A LA RECHERCHE DU SENS DE LA VIE PERDU (THEATRE DES RICHES-CLAIRES)+2 films

 

Un spectacle original créé il y a une dizaine d’années, drôle, joué par neuf jeunes acteurs bourrés de talent et d’un dynamisme percutant.

 

 

 

 

MISE EN SCENE ET EN ACTION : ERIC DE STAERCKE 

 

 

C’est le « Panach’ Club » qui propose cette pièce hétéroclite, composée d’un entremêlement astucieux de scènes délirantes pimentées par les interventions loufoques d‘un orchestre déjanté (les musiciens sont les comédiens du spectacle) où se côtoient mélodica, trompette et peigne sur gobelet en plastique.

 

La volonté de ces jeunes acteurs est d’entraîner le spectateur dans une spirale de situations toujours plus étonnantes, de le balancer d’un univers saugrenu à l’autre et ce, en fondu enchaîné (comme au cinéma).Pas une seconde de temps mort. Le quotidien est passé au crible, mais celui-ci dérape sans cesse dans l’incongru pour se retrouver « drôlement bizarre ».

 

Tout un sketch est axé sur ce mot « bizarre», répété des dizaines de fois – cela nous remet en mémoire la fameuse scène dans « Drôle de drame » avec Michel Simon et Louis Jouvet : « Bizarre, vous avez dit bizarre, mon cher cousin ? Comme c’est bizarre! »

 

 

 

 

 

A LA RECHERCHE DU SENS DE LA VIE PERDU

 

 

 

Sébastien Schmit : C’est un éloge de l’absurde. Nous avons voulu fouiller dans les moindres perversités de l’homme moderne, d’une manière aussi humoristique que corrosive.

 

 

Un humour décalé à la Monty Python, situations loufoques du non-sense anglais. Génial !

 

 

IMG_0599.jpg

 

 

 

Eric De Staercke  metteur en scène) : Incontournable , cette pantalonnade métaphysique et philosophique se veut , modestement , le fermant essentiel de l’amour universel , tel l’opuscule de la dernière chance. C’est en quelque sorte l’ouvrage de l’espoir qu’on lit à la lueur d’une bougie à la flamme vacillante, la fable mythique que les anciens miment devant les enfants à la veillée autour d’un feu.

 

 

NEUF EXCELLENTS COMEDIENS A DECOUVRIR

 

 

Le « Panach’Club » est l’histoire d’une rencontre entre 10 caractères forts mais complémentaires, l’histoire d’envies communes qui se reconnaissent, l’histoire d’une amitié qui trouve son compte sur scène.

C’est à l’IAD qu’ils se sont trouvés, et c’est en jouant les  « Monty Python » avec un grand succès qu’ils se sont découvert un goût commun pour l’humour décalé Ils se sont lancés dans l’écriture d’une pièce qui leur ressemble ; ils parlent de leurs angoisses, de leurs peurs face à notre société, de leurs doutes , de leurs défauts les plus délicieux.

 

 

Eric De Staercke : Et ce qui est extraordinaire, c’est qu’ils se moquent d’eux-mêmes, des autres, du monde . Ils brocardent et interrogent notre société dans un énorme éclat de rire salutaire.

 

 

C’est ainsi que j’ai ressenti ce spectacle extraordinaire !

 

 

 


 

 

 

Retenez les noms des acteurs de « A la recherche… » : Arnaud Crêvecoeur , Joséphine de Renesse, Fanny Hanciaux, Marie-Noëlle Hébrant, Maud Lefebvre , Laetitia Salsano , Sébastien Schmit, Delphine Isaye et Marc Weiss.

 

Rendez vous sans tarder au Théâtre des Riches-Claires pour aller applaudir ces joyeux lurons pleins de talent et d’énergie. C’est drôlement chouette !

 

 

IMG_0633.jpg

 

 

 

C’est à la fois textuel et visuel avec ces neuf comédiens dans des compositions savoureuses, des portes qui claquent  comme dans les pièces de Feydeau), des armoires d‘où sortent des personnages hirsutes …

 

 

IMG_0702.jpg

 

 

 

Terrible la séquence des « vieux » qui se termine avec un amas de cadavres…Les durs, les publicistes, les trafiqueurs d’organes, le mari bavard  qui ne laisse pas placer un mot à son épouse) le commissaire de police, le directeur et le prof d’études, le joyeux licenciement collectif, le bureau communal quelque peu saugrenu,  Jésus et Hugo (Ca, c’est quelque chose d’énorme !), et d’autres et d’autres encore.

 

 

IMG_0729.jpg

 

 

 

Neuf comédiens   Une centaine de personnages ! Chapeau !

Ils font tous partie de cette pièce du Panach’Club. Jouissif en diable !

 

Après avoir écumé Avignon, Paris, Broadway et …le reste des continents, les comédiens du Panach’Club sont revenus au 210 ! Ils espèrent vous accueillir dans ce lieu – mythique quelque part !

 

 

Eric De Staercke : « À la recherche du sens de la vie perdu  » n’est pas un spectacle comme les autres, il est la clé de ce 21ème siècle. Récapitulative, cette ode à l’homme, terme qui embrasse également la femme, fait le point et tire un trait sur les erreurs du passé ! Visionnaire, cette fresque bacchanale ouvre la voie à un monde meilleur et prépare les générations futures aux joies du bonheur enfin retrouvé. »

 

 

 

IMG_0690.jpg

 

 

En conclusion : Prenez 9 jeunes comédiens, abreuvez-les d’humour absurde, de « non – sense » et d’une bonne dose de décalage, confiez-leur ensuite la direction d’un orchestre saugrenu et laissez mûrir le tout… Vous obtiendrez un spectacle délirant, mené par une passion exaltante pour l’esprit anglais , foisonnant de situations plus extravagantes les unes que les autres…

 

 

Eric De Staercke : Lorsque tout aura pété, que notre Terre ne sera plus qu’un tas de cendres, qu’aucun chef d’état n’aura survécu à cette formidable explosion qu’ils nous préparent sans grand regret , les hommes auront encore A la recherche du sens de la vie perdu   pour rire…c’est ce que je souhaite !

 

 LE PANACH’CLUB

 

 

 

Eux tous : Aujourd’hui , le Panache Club a plus de dix ans , onze et demi pour être précis.

Face à ce cap important de l’entrée dans la préadolescence, nous avons décidé de marquer le coup , et de reprendre le spectacle qui nous a fait connaître dans une version améliorée et entièrement remastérisée , mais tout autant déjantée !

 

 

 

IMG_0716.jpg

 

 

 

Bravo à vous tous, vous êtes formidables !

 

Ce spectacle ? Une aventure humaine incroyable !

 

 

 

GENERIQUE

 

 Les comédiens :

 

 

IMG_0707.jpg

 

 

 

Arnaud Crèvecoeur, Fanny Hanciaux, Marie-Noelle Hébrant, Maud Lefebvre, Joséphine de Renesse, Laetitia Salsano , Sébastien Schmit, Marc Weiss , Delphine Ysaye.

 

Mise en scène : Eric De Staercke

 

Direction musicale et orchestration : Eloi Beaudimont

Création éclairages : Benoît Lavalard

Costumes : Raphaelle Debattice

Décors : Benoît Cogels – Olivia Sprumont

Production : Panach’Club/Centre Culturel des Riches-Claires/ Théâtre Jardin Passion.

 

IMG_0697.jpg

 

 

A LA RECHERCHE DU SENS DE LA VIE PERDU

Jusqu’au  03/01/15

 

 THEATRE DES RICHES CLAIRES

 

Rue des Riches-Claires  24 – 1000  Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 548 25 80

 

 

 

 

 

 

AILLEURS… DU COTE DU CINE… D’AUJOURD’HUI…

 

 

 

« LA FAMILLE BELIER »

 

 « Ma vie est faite de risques calculés »

 

Un film   d’Eric Lartigan, avec Karin Viard et François Damiens.

 

 

Syno :  Chez les Bélier , une adolescente de seize ans est une interprète indispensable pour ses parents sourds et son frère également sourd , comme par exemple répondre au téléphone ou traduire une consultation  chez le médecin.

Jusqu’au jour où son professeur de musique découvre sa belle voix et la pousse à participer à un concours de Radio France,  ce qui inquiète sa famille…

 

 


 

 

 

Le scénario est de Victoria Bedos, la fille  de Guy et la soeur de Nicolas…

Je vous en reparlerai prochainement.

 

 

 

DU COTE CINE…  TRES LOIN

 

 

 

THE KID  de Chaplin avec Jackie Coogan , Edna Purviance et Chaplin  bien sûr.

 

 

Syno : Dans les taudis londoniens , un vagabond au grand cœur recueille un gamin facétieux , abandonné pat sa mère qui lui rêvait une vie meilleure.

 

Un mélange audacieux de mélo et comique burlesque  dont l’immense succès ouvrit une voie royale à la carrière de Charlot.

 

Revoir ce film tant et tant est toujours un plaisir et une émotion !

 

(20/12-  15h30  Flagey)

 

 


 

 

 

Amis de l’émission/blog  «  Les Feux de la Rampe » ,  merci pour votre présence attentive et votre fidélité.

On se retrouve   rapidement.

 

Notre moment de séparation :  un joyeux extrait  de l’opéra-bouffe de Jacques Offenbach «  LA BELLE HELENE » , opéra qui sera joué le 27 décembre prochain à 20h  à l’Aula Magna de Louvain-la-Neuve.

Bonne vision et à tout bientôt !

 

 

 

Roger Simons