  LA MELODIE DU BONHEUR » est reconnue dans le monde entier – plus de 2450 productions différentes  dans 72 langues rien que l’an passé, c’est-à-dire mieux que n’importe quelle pièce de Shakespeare  – mais en francophonie c’est tout le contraire : rien depuis quarante ans en Belgique et à ce jour elle n’a jamais été créée en français en France!!!

 

 

Mais aussi et surtout parce qu’il s’agit d’un véritable chef d’œuvre.

 

 

La comédie musicale à la scène a tous les charmes du film qui en fut tiré , sans son coté  nunuche ».

 

 

Ceux qui ont adoré le film vont adorer la version scénique.

 

Et ceux qui n’aiment pas le film vont être fascinés par cette version scénique profondément politique et bien plus forte que le film.

 

 

Nous  sommes tous les trois passionnés de vraies comédies musicales. Nous en avons vu plus de 100 sur scène.

 

Et parmi toutes celles-là , nous avons en mémoire d’un soir de mars en 2007 où lors d’une reprise de  « La Mélodie du Bonheur » à Londres, nous n’avons pu réagir à la force de ce qui se passait en scène qu’en se levant en plein spectacle et en applaudissant longuement. Très longuement et avec plus de 2.200  personnes.

 

Une standing ovation en cours de spectacle , tellement l’oeuvre est forte…Cela ne s’oublie pas !

 Oui, d’accord,  c’est ambitieux mais voilà ce que nous souhaitons partager avec Vous.

 

 

Mais moi de même  Messieurs les Directeurs.

 

35 artistes dans la cour du Château, c’est formidable !

 

11 musiciens  dirigés par Pascal Charpentier, c’est aussi formidable !

 

La Direction – dont je viens de vous citer les  noms – sont très discrets avant la première représentation. Ils veulent nous faire un cadeau !

 

 

Je suis très heureux par avance de retrouver cette comédienne que j’adore et que j’ai découverte dans « La Revanche de Gaby Montbreuse », quoique je l’avais déjà vue et applaudie dans d’autres  pièces. : Laure Godisiabois.

 

Elle a une présence extraordinaire en scène. Et elle peut jouer tous les emplois : elle s’y introduit très rapidement.

 

Elle chantait dans «  La Revanche … » des chansons du  début du vingtième siècle  des chansons de cabaret quoi.

 

Je suis impatient de l’entendre chanter dans cette  « mélodie du bonheur »

 

 Première représentation : 11 juillet 2015 – Château du Karreveld -20h45.

 

 

 Infos et Réservations : 02 / 724 24 24

 

 Dès demain,  je vous présenterai le programme du festival   « Bruxellons »  les pièces qui seront jouées à partir du 15/07., dans la grange du Château.

 

J’ai déjà vu la plupart des pièces  du Festival.

 

Je puis vous assurer qu’elles sont toutes excellentes et diversifiées.

 

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » , merci de me suivre dans mes propositions de spectacles , merci aussi pour votre fidélité.

 

Notre moment de séparation  : Avec un humoriste/comédien que nous avons tous aimés : RAYMOND DEVOS !

 

 

Nous étions très amis tous les deux et j’ai passé avec Raymond des soirées inoubliables .Je programmerai bientôt sur mon blog  des extraits de mes interviews. Il y a de quoi rire , croyez-moi.

 

 

Vous avez l’occasion de le revoir ce soir sur LA TROIS   à 22h09 dans l’émission-archive « Carte blanche à Raymond Devos » . En voici un court extrait où l’on aperçoit l’animateur : le regretté Jacques Chancel.

 

 

A tout  bientôt !

 

 

Roger Simons