LA COMPAGNIE DES HOMMES (THEATRE DE LA PLACE DES MARTYRS)

 

EDWARD   BOND / FREDERIC DUSSENNE

 

Troisième volet, après « O Ministres intègres «  et «  Comme un secret inavoué »,  qui boucle la saison 13/14  de « L’ACTEUR ET LECRIT »

Une pièce redoutable,  forte , d’une froideur totale,  violente , axée sur les grosses sociétés et de ce fait L’ARGENT !

 

 « Ils n’apprennent rien. Pas même le numéro tatoué sur leur bras »  (Edward Bond)

C1.jpg

 

 Synopsis :

 

Oldfield est PDG d’une société qui produit des armes. Celle-ci vient de mettre au point un tout nouveau fusil d’assaut : l’AS42.

Mais l’entreprise est en difficultés.

Hammond , qui est à la tête d’un empire dans l’agro alimentaire , table sur le marché juteux que représenterait le cumul de la vente d’armes et de nourriture aux pays en voie  de développement. Il tente donc une OPA  sur Oldfield and  Co.

 

C7.jpg

 

 Le  vieil Oldfield parvient cependant à racheter lui-même la majorité des actions et à garder le contrôle de son entreprise.

Il a adopté Léonard, que sa mère a abandonné à la naissance , et qui devrait hériter de la direction de l’entreprise après sa mort.  Le jeune homme se montre un peu pressé et demande à son père de le faire entrer immédiatement au conseil d’administration.

 

Après avoir essuyé un refus catégorique, Léonard accepte de reprendre les rênes d’une autre société dont il ne sait pas encore que les dettes ont été rachetées par Hammond.

Celui—ci va le faire chanter et le contraindre à lui céder Oldfield and Co après la mort de son père adoptif…

 

C32.jpg

 

 

Ce n’est pas simple à suivre, à comprendre  à bien saisir ce qui se passe.

Toutes les séquences s’enchaînent les unes aux autres sans la moindre respiration.

 

 PAUSE

 

 LA  COMPAGNIE DES HOMMES

 

C’est un sujet intéressant  , mis en scène et en action d’une façon  par Frédéric Dussenne.

La pièce ressemble aux grandes tragédies de Shakespeare mais ça se passe aujourd ‘hui dans le monde impitoyable des multinationales.

 

C18.jpg

 

 

La pièce se déroule en « rond-carré » .Les spectateurs sont installés en   « carré ». Les acteurs se déplacent  dans le centre  de ce carré avec  tout au milieu,  une chaise de bureau. Une seule chaise !

Il y a un va et vient constant dans cet espace.

Il s’agit de ne pas perdre un mot car  si c’est le cas, on perd vite le fil de cette histoire corrosive.

 

Cette  salle des Martyrs se nomme «  Atelier » qui retrouve sa vocation originale de salle de réunion . as de gradin. Les chaises  des spectateurs , à même le sol  dans un dispositif qui permet aux acteurs et aux spectateurs d’être alternativement dedans et devant. De voir et d’être vu !

 

Un espace de confrontation, idéal pour la mise en œuvre des joutes verbales de l’agon «  bondien ».

 

 « Lorsque les créateurs refusent les concessions, ils changent la réalité »  (E.Bond)

 

 

 

 

C26.jpg

 

 

Six comédiens défendent avec acharnement  cette histoire , guidés très adroitement par Frédéric Dussenne.

C’est un travail collectif  Tout s’est construit au fur à mesure de discussions,  répétitions , idées de chacun :

 

Christophe Destexhe ,  Benoit Van Dorslaer, Stéphane  Ledune , Fabrice Rodriguez , Michel Collige et Brice Mariaule.

 

C43.jpg

 

 Edward Bond : Tout est transformé en produit, en valeur  d’échange , et devient hideux. Toute la frénésie d’activité , de savoir-faire technologique , de puissance libérée , tous ces artefacts , ce « monde des choses »  sont comme les échafaudages qu’ont voit autour des bâtiments en construction, mas ce sont des échafaudages autour de rien ; cela ne construit pas un monde de valeurs .

La poésie n’est plus possible aujourd’hui que si elle relève de la forme théâtrale.

 

Un mot encore : soyez très attentif et observateur  durant le spectacle qui se joue sans entracte. Durée : 2h20.

 

C’est long mais ça reste passionnant  jusqu’au bout ! C’est un bon suspense finalement !

 

Traduction : Michel Vittoz

Dramaturgie et mise en scène :  Frédéric Dussenne

Assistant à la mise en scène : Andrés Cifuentes

Scénographie : Vincent Bresmal

Costumes : Lionel Lsire

Lumière : Renaud Ceulemans

Musiques originales : Pascal Charpentier

Production : Géraldine Michaus

Régie : Antoine Halsberghe

Photos :  Emilie Lauwers

Coproduction : L’ACTEUR ET LECRIT /THATRE EN LIBERTE

 

 

LA COMPAGNIE DES HOMMES /EDWARD BOND/FREDERIC DUSSENNE

THEATRE DE LA PLACE DES MARTYRS

Place des Martyrs  22 – 1000  Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 223 32 08

 


 

 

Merci de votre attention et de votre fidélité.

Tout bientôt   «  SYBILLE » la pièce qui se joue en ce moment au Théâtre des Riches-Claires.

Avant de nous séparer , je  vous propose la vision d’extraits du film BARBECUE .

Cela me paraît amusant et  l’excellent Lambert Wilson fait partie de la distribution.

Bon appétit !

 

 

Roger Simons