L’INTEGRALE DES SONATES POUR PIANO DE BEETHOVEN

 

FLAGEY

 

beethoven03.jpg


 

BEETHOVEN/JEAN-BERNARD POMMIER


 

Jean Bernard pommier_Jean-ClaudeMartinez5.JPG

Si vous connaissez Vienne, si vous avez déjà séjourné dans cette magnifique ville, vous avez vu la maison où habitait Beethoven, au numéro 241 du Graben, 3ème étage… et si vous aimez  cet énorme compositeur, surnommé  dans sa jeunesse « le pianiste de l’aristocratie viennoise », vous aurez entendu dans  votre imaginaire quelques mesures de ces fameuses sonates pour piano…

 

Beethoven a adopté la technique de Muzio Clementi  (concertiste compositeur) et a conféré à la sonate pour piano une dimension plus grande, plus intense, plus dramatique tout en respectant la forme instaurée par ses prédécesseurs, dont   Haydn et Mozart…

 

Mozart disparu, Haydn vieillissant, Beethoven a été alors reconnu comme le nouveau grand compositeur et là commence  l’écriture de ses sonates pour piano : 32  Sonates ! Une œuvre magistrale !

Le piano est d’ailleurs l’instrument principal de la première période de Beethoven.

 

L’INTEGRALE DES SONATES POUR PIANO DE BEETHOVEN : UN EVENEMENT  MUSICAL !

 

Ce sont ces 32 sonates que FLAGEY vous invite à venir écouter au studio 1 de Flagey , interprétées par le tout grand pianiste :  Jean-Bernard Pommier , né à Béziers( France ) en 1944, fils d’un organiste.

Il entame sa formation musicale et sa carrière de pianiste à l’âge de quatre ans sous la direction de Mina Kosloff. Il devient ensuite l’élève d’Yves Nat et de Pierre Sancan au Conservatoire de Paris, d’Eugène Bigot  pour la direction d’orchestre et plus tard d’Eugène Istomin.

Et c’est à l’âge de sept ans qu’il donne son premier concert public.

 

Le musicien va vivre une fabuleuse carrière de pianiste,  un peu partout dans le monde, en compagnie de grands chefs d’orchestre.

 

EN CE MOMENT  JEAN-BERNARD POMMIER

A BRUXELLES

 

Jean Bernard pommier_Jean-ClaudeMartinez6.JPG

               (credit/photos : Jean-Claude Martinez)

 

C’est hier soir,  à 20h15, à Flagey, que j’ai  découvert ce grand musicien – qui entre en scène  sans  vraiment regarder le public, se met au piano et brusquement, joue avec  vigueur les premières mesures de la Sonate.

 

J’ai beaucoup aimé la Sonate n° 1 en fa mineur, op. 2/1.

Une sonate d’un beau romantisme !

Une virtuosité   prodigieuse  de Jean-Bernard Pommier,  ses mains largement ouvertes, libérant ses 10 doigts agités , exaltés, transportés dans un rythme  délirant.

Une valse de notes ! 

Quatre mouvements : allegro- adagio-  menuetto/allegretto- prestissimo

Un arrêt des plus courts entre chaque mouvement,  dans le silence le plus total.

 

FLAGEY, C’EST UNE BELLE HISTOIRE...

 

Cette musique magnifique de Beethoven résonnait intensément dans cet ancien studio de radio reconnu comme l’un des meilleurs d’Europe (Il en est de même avec  les autres studios de ce bâtiment superbe de Flagey qui fut le Royaume durant de nombreuses années de l’INR et de la RTB).

 

Jean-Bernard Pommier a joué avec maîtrise et  dynamisme la deuxième Sonate programmée :   Sonate n° 18 en mi  bémol majeur, op. 31/3

Quatre mouvements : Scherzo-allegretto vivace

Menuetto-moderato e grazioso- Presto con Fuoc

Une œuvre brillante,  tourmentée  mélangée à un certain romantisme.

 

Une musique novatrice ! Un chef d’œuvre pianistique !

 

Un entracte d’une vingtaine de minutes.

Curieux cet excellent musicien qu’est  Jean-Bernard Pommier. Il est enfermé, j’en suis convaincu,  dans la musique – et quelle musique –  et dans le piano, son fidèle et magnifique compagnon.

 

Troisième Sonate n° 29 en si bémol majeur op. 106   « Hammerklavier » (clavier à marteaux),  sonorité totalement différente par  rapport aux deux sonates précédentes.

Une vaste partition par sa longueur  et l’ampleur de son souffle.

 

Beethoven : Voilà une Sonate qui donnera de la besogne aux pianistes lorsqu’on la jouera dans 50 ans !

 

Voilà une question à poser  au grand pianiste de la soirée.

 

William Kampff : C’est le seul grand monologue pour piano que Beethoven n’ait jamais écrit !

 

Le final est immense !

 

Busoni (pianiste italien) : La vie d’un homme est malheureusement beaucoup trop courte pour apprendre l’opus 106 !

 

Baduda – Skoda (pianiste autrichien): «  La «Hammerklavier est pour nous pianiste de ce que la 9ème Symphonie de Beethoven est pour le chef d’orchestre. L’œuvre monumentale,  l’œuvre culminante ou mieux encore, l’œuvre qui parcourt tout autant les profondeurs que les sommets. Aussi, ne l’approchons-nous  qu’avec respect !

 

Voilà des réflexions et compliments bien mérités !

 

FLAGEY  vous fait vraiment une excellente proposition : suivre ou essayer de suivre,  selon votre temps, les sept concerts qui vous permettront  de découvrir  cette Œuvre Monumentale de Beethoven : Ses 32 Sonates !

 

Un travail énorme pour le compositeur Beethoven !

Un travail énorme pour le musicien  Pommier !


FLAGEY


Ce mardi  28.05 , deuxième Concert consacré à l’Intégrale , à 20h15 au Stutio 1.

Au programme : les Sonates 2, 17, 10 et 26 .


LA SUITE DU PROGRAMME


les 16/06, 18/06, 22/09, 24/09, 13/10 et 15/10.

Consultez Flagey

Place Sinte Croix  – 1050  Ixelles( Bruxelles)

www.flagey.be

Infos Réservations : 02 / 641 10 20


« Dieu sait pourquoi, ma musique de piano me fait toujours une mauvaise impfession surtout quand elle est mal excutée… »

(Texte  rédigé par Ludwig Beethoven)


Roger Simons