(DERNIERE) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL – THE DRY PIECE – KEREN LEVI

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe  » , bienvenue au blog pour une dernière information sur le Festival.

THE DRY PIECE – KEREN LEVI

Derrière un écran de projection qui les montre filmées de haut, huit danseuses composent de fascinantes figures qui évoquent de premier abord la nage synchronisée et les films des années 30 de l’Hollywood de Busby Berkeley.

Mais très vite viennent d’autres visions plus fantasmatiques et spectrales, organisées comme un kaléidoscope d’apparitions où les corps forment un ensemble unique , pieuvre en déplacement , bouche avalant l’oeil du spectateur.

 

L’inévitable voyeurisme où nous sommes conduits est retourné sur lui-même; si la nudité en scène est puissamment affirmée, elle est aussi désincarnée par le traitement vidéo ; par les renversements de perspective et la confusion entre ce qu’on voit sur scène et ce qui apparaît sur l’écran , le corps disparait dans sa propre représentation, la nuit efface le jour.
Keren Levi interpelle l’imagination et sa faculté de méduser la réalité…

Fin du Festival !

Chorégraphie et conception: Keren Levi

Danse et chorégraphies : Mari Matre Larsen / Alma Lindenhovius, Karin Frankel, Eva Susova, Hillary Blake Firestone / Carcom She er, Madelyn Bullard, Alice Pons, Alicia Verdú Macián, Maya Tamir

Musique : Tom parkinson

Lumière : Minna Tiikkainen

Video : Assi Weitz

Dramaturgie : Igor Dobricic

Production : Stichting Never Like

Et ainsi se termine ce magnifique festival qui nous aura offert des spectacles de danses contemporaines inouïes. Deux semaines tout à fait extraordinaires.

Je vous propose un dernier extrait de  » THE DRY PIECE « .

Bravo à tous et merci pour ces moments de joie et de découvertes exceptionnelles.

Rendez-vous en août 2018 !

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , merci aussi à Vous qui suivez avec intérêt mes chroniques théâtrales.

A tout bientôt !

Roger Simons


(8) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

 


 

Si, dans ce moment suspendu, le corps suscite tant de paradoxes et de perceptions, c’est qu’il est porté par une

concentration saisissante et une inspiration de tous les instants.

Sabine Molenaar fait parler le monstre en elle et ce qu’elle donne à partager, c’est une forme de beauté dont la fragilité garantit la profondeur.

Elle trace un geste clair et nocturne. Vibrant.

SabineMolenaar_AlmostAlive_WilliamvanderVoort-1.jpg

GROS PLAN SUR SABINE MOLENNAAR

Sabine Molenaar a créé la compagnie Sandman à Bruxelles en 2012. Elle poursuit un travail interdisciplinaire mêlant performances, films et photographie.
Sandman a produit deux performances théâtrales : That’s it (2013) et Touch me (2015) et trois courts films de danse expérimentaux : Wish her ill (2012), That’s it (2013) et Kali (2016).

SabineMolenaar_AlmostAlive_WilliamvanderVoort-5.jpg

Sa première performance solo, That’s it, a remporté un prix à l’ACT festival de Bilbao, le prix du meilleur talent féminin au Theater Aan Zee Festival d’Ostende et un prix spécial au BeFestival de Birmingham. Cette production est toujours en tournée à l’étranger : en Belgique, aux Pays-Bas, au Canada, En Corée, en Espagne, en Autriche et au Brésil.

En 2015, elle crée sa deuxième pièce solo, Touch me, qui tourne également à l’international. Sa troisième performance solo, Almost Alive, a été jouée pour la première fois en avril 2017.

SabineMolenaar_AlmostAlive_WilliamvanderVoort-7.jpg

Conception , chorégraphie , danse : Sabine Molenaar

Scénographie, lumière : Amber Vandenhoeck

Musique : Jochem Baelus

Durée : 20 minutes

Représentations : vendredis 01/09 & samedi 02/09, à 19 h

 

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , à vous retrouver très rapidement pour vous présenter la dernière danse de cet énorme Festival sur la danse contemporaine.

Celle qui va suivre est américaine…et n’a rien à voir avec Sabine Molenaar.

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

(7) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

 Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe , Bienvenue au blog…

(7) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

La suite des spectacles qui s’engagent quasiment dans la fin de ce superbe festival.

Mercredi 30 et jeudi 31 août / Mezzo / 20h30-

Soirée composée :    une mystérieuse Chose



Deux pièces courtes d’un style bien différent mais marquées toutes deux par l’originalité et l’humour.

VERA MANTERO

Dans la première, la danseuse, complètement métamorphosée, en perpétuel déséquilibre, se transforme en une « mystérieuse Chose », ainsi que le poète Cummings qualifiait Joséphine Baker. Vera Mantero en use pour interroger la perception du danseur par le public.

Avec « Peut-être« …, elle laisse libre cours à son impulsivité, et la pièce en devient comme un lexique jamais fixe de sa grammaire de mouvements. Le corps et le visage prodigieusement expressifs donnent vie à des attitudes et des enchaînements souvent déroutants qui ont leur point d’ancrage dans nos dialogues inconscients et nos arrière-pensées subitement dévoilées.

Peut-être elle pourrait danser d’abord et penser ensuite…

 FESTIVAL INTERNATIONAL DES BRIGGITINES

 Courte biographie de Vera Mantero

Vera Mantero a étudié la danse classique avec Anna Mascolo et a dansé dans le Ballet Gulbenkian entre 1984 et 1989.

Vera Mantero a commencé a créer ses propres chorégraphies en 1987 et, depuis 1991, présente son travail solo et de groupe dans toute l’Europe, en Argentine, au Bresil, au Canada, Singapour, en Coree du Sud et aux Etats Unis.

De son travail solo, on mentionne « Peut-être elle pourrait danser d’abord et penser ensuite (1991), Olympia (1993), une mystérieuse Chose, a dit e.e.cummings* (1996), What can be said about Pierre (2011) et The Caldeirão Highlanders, exercices in fictional anthropology (2012).

Ses pièees de groupe incluent Under (1993), For Boring and Profound Sadnesses (1994), “Poetry and Savagery” (1998), (2002), Until the moment when God is destroyed by the extreme exercise of beauty (2006) et We are going to miss everything we don’t need (2009).

La nouvelle création de l’artiste The Clean and The Dirty, créée en avril 2016 au Théatre Maria Matos dans le cadre du cycle The Three Ecologies co-commande par Vera Mantero avec Mark Deputter et Liliana Coutinho, reflète clairement les préoccupations de la chorégraphe pour des questions fondamentales telles que l’environnement, la durabilité économique, la cohésion sociale, l’inclusion, et la citoyenneté Ouvrir le temps (the perception of)

Première en Belgique

 Vera Mantero participe régulièrement à des projets internationaux d’improvisation aux cotés d’improvisateurs et de chorégraphes tels que Lisa Nelson, Mark Tompkins, Meg Stuart et Steve Paxton.

Enseigne régulièrement la composition et l’improvisation au Portugal et à l’étranger…

PAUSE


 

BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL (suite)

Eva Klimackova & Laurent Goldring-Cie E7KA


EVA KLIMACKOVA

Danseuse et chorégraphe née en Slovaquie, installée à̀ Paris, Eva Klimackova a fait ses études à l’Ecole supérieure des arts libéraux de Bratislava. Ensuite, elle a participé aux divers créations en Slovaquie (A. Sedlackova, Studio Tanca, M. Kozanek, K. Mojzisova), en République Tchèque (cie Dejadonné, cie Duwadance), en France (cie Kubilai Khan Investigations, cie Petite Fabrique, Laurent Goldring), et en Belgique (Karine Ponties, D. Hernandez, L. Duclaux).

En 2007, elle fonde la compagnie E7KA et crée les spectacles : Alzbeta, Alzbeta Hlucha, Ivanuska, Touched, MOVE / et Ouvrir le temps (the perception of), présentée en France, Slovaquie, Allemagne, République Tchèque, Slovenie, Lettonie et Hong-Kong.


LAURENT GOLDRING

Laurent Goldring est un plasticien français qui vit à̀ Paris et travaille un peu partout. Etudes de philosophie à l’E.N.S. et à City College of New-York. Toute son œuvre se confronte au cinéma comme forme dominante de représentation et de création, une forme qui conduit à l’appauvrissement des images et de la réalité.

Ses videos, films, photos, sculptures, installations et chorégraphies démontrent qu’on peut voir autrement le corps, le portrait, le paysage urbain, et tout ce qu’on appelle les signes. La circulation conflictuelle entre ces différentes formes permet de poser la question de la spécificité des differents mediums.

EKlimackovaSlide.jpg

Il a directement participé à la création des spectacles de Xavier Le Roy, Blut et Boredom, Ectoderme et Self-Unfinished (1996-1998), et de Maria-Donata d’Urso, Pezzo 0 (uno et due) (2002). Il a ensuite cosigné avec Benoit Lachambre, Saskia Holbling et Louise Lecavalier les pièces rrr… (reading readings reading) (2001), Is you me (2008) et Squatting Project (2012-2016), avec Germana Civera, Figures (2008), avec Isabelle Schad, Unturtled (2009/2012), Der Bau (2013) et Collective Jumps (2014), et avec Eva Klimackova,

Voilà des confrontations passionnantes et révélatrices à découvrir ce mercredi et ce jeudi , l’avant veille de la clôture du Festival ….s

BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

Infos Réservations  : 02 / 213 86 10

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , encore un grand merci pour  votre intérêt au blog.

La saison théâtrale reprendra  dans  une dizaine de jours. J’ose inspirer que vous continuerez  à nous rendre visite.

A tout bientôt !

Roger Simons


 

 

 

 

(6) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL – TWO PLAYFUL PINK

Quelques jours encore aux Brigittines et ses magnifiques spectacles de danse.   les 29/08 et 30/08

 

TWO PLAYFUL PINK/ YASMEEN GODDER

Two Playful Pink Yasmeen Godder Photographer Tamar Lamm 4.jpg

Sur le mode d’un léger délire que rien ne peut contraindre…

Deux femmes répondent au regard normatif ou simplement social qui se pose sur elles et auquel elles sont censées se conformer.

Two Playful Pink Yasmeen Godder Photographer Tamar Lamm 9.jpg

Mais la tentative d’adéquation tourne court et leurs attitudes et leurs gestes échappent littéralement à toute attente.

Par le jeu d’une constante imprévisibilité et d’une lumineuse liberté de mouvement le duo explore différents aspects du corps et de la psyché féminine, le tout dans l’incongru, l’humour et la fraîcheur.

Two Playful Pink Yasmeen Godder Photographer Tamar Lamm 11.jpg

TWO PLAYFUL PINK

Avec Francesca Foscarini et Dor Frank

Cette danse a lancé la carrière internationale de la chorégraphe Yasmeen Godder lors de sa création en 2003, dans une nouvelle version de Dor et Francesca.

Chorégraphie : Yasmeen Godder

Musique : Gyorgy Ligeti

Performances : Francesca Foscarini & Dor Frank

BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

Rue des petites Brigittines- 1000 Bruxelles

Infos & Réservations : 02 / 213 86 10

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « ,

Merci de votre intérêt et passion pour le blog.

A tout bientôt!

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

(5) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL COMPAGNIE PARC / PIERRE PONTVIANNE

BRIGITTINES INTERNATONIAL FESTIVAL

COMPAGNIE PARC / PIERRE PONTVIANNE

Passionnant de suivre ce Festival et de rencontrer, voir travailler tous ces danseurs d’une toute nouvelle génération.

Une pièce courte, d’un style bien différent mais marquée par l’originalité et l’humour.

LMD_410.jpg

 

Vera Mantero en use pour interroger la perception du danseur par le public.

Avec Peut-être…elle laisse libre cours à son impulsivité et la pièce en devient comme un lexique jamais fixe de sa grammaire de mouvements.

 images.jpg

Vera Mantero(chorégraphe): Le corps et le visage prodigieusement expressifs donnent vie à des attitudes et des enchaînements souvent déroutants qui ont leur point d’ancrage dans des dialogues inconscients et nos arrière-pensées subitement dévoilées…

Tirée de l’ouate de la nuit, une figure émerge, se convulse, s’enroule sur elle-même en ne cessant d’arpenter ses espaces intérieurs. Sa concentration, son énergie toute en lenteur et en déploiement emmènent loin du monde et à la fois en parlent comme si on se trouvait en son centre.

Une méditation hypnotique, conduite avec maîtrise, dans laquelle les glissements progressifs des postures révèlent une présence d’une inquiétante chorégraphe,

a7c38d8ac40e490497ea8a7c298821f9.jpg

 

Pierre Pontvianne et sa complice Marthe Krummenacher touchent à l’imperceptible avec un naturel qui est le signe des rencontres essentielles et qui conduit le spectateur à traverser l’espace et le temps comme un songe.

« Elle pourrait danser d’abord et penser ensuite… »

COMPAGNIE PARC /PIERRE PONTVIANNE

Chorégraphie : Pierre Pontvianne

Performance : Marthe Krummenacher

Un moment inattendu de la danse d’aujourd’hui.

Pour s’amuser et retrouver le passé de la danse trépidante  des années 50,  deux énormes stars , avez-vous retenus leurs noms . Les voici …  ,

A tout bientôt !

Roger Simons


 

 

 

 

(4) BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL – PULSE CONSTELLATIONS

BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

SCHENKER/ PULSE CONSTELLATIONS

Pulse Constellations - Bart Grietens-89.jpg

La pièce puise son origine dans une composition électronique de John McGuire, Pulse Music III, datant de 1978. Une œuvre combinant une grande variété de pulsations, de tempos et de mélodies pour former une séquence de 24 sections distinctes mais interdépendantes, qui se replient l’une dans l’autre de façon brusque et inattendue.

Gabriel Schenker déconstruit et reconstruit ce réseau complexe pour en faire une harmonie d’impulsions et de coordinations traversant son corps en rythmes superposés.

La captivante polyphonie du mouvement permet au danseur de dérouler une écriture à la fois savante et limpide et à la danse, d’atteindre cette rare qualité de rendre lisibles des structures musicales complexes

Conception , performance: Gabriel Schenker

Conseillère artistique : Chrysa Parkinson

Musique : Pulse Musique III – John Mc Guire

A voir et écouter ces vendredi 25/08 et samedi  26/08

 

 

 

 

LES BRIGITTINES

Petite rue des Brigittines -1000  Bruxelles

Infos Réservations :  02 213 86 10

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe » ,  merci de votre présence et votre attention à ce grand Festival

A tout bientôt

Roger Simons

 

 

(3)BRIGITTINES INTERNATIONAL – COMPAGNIA SIMONA BERTOZZI/NEXUS

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe  » , bienvenue au Festival  de Danses nouvelles pleines de découvertes.

 

 

S’inspirant de la mythologie, Simona Berozzi imagine une rêverie sombre et mystérieuse sur la question de la transmission du savoir et du dialogue entre les âges.

Deux adolescentes font irruption dans l’espace de trois adultes comme les nymphes Océanides arrivèrent devant Prométhée enchaîné.

S’il est question de révélation , d’apprentissage , de passation, l’électricité des rapports donne à la métaphore chorégraphique une allure bien concrète où le toucher , le geste , la tension dans l’espace ouvrent sur des dynamiques contemporaines.

Fragilités et déséquilibré se fondent dans d’étranges effervescences entre chute et élévation.

« And it burns , burns, burns  » est l’ultime étape d’un parcours que la chorégraphie italienne consacré à la figure emblématique de Prométhée.

COMPAGNIA BERTOZZI/ NEXUS

Ce mercredi à 2Oh30 dans la Chapelle. Un lieu d’une belle richesse pour ces spectacles/danse.

Création en chorégraphie : Simona Bertozzi

Conception : Simona Bertozzi – Marcello Briguglio

Musique : Francesco Giomi

Et cinq danseurs époustouflants, renversants : Anne Bottazzi , Ariana Ganassi , Giulio Petrcci, Aristide Rontini, Stefania Tanzini.

Ce spectacle ? Génial !

Ce mercredi   23/08 à 20h , toujours dans cette Chapelle

mirifique !

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , bienvenue à ce spectacle étonnant qui se déroule dans la Chapelle des Brigittines.

BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL

LES BRIGITTINES

Petite rue des Brigittines – 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 213 86 10

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe », j’espère que vous suivez fidèlement ce superbe Festival!

Je vous laisse en compagnie de cette magnifique musique de Francesco Giomi

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

(2)BRIGITTINES INTERNATIONAL FESTIVAL – THE BLACK PIECE–ANN VAN DEN BROEK

WArd/warRD (Nederland/Bel)

Des silhouettes rock furtivement éclairées à la lampe torche hantent une grande boîte noire où semble avoir lieu le tournage d’un film à la Blair Witch Project: « un indicible sentiment d’oppression vrille les nerfs sans que l’on sache d’où viendra le danger ni si l’on sortira jamais du labyrinthe. »

 

 

Les fausses pistes et les vrais troubles mènent ce spectacle haletant. Une caméra insistante montre l’affairement de visages qu’on retrouve soudain ailleurs, à l’autre bout de la scène ou sur grand écran.

Nos repères sont confondus jusqu’au bout, Ann Van den Broek nous prend par le cou avec un air entendu et second degré très glamour.



 

A DECOUVRIR : ANN VAN DEN BROEK

Ces dernières années, Ann s’est constituée une solide réputation aux Pays-Bas, en Belgique, mais également dans le monde de la danse internationale grâce à un langage chorégraphique très personnel.

Les émotions et les modèles de comportements humains sont les points de départ de son travail. Qu’est-ce qui motive l’homme contemporain ? Instinctif et explosif sont des mots qui peuvent caractériser son travail.

 

Au début de sa carrière, elle se concentre sur le corps en mouvement. Progressivement la vidéo live, la musique live et la langue des signes prennent de plus en plus d’importance dans ses projets. Souvent, dans ses créations, les danseurs produisent eux-mêmes les sons à l’aide de microphones en harmonie avec la composition, les mouvements et la vidéo. Son travail s’épanouit de plus en plus dans des lieux alternatifs tels que les musées ou les espaces d’exposition. Cela permet au public d’être plus proche des danseurs. Mais également à la chorégraphe de rencontrer un autre type de public.

Avec le spectacle « Co(te)lette », Ann Van den Broek remporte le prix « Zwaan » pour la production choregraphique la plus impressionnante en 2008.

Le « Zwaan Award » est la récompense la plus prestigieuse en danse aux Pays-Bas.

Plus récemment, elle a remporte’ le Zwaan Award ainsi que le prix « Diorapthe » pour le plus grand potentiel international pour la pièce « The Black Piece. »

En 2015, le documentaire « The Lady in Black » au sujet de chorégraphe réalisé par Lisa Boerstra et présenté au Cine dans Festival – Dance on Screen in EYE à Amsterdam.

2015 fut une année festive pour Ann van den Broek et sa compagnie. Le spectacle Pushing The Wheel, créé dans le cadre des 15 ans de la compagnie, fut présenté en Premiere au Rotterdamse Schouwburg et la même année en Belgique au ccberchem a Anvers. Voici Ann à Bruxelles au Festival des Brigittines.

Un spectacle intéressant à découvrir.

THE BLACK PIECE

Ce lundi 21 août 2017

BRIGITTINES

Petite rue des Brigittines 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 213 86 10

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , bonne soirée à Vous avec le Festival de danse toute particulière.

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

 

 

BRIGITTINES -INTERNATIONAL – FESTIVAL (LES BRIGITTINES)

Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe » Bienvenue au blog !

 

 BRIGITTINES -INTERNATIONAL – FESTIVAL

(LES BRIGITTINES)

Patrick Bonté Amis(directeur des Brigittines): Chaque année, le Festival International des Brigittines opère une traversée orientée des formes scéniques contemporaines : langages novateurs, univers insolites, formes singulières et originales s’ouvrant à l’imaginaire.

Le Festival rassemble des spectacles qui s’articulent autour d’une idée ou qui se présentent comme des objets de pensée, d’invention ou de partage fantasmatique. Au fil des années, la danse a acquis une importance de plus en plus grande au sein du Festival, très certainement parce que les formes y sont plus

libres et davantage créatives. Et presque uniques!

Le Festival se donne chaque année un thème qui permet de poser une nouvelle question et d’orienter autrement le regard du spectateur: des rapprochements lui sont proposés, des voies de sensibilité des pistes de lecture. Il peu crée, selon sa perception, des liens entre les spectacles très différents dans les styles, mais qui abordent des sujets assez proches.

ACette Edition 2017 a pour thème  » Le pouvoir de la nuit  » et est composée de 12 spectacles dont 5 Premières en Belgique.

 

LE POUVOIR DE LA NUIT

 

C’est dans la nuit que l’esprit s’éclaire tout en s’égarant, en se sentant plus libre, moins tenu par les rigueurs rationnelles du jour, c’est dans la nuit que l’impensable se fait pensable et qu’un visage nous est révélé – même sobrement – qui soit celui dont nous ne savions pas qu’il était le nôtre, tous masques ôtés…

Karine Lalieux (Echevine de la Culture de Bruxelles) : Je vous convie chaleureusement à assister à la Nouvelle Edition du Festival International des Brigittines.

Celle-ci nous réserve des spectacles intrigants rassemblés autour d’une thématique que ne l’est pas moins :  » le pouvoir de la nuit. »

 

Le Festival se donne chaque année un thème qui permet de poser une nouvelle question et d’orienter autrement le regard

du spectateur : des rapprochements lui sont proposés, des voies de sensibilités des pistes de lecture. Il peut créer, selon sa perception, des liens entre des spectacles très differents dans les styles, mais qui abordent des sujets assez proches.

L’Edition 2017 a pour thème « Le pouvoir de la nuit », et est composée de 12 spectacles, dont 5 Premières en Belgique.

 

7 PLEASURES / METTE INGVARTSEN

7 Pleasures_Mette Ingvartsen_(c)_Marc_Coudrais.jpg

 

Exploration du désir et de ses représentations, traversée d’un monde ou l’omniprésence du sexuel infiltre toutes les relations sociales.

« 7 Pleasures » plonge dans la nuit de l’âme.

Le désir y est comme sur exposé et se confronte à ses contradictions et à ses violences sans qu’un jugement soit imposé au spectateur.

L’érotisation froide de la scène donne lieu à deux états de corps très décalés, allant du visqueux à la transe, de l’obsessionnel au détaché , dans des modes de compositions et d’assemblages où l’humain s’éprouve dans la solitude irrémédiable de ses sensations.

 

Mette Ingvartsen (conceptrice, chorégraphe, danseuse danoise) donne à son spectacle une forme extrêmement conséquente en travaillant la scène comme un lieu d’intensité et de ruptures comme peut-être, nous traitons nous-mêmes notre propre désir…

 

7 PLEASURES

Etonnant spectacle d’une grande modernité!

Un travail d’acteurs tout à fait extraordinaire !

Aucun classicisme !

Une nudité complète en scène!

Mouvements voluptueux des corps

10 danseurs et chorégraphes.

Ebats jouissifs!

Erotisme et sensualité!

Une musique accrocheuse de Peter Lenaerts

 

Un excellent début de festival !

 

Karine Lalieux (Echevine de la Culture de la Ville de Bruxelles) :

L’originalité et la découverte sont l’essence même du Festival où se rencontrent des univers et des styles contrastés.

Les chorégraphes et les dramaturges viennent de Belgique, de Grèce, des Pays-Bas , de France , d’Israel , du Portugal et d’Italie.

La danse contemporaine y est présentée dans sa radicalité et ses audaces et se confronte aux hantises et aux humeurs de notre temps.

 

7 PLEASURES – METTE INGVARTSEN

 

 

LES BRIGITTINES 18 et 19/08 – 20h30

 

Prochain spectacle : The Black Piece  » – Ann Van den Broek

Lundi 21/08 et mardi 22/08

Infos Réservations: 02 / 213 86 10

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , merci pour votre écoute et votre patience.

 

Bon weekend à Vous !

 

A tout bientôt… enfin, je l’espère.

 

Roger Simons

APRES LE CRIME- FRANCIS DURBRIDGE(FESTIVAL BRUXELLONS)


Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe « Bienvenue au blog.

 EN SUSPENS : Glen Howard est l’assassin ! Quoi ! Livrer le nom du coupable, avant même de raconter l’histoire ? Pourquoi pas ?

Francis Durbridge, auteur britannique de romans policiers et d’espionnages, décédé en 1998, vend lui même la peau de l’assassin avant de l’avoir tué.

Tout doit être impeccable ! Le crime parfait, organisé, répété et puis…Puis…le grain de sable et c’est la course contre la vérité, le combat contre l’inattendu.
Pour nous , spectateurs, pas une minute de pause. On espère même que le meurtrier s’en tire tant son plan est diabolique!

Glen a décidé de tuer sa femme. Il a tout prévu. Enfin, presque ! La question est de savoir s’il sera pris ou non ? Tombera, tombera pas ?

Sur le mode des meilleurs Columbo, la pièce dévoile tout sur le crime, avant de plonger les spectateurs dans une implacable course-poursuite.

En chemin, halètements et sueurs froides, où l’on se surprend à frémir avec l’assassin.

Un thriller haletant.

APRES LE CRIME 

Du suspense avec huit comédiens que nous connaissons bien et que nous aimons : Pascal Racan, Laure Godisiabois ( qui joue aussi dans « Bossemans & Coppenolle »), Pierre Pigeolet (qui joue aussi Coppenolle), Nathalie Hugo ( qui joue aussi dans  » Bossemans), Michel Hinderyckx, Marie Braam, Gauthier de Fauconval!

Mise en scène et adaptation : Daniel Hanssens ( qui joue aussi Mr Coppenolle)

Du théâtre , du vrai théâtre !

Courageux ces acteurs, passionnés par leur métier superbe.

APRES LE CRIME

Un suspense qui ne laisse pas la place au  » peut-être »

Un auteur , Francis Durbridge, qui s’y connaissait bien dans les polars.

On se ose des questions dès le début de la pièce !

On imagine! On est perplexe !

C’est inattendu !!!

Je m’en voudrais de vous le dire ! Voyez la pièce de Francis Durbridge très bien modelée et jouée magnifiquement par ces 8 acteurs, et la mise en scène subtile et pénétrante de Daniel Hanssens.

La dernière seconde du spectacle est tout à fait subit !!!

APRES LE CRIME – FRANCIS DURBRIDGE

Prochaines représentations les 16/08,23 /08 ET 26/08

FESTIVAL « BRUXELLONS « 

Infos Réservations : 02/ 724 24 24

Vous avez encore trois représentations pour aller découvrir cet assassin  qui fait frémir…!(remarquable jeu de scène de Pascal Racan, le tueur , et les autres comédiens)

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « ,merci de votre présence!

A tout bientôt avec la danse aux Brigittines …

Roger Simons