FESTIVAL DES MIDIS-MINIMES 2016(CONSERVATOIRE ROYAL DE BRUXELLES(1)

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe »  musique musique musique…

30 ans de musique en fête !

30 ans de bonheur musical !


 HISTORIQUE

Depuis 1986, le Festival des Midis-Minimes s’est imposé comme le rendez-vous estival incontournable des mélomanes à Bruxelles et, depuis 15 ans, à Louvain avec De Zomer van Sint-Pieter. Pour fêter ces anniversaires, le Festival met les petits plats dans les grands : outre les accents thématiques par jour et les traditionnelles semaines centrées sur le piano et le quatuor à cordes, il y aura cette année des semaines dédiées aux anniversaires musicaux, à la musique de chambre de Bach, à la musique sacrée et aux musiciens de demain.

En 1986, une poignée de passionnés créait un festival de musique classique à Bruxelles. Les mots d’ordre étaient diversité, découvertes, envie, plaisir, partage… De la musique de tous les âges pour tous les âges. Trente ans et près de 1300 concerts !

Joyeux anniversaire !

MIDIS-MINIMES – ANNEE 2016- 04.07—31/08.

Sans quitter la déclinaison hebdomadaire traditionnelle – ouverte à tous les genres le lundi et parcourant ensuite la ligne du temps, du Moyen-Âge au XXIe siècle (musique ancienne le mardi, XVIIIe siècle le mercredi, XIXe siècle le jeudi, et XXe et XXIe siècle le vendredi), cette édition anniversaire verra six semaines guidées par thèmes spécifiques : piano, quatuor à cordes, musique sacrée, happy birthday, Bach solo, et Place aux jeunes.

OUVERTURE DU FESTIVAL

Durant cette première semaine, le Festival partagera son anniversaire avec ceux de compositeurs, d’artistes et d’oeuvres. Les 100 ans de la mort de Granados, de la naissance de Dutilleux et de la création de la sonate pour violoncelle et piano de Debussy….


 

 CONCERT DOUVERTURE (MIDIS-MINIMES)

Lundi 4 juillet -12 h15

« La Symphonie de Poche »

Direction : Nicolas Simon

Compositeur : Maurice Ravel (La Valse –Tzigane-Boléro)

Le 7 juin 1916, Ravel décline la proposition qui lui est faîte de rejoindre la Ligue nationale pour la défense de la musique française créée en mars de la même année. Pour lui, l’art musical est au-dessus de toute considération nationaliste. Ce programme aux inspirations européennes rend hommage au rejet de toute forme de sectarisme.

SymphoniePoche-photo Benoît Lombard).jpg

« La Symphonie de Poche » est un ensemble original et ambitieux. Constituée d’une douzaine de musiciens, elle place l’arrangement au cœur de son projet : au-delà d’une simple adaptation à l’effectif de l’ensemble, il vise à offrir un regard neuf et audacieux sur les oeuvres choisies…


 

 Quelle merveilleuse histoire musicale que celle de   « MIDIS MINIMES » qui continue son fantastique chemin au travers de toutes les musiques dites classiques.

Cette édition anniversaire commence donc par ce programme Ravel très festif.

Ensuite, l’Ensemble Clément Janequin (dir. Dominique Visse) célébrera les plaisirs de la bouche sur des musiques de la renaissance. Des interprètes de choix comme Eliane Reyes, Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel fêteront les 100 ans de la mort de Granados, de la naissance de Dutilleux. Et l’Ensemble Sagittarius soufflera ses 30 bougies aux sons des plus belles pages du baroque allemand.

Sans quitter la déclinaison hebdomadaire traditionnelle – ouverte à tous les genres le lundi et parcourant ensuite la ligne du temps, du Moyen-Âge au XXIe siècle –, d’autres semaines seront guidées par des thèmes spécifiques déjà plébiscités. À savoir : le quatuor à cordes (avec notamment l’incontournable Beethoven, Schubert, Borodine, Chostakovitch et des pièces pour quatuor de violoncelles de Joseph Jongen) ; le piano, avec cette année un accent sur des interprètes jeunes comme Anaïs Cassiers, Lilit Grigoryan, Piotr Sałajczyk et le Duo Jatekok ; et la musique sacrée, avec une invitation au voyage allant des polyphonies contemplatives du Moyen-Âge à l’extravagance des gospels.


 

En cette année anniversaire, il y aura en prime une semaine consacrée à la musique pour un seul instrument de Jean-Sébastien Bach (« Bach Solo ») et une série résolument tournée vers l’avenir, conviant sur la scène les meilleurs étudiants des classes de musique de chambre, de musique ancienne et de la section jazz du Koninklijk Conservatorium Brussel. Et, comme cerise sur le gâteau, parce que un concert c’est bien, mais deux concerts c’est encore mieux, le Festival offre cette semaine-là de prolonger la fête : dès 13 heures un second concert suivra la prestation des étudiants du KCB, en ligne avec le rythme habituel du festival.

Le concert de clôture, le 31 août, sera un nouveau rendez-vous avec Beethoven, cette fois-ci en compagnie de Irina Lankova (piano), du Brussels Chamber Orchestra et des New Baroque Times Voices, dirigés par Hansjörg Albrecht.

Pour ses trente ans, après avoir cumulé pas loin d’un demi-million d’entrées, sans quitter son caractère accessible, ouvert et amical, le festival a vu les choses en grand !

Rendez-vous lundi prochain à 12h15 pour l’ouverture Grand Festival MIDIS MINIMES –

CONSERVATOIRE ROYAL DE BRUXELLES

Rue de la Régence 30 a – 1000   Bruxelles

Infos : 02 / 512 30 79

 


 

 

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » , un grand merci pour votre présence régulière sur le blog.

Notre moment de séparation : La vision d’un film magnifique réalisé en 1949 pat Jean Cocteau « ORPHEE » .Un film qui transpose la légende d’Orphée pour la réinventer à travers fantasmes et cauchemars.

Un film riche au carrefour du mythe. , du fantastique et des manifestations de l’inconscient.

Un fim interprété par des grands comédiens de l’époque des années 5O , entre autres Maria Casarès, Jean Marais ( que j’ai eu la chance d’interviewer plusieurs fois et toujours avec plaisir) et François Périer ( avec lequel j’ai joué au Théâtre Royal du Parc « Bobosse, un superbe souvenir)

Projection d’Orphée à la Cinémathèque le 30/06 à 17h30 et le 09/07 à 22 h.

A tout bientôt !

 

Roger Simons


 

 

 

 

FESTIVAL BRUXELLONS – (CHATEAU DU KARREVELD)…EVITA

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » , bienvenue au Festival BRUXELLONS.

Ouverture le lundi 11 juillet 2016

Fermeture le dimanche 25 septembre 2016

Cela va être la fête au Château du Karreveld !

Après le triomphe de la comédie musicale « La Mélodie du Bonheur » programmée  en 2015, le Festival Bruxellons crée un nouvel événement en mettant à l’affiche   « EVITA » la célère comédie musicale mondiale qui retrace la vie légendaire de Eva Peron.

C’est la première fois du reste que cette oeuvre musicale est jouée et chantée en français, uniquement en Belgique !

24 comédiens et 11 musiciens live dans la Cour du Château du Karreveld.

Un « musical » composé par Andrew Lloyd Webber, un nom célèbre dans la comédie musicale américaine…

 

FLASHBACK IN HISTORY- LE FILM


 

Extrait du film d’Alan Parker «  EVITA « tourné en 1996 avec Madonna(Eva Peron) et Antonio Banderas ( Che Guevara)

 

Bruxelles : 18 ans plus tard – Création mondiale de cette histoire – version théâtrale totalement belge, interprétée par Deborah De Rider ( Eva Peron ) et Steven Colombeen(Che), avec Philippe d’Avilla(Juan Peron), Antonio Interlandi ( Magaldi) et Maud Hanssens(Maud)

Musique d’Andrew Lloyd Webber ,dirigée par Pascal Charpentier.


 

 L’histoire racontée est bien celle d’Eva Peron, la femme et la dictatrice. Mais cette comédie musicale est un véritable chef d’œuvre en ce sens qu’elle allie à cette histoire très simple , une musique d’exception et un véritable message politique.

Tim Rice, parolier de l’époque disait cci : « Je ne peux pas imaginer que le musical EVITA convainque quiconque que la tactique adoptée par les Peron dans les années 40 et 50 soit politiquement acceptable . Je tiens à affirmer ici que nous espérons que les seuls messages politiques qui transparaissent dans l’oeuvre sont que les extrémistes sont à la fois dangereux et attrayants et qu’une nation n’a pas besoin d’être une republique bananière pour permettre à une personne de l’extrême gauche ou de l’extrême droite d’accéder au pouvoir.

L’Argentine en 1945 était une nation sophistiquée.

Et aucun pays aujourd’hui, et certainement pas la Grande Bretagne , ne peut affirmer en toute confiance que cela ne pourrait arriver ici. »

Ce texte nous parle encore , malheureusement quarante ans plus tard , non ?

Jack Cooper(co-metteur en scène) : C’est merveilleux : Andrew Lloyd Webber et Tim Rice nous ont autorisés à traduire leur œuvre , offrant ainsi à la Belgique la création mondiale en français.

Un cadeau magnifique au Festival Bruxellons.

Ca travaille fort au château !

Ils sont plus de 50 !

 

EVITA

Une grande soirée de plaisir avec un vrai message.

C’est l’ambition du Festival Bruxellons depuis 18 ans !

LE FESTIVAL BRUXELLONS, C’EST AUSSI UNE VINGTAINE DE PIECES …

Des créations, des reprises de pièces crées dans les différents théâtres de Bruxelles. Des spectacles de toute grande beauté et de grande qualité.

Je vous les présenterai toutes au fil du temps…

Je vous raconterai  également , plus dans le détail, ce personnage que fut Eva Peron! C’est passionnant !

La musique de la comédie musicale est dirigée par Pascal Charpentier, le plus grand directeur musical de ce genre de spectacle. Je vous repasse une deuxième fois l’extrait que je possède .Rassurez-vous , il y en aura d’autres tout prochainement…

 

 

EVITA – COMEDIE MUSICALE -VERSION BRUXELLONS- CHATEAU DU KARREVELD

A voir  à partir du douze juillet… c’est dans quatorze jours …

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « , merci de votre présence sur le blog.

Notre moment de séparation : Une autre comédie musicale  d’Andrew Lloyd Webber : CATS .Superbe elle aussi !

Bonne écoute.

A tout bientôt!

Roger Simons

 


 

 

 

 

 

 

 

FESTIVAL MUSIQ 3- SUITE ET FIN (TROISIEME JOUR )


Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » bienvenue à Vous.

 

Dernier jour, mais des envolées multiples de concerts de tous les genres , de tous les horizons.

Info : deuxième représentation de la pièce de Patrick Leterme : «  YOKAI- ESPRITS ET CONTES JAPONAIS »Vision 11 h Studio 4.

(Vous trouverez ce spectacle en consultant Festival Musiq 3 deuxième jour)

Studio 1 – 12 h – Jasmin Toccata ou plus précisément le Trio Dunford(luth)-Rondeau(clavecin)-Chemirani(percussion)

Une rencontre qui promet d’être détonante : percussions orientales et instruments baroques.

CHEMIRANI Keyvan- © Jean-Baptiste Millot .jpg

Keyvan Chemirani aime créer des passerelles entre les univers musicaux. Il s’amuse ici avec deux talents éblouissants d’un baroque moderne et sans complexe, le luthiste Thomas Dunford et le claveciniste Jean Rondeau, révélation instrumentale aux dernières Victoires de la musique. Ensemble, ils donnent vie à une toccata aux fragrances de jasmin d’où « jasmin toccata »

Une rencontre entre deux virtuoses du monde baroque et un percussionniste issu de la modalité orientale.

(Musiques orientales et baroques improvisées)

Pour notre plaisir, les voici en avant-première…


 

 

Le matin de ce dimanche, beaucoup de « première scène » et de rencontres aux foyers, podium, studio 5…

Studio 4-13 h : Alberto Ferro, lauréat Prix Musiq 3 –(Concours Reine Elisabeth 2016)

13501686_1135585156521778_7649721798131985146_n.jpg

Alberto Ferro a 20 ans, il vient d’Italie.

Il est né avec le piano, grâce à sa mère qui lui faisait écouter de la musique classique. Il a commencé à 3 ans, mais les choses sont devenues plus sérieuses quand il est entré à 7 ans au Conservatoire Bellini à Catane.

Il a déjà présenté de nombreux concours, à Vérone, à Toronto, à Aarhus au Danemark, même le prestigieux concours Busoni, mais il est toujours arrivé 2e. Il a joué le Concerto n.1 de Rachmaninov, une oeuvre extraordinaire, parce que c’est le premier concerto qu’il a appris quand il avait 14 ans.

Une joie de le revoir quelques jours après le Concours.Le plaisir pour nous de le voir jouer du jazz.


 

Deux rendez-vous avec Ariane Rousseau et le Quatuor Alfama au Théâtre Marni à 13h30 et14h30.

ALFAMA Quatuor & ROUSSEAU Ariane (cop)Lydie Nesvadba.jpg

 Un spectacle pour les enfants : Pomme-Henriette .


Et les spectacles continuent …jusqu’à 22 h.

Studio 1 – 14 h. KHEOPS

1416229887_B973430536Z.1_20140827190142_000_GCJ3158M6.2-0.jpg

Fondé par trois musiciens belges reconnus sur la scène internationale : Marie Hallynck, violoncelliste, Ronald Van Spaendonck, clarinettiste, et Muhiddin Dürrüoglu, pianiste et compositeur.

Kheops a vu le jour en 2006. Avec la harpiste Sophie Hallynck, ils forment désormais le « carré de base » de cet ensemble à géométrie variable. Dès leur premier

Concert au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 2007, le violoniste Graf Mourja et le corniste Hervé Joulain les rejoignent pour interpréter le sextuor de Penderecki. Très vite, l’édifice prend forme grâce à la complicité de Lise Berthaud, altiste, Laurent Lefèvre, bassoniste, Ning Kam, violoniste, Romain Leleu, trompettiste, Gaby Van Riet, flûtiste, pour ne citer qu’eux. Tous partagent la même passion pour la musique de chambre et la plupart d’entre eux se connaissent depuis très longtemps.

Les compositeurs : N.Rota, M.Bruch, Mozart, M.Duruuoglu, pianiste et compositeur …

Un plaisir de revoir Marie Hallynck, que je suis depuis le début de sa carrière.


 

 Studio 4 – 15 hPino de Vittorio

 

DE VITTORIO Pino- c - Rino Trasi.jpg

 Giuseppe De Vittorio, communément connu comme Pino De Vittorio, est un ténor et acteur italien. Il a aussi chanté comme soprano. En 1976, il fonde avec Angelo Savelli La «Compagnia Pupi e Fresedde», spécialisée dans la musique folklorique des Pouilles et notamment les tarentelles. Sa carrière est jalonnée de nombreux concerts, notamment avec l’ensemble «I Turchini» et des enregistrements de musique ancienne et de nombreux opéras. Sa production l’a vu dans Le Couronnement de Poppée produit par Robert Wilson et dirigé par Rinaldo Alessandrini, à l’Opéra de Paris et à la Scala de Milan.

Il s’est produit un soir au Bijlokede Gand avec l’Ensemble Laboratorio 600.C’est avec ce monde-là qu’on le retrouve à Bruxelles avec sa guitare baroque et des percussions .

Il faudrait des heures pour vous raconter sa vie mouvementée…Une découverte à ne pas manquer.

Pour notre plaisir, le voilà …

 

 

Studio 1 – 16 h : Khaled Aljaramani

ALJARAMANI-Khale-c-2016 Interzone 3ème jour.jpg

C’est dans le sillage des illustres Irakiens Munir Bashir et Naseer Shamma que ce syrien a appris les codes et les usages de l’Oud (luth arabe). Après un diplôme au Conservatoire National de Damas ,Khaled Aljaramani a intégré l’Orchestre Symphonique National de Syrie, un grand ensemble où il s’est vite distingué en tant que soliste. C’est à cette époque, en 2002, qu’il commence aussi à s’illustrer seul en scène, puis avec le guitariste électrique de «Noir Désir», Serge Teyssot-Gay. Cette alliance de cordes subtiles accouchera du projet Interzone, couronné de succès. Le virtuose de l’oud peut dès lors s’affirmer comme compositeur et ouvrir son spectre aux autres musiques, favorisant un discours original, sans jamais oublier ce qui fonde son identité origine.

Un artiste à découvrir absolument. Il présentera son album solo oud « Athar »  dont il est le compositeur.

Pour notre plaisir, un extrait de sa musique… en avant-première.


 

Et la fête continue…

Studio 4 – 17 h : Spark , the classical band

home_head.jpg

Un quintette musical qui décline la virtuosité et la précision de la musique de chambre classique dans une prestance plus rock and roll. Une combinaison audacieuse entre la musique minimale, post-classique et d’avant-garde.

Un paysage musical insolite truffé d’expérimentations et alimenté d’une imagination vivace, plaçant l’inconformiste Spark à la pointe de l’innovation.


 

On virevolte sans cesse d’un studio à l’autre.

On quitte le Studio 4  vers le Studio 1, pour une nuit de rêve  avec Natacha.

 

KUDRITSKAYA Natacha.jpg

 Le déplacement en vaut la peine en découvrant Natacha Kudritskaya, née en 1983, en Ukraine. Après des études de piano à Kiev, elle remporta en 2000 le concours Rachmaninov des jeunes pianistes en Russie. Après plusieurs tournées aux États-Unis et en Europe, elle entre au Conservatoire de Paris en 2003, où elle

suit les cours de Jacques Rouvier, Henri Barda et Alain Planès. Elle obtient son diplôme de l’académie Tchaïkovski de Kiev en juin 2006, et donne depuis de nombreux concerts, en soliste ou en musique de chambre avec des artistes comme Daniel Rowland, Ivry Gitlis, Adam Laloum ou Philippe Graffin. En 2012, elle enregistre son premier disque consacré à Rameau pour la collection 1001 Notes.

Natacha Kudritskaya, remarquable pianiste ukrainienne nous propose en avant-première de son concert au Studio k une composition d’Erik Satie.

 

 

 Une course encore vers le Marni.

Théâtre Marni – 18h30- Karim Baggili

Karim Baggili est compositeur, guitariste et joueur de Oud (luth arabe). Titulaires de divers prix (premier prix de l’Open String Festival» (2000), aux Independent Music Awards et Meilleur album pour «Lea & Kash» (2011), il était également nominé aux Octaves de la musique en 2011 .

 

BAGGILI Karim (cop) Yasmina Baggili.jpg

Après ses albums Douar, Cuatro con Cuatro et Lea & Kash,, il sortait un nouveau disque,

Kali City, regroupant ses nouvelles compositions. Menant simultanément un grand nombre de projets

Musicaux , il tourne en ce moment en Belgique et à l’étranger pour présenter ce nouveau répertoire soit avec son «Arabic Band» soit en solo avec son écran vidéo Solo Screen.

Ce dimanche 03/07, Karim Baggili à la guitare, trois amis : basse, cajon et violon et en invité : le trompettiste syrien Amir ElZaffar.

Et pour notre plaisir, Karim et sa guitare.

 

 

 

On se rapproche de la fin de cet énorme Festival de la Musique pour regagner le Studio 4 et vivre la clôture de ces trois jours de fête.

Studio 4 – 19 h – Concert de clôture

a1ib000000AICOAAA5-975x445.jpg

 Le Chœur de Chambre de Namur dirigé par Leonardo Garcia Alarcon pour l’exécution de l’œuvre de Michelangelo Falvetti « NABUCO » écrite au 17ème siècl

13427807_1027816170588665_8275740738530100752_n.jpg

 Une grande composition émotionnelle et intense.

Ce merveilleux concert classique achève le FESTIVAL MUSIQ 3 – 2016.


 

Merci à tous d’avoir suivi le programme du Festival pendant trois journées.

Bravo à tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce superbe festival.

Une joie totale pour tous ceux qui aiment la musique et je sais qu’ils sont nombreux.

Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe », que de bons moments avec toutes ces musiques, non ?

Un autre moment, celui de la séparation : Et encore de la musique, celle Michael Jackson.

Un documentaire de Spike Lee qui raconte Michael de 1968 à 1979 à travers d’interviews et d’images d’archives. C’est ce samedi 25/06 à 22h20 sur ARTE.

A ne pas rater.

A tout bientôt avec d’autres festivals tels « Midis Minimes »  et « Bruxellons », sans oublier le « Festival Théâtre » à Spa et «  Amadeus » à Villers-la-Ville.

Bon week-end !

 

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FESTIVAL MUSIQ 3 – (DEUXIEME JOUR)


Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe « bienvenue à Vous!

 

 

La grosse journée du Festival avec ses 36 spectacles, à partir de 10h jusqu’à 22h.

Studios (1, 4 , 5, podiums, foyers , théâtre Marni) sont en pleine activité. Quasiment impossible de tout voir.

Je vous en propose une sélection…

STUDIO 1

Le studio 1 ouvre ses portes dès 10h avec un concert des élèves de l’Académie d’Ixelles.

A 12 h : Barbara Bajor & Alexis Carré . Ce sont eux deux qui ont enlevé le Prix Festival Musiq 3 en 2015.

Un plaisir de les retrouver dans des œuvres de Rachmaninov et Piazolla.

Barbara a débuté la musique à l’âge de sept ans en Pologne .

Elle y obtient le baccalauréat avec diplôme de basson moderne puis une maîtrise de basson dans la classe de Wojciech Orawiec. Et les tournées vont s’enchaîner.

Alexis est un jeune prodige musical de 25 ans qui a entamé l’étude du piano à l’âge de quatre ans dans la région d’Auxerre en France.

En 2009, il intègre le Conservatoire royal de Bruxelles où il poursuit ses études avec Dominique Cornil.

Lauréat du second prix au concours de piano de Liège en 2012. Et suivent d’autres prix.

Il se produit en France, en Suisse, aux Etats-Unis, en Belgique, voire ce samedi au Festival Musiq 3.

Avec ces deux grands compositeurs : Rachmaninov et Piazolla.( aucune vidéo n’est publiée sur leur travail à ce jour)

STUDIO 1 (suite) : A 14h, l’entrée des « Daltons du violon » Un quatuor violons « Girard » et une clarinette : « Ronald Spaendonck »

Au programme : Debussy, Bartok, Glazounov.

Un concert également à découvrir…

STUDIO 1 (deuxième suite)

A 16 h avec le trio BUSCH : Omi Epstein (piano) , Mathieu Van Bellen( violon) , Ori Epstein ( violoncelle)

 

The Busch Trio © Blake Ezra.jpg

Un trio récemment reçu à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Un superbe trio parmi la nouvelle génération.

Un plaisir de les écouter…

 

 

STUDIO 1 (troisième suite)

A 18 h avec la pianiste Anne Queffélec, déjà présentée dans ce grand programme du Festival.
Un choix de trois compositeurs : Debussy Hahn   et Mozart.

Un concert très intimiste.

Un plaisir ! Elle joue pour nous un œuvre Bach.

 

 STUDIO 1 (quatrième suite)

A 20 h : L’Ensemble  Oxalys! Un ensemble à géométrie variable.

Créé en 1993 au sein du Conservatoire de Bruxelles, cet Ensemble est devenu l’un des incontournables ensembles de musique de chambre du paysage musicale belge.

Trois compositeurs au programme : P.Glass , W.Marsalis, J.Adams.

Pour notre plaisir : une musique portugaise enregistrée au cours du Festival de Madère.


 

 STUDIO 1 (cinquième suite)

A 22 h , un concert vidéo.

Pourquoi pas ? Avec Gershwin, .Barber, Joplin, Bernstein, Ellington…

De quoi passer un bon moment !

Je choisis Janis Joplin avec «Summertime »  de Gershwin.

Enregistrement 1969.

 

 STUDIO 4

Six concerts et spectacles dans ce vaste studio de Flagey ce samedi.

A 11h c’est le nouveau spectacle conçu par Patrick Leterme et destiné aux enfants. et de nombreux comédiens :   « YOKAI – Esprits et contes japonais »

Ce Traditionnel projet familial d Festival

de Wallonie sous la houlette de Patrick Leterme

fera découvrir cette année les esprits japonais appelés « Yôkai ».Un spectacle créé au Festival Musiq’3.

Les Japonais sont entourés d’esprits, les Yôkai, le saviez vous ? Eux le savent !

Dans les années 30, le jeune Shigu grandit au Japon. Loin du regard des parents, préoccupés par des tracas financiers, il arrive régulièrement que les garçons de son village, répartis en deux clans, se battent. Mais Shigu ne se doute pas que les combats les plus courageux qu’il aura à mener se feront contre des Yôkai les esprits japonais. Doté d’une sensibilité particulière pour les percevoir, il apprend à connaître leurs noms, leurs fonctions, et à s’en méfier si nécessaire.

Cinq musiciens, deux danseurs comédiens, deux enfants et un illustrateur vont nous emmener à la découverte du répertoire inépuisable des Yôkai. C’est l’auteur de manga Shigeru Mizuki qui les a ramenés dans la culture japonaise contemporaine. La lumière des néons modernes avait failli leur être fatale, car elle ne laisse aucune zone d’ombre dans les coins des pièces. Et les Yôkai auraient pu disparaître, tels des légendes inutiles pour vieillards naïfs. Mais les Japonais,comme… nous, ont besoin de se confronter à leur part de mystère et d’inconscient..

Studio 4 (deuxième suite)

A 13 h : « The RegensHip’s » avec le «  cor »  de Pierre Dassonville.

Il est depuis 1997, premier cor solo dans l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie. Ses Activités de soliste lui permettent de se produire avec divers orchestres et comme chambriste.

 

DASSONVILLE Jean-Pierre.JPG

 Pierre Dassonville est membre de divers ensembles et est régulièrement invité, par le quatuor Danel, les ensembles Oxalys et Musiques Nouvelles. Il donne

également régulièrement des master classes, joue dans des groupes de musique de chambre, et est aussi professeur de cor et cor naturel à l’académie de musique de Woluwé Saint Lambert , au Conservatoire Royal de Mons et au Conservatoire Royal de Bruxelles.

Il va jouer du Mozart et du de Croes( compositeur belge du 18ème)

Pour notre plaisir, voici Jean-Pierre et …son « cor » .

 

 

Studio 4(première suite) : A 15h, nous retrouvons Anne-Catherine Gillet, soprano avec Shirly Loub, violoniste et l’Orchestre du Festival.

Deux fabuleux compositeurs : Respighi et Stravinsky

Deux fabuleuses interprètes.

 

GILLET Anne Catherine © Laetitia_Bica_2.jpg

 Pour notre notre plaisir : Anne Catherine et ….Salvatore Adamo .Chouette de les écouter tous les deux.


 

 Studio 4 (deuxième suite) : A 17 h , des chants kabyles avec Amel Brahim :Djelloul et l’Ensemble Amedyez .

Poètes et poétesses d’Al-Andalous.

 BRAHIM-DJELLOUL Amel©AshrafKessaissia-HD.jpg

 La Soprano Amel Brahim-Djelloul, chanteuse lyrique d’origine algérienne, entame sa carrière en 2005 dans le cadre du «Jardin des Voix» de William Christie. Aujourd’hui, son parcours lui a d’ores et déjà permis d’aborder divers rôles majeurs de son répertoire sur de prestigieuses scènes, tant en France qu’à l’étranger (Opéra de Lausanne, Grand Théâtre de Genève, Deutsche Staatsoper de Berlin, Barbican de Londres, Lincoln Center de New York…). Diplômée au Conservatoire de Paris suite à une formation en musique classique, Amel Brahim.

Djelloul développe aussi singulièrement le pan des musiques traditionnelles, puisant sa motivation dans la variation des répertoires, des styles et des genres.


 

STUDIO 4 (troisième suite). A 19 h : Giora Feidman et la musique Klezmer

 

FEIDMAN Giora- avec instruments.jpg

Ses parents ayant émigré d’Ukraine, c’est à Buenos Aires que naît Giora Feidman en 1936.

Clarinettiste de l’orchestre du Théâtre Colón à 18 ans, il rejoint les rangs du Philharmonique d’Israël, où il émigre en 1957. Dès 1970, il se lance dans une carrière de soliste. Son bagage musical est riche de toutes les cultures qui nourrissent l’état juif. Pour les juifs d’Orient, la musique Klezmer est de toutes les fêtes, mais elle porte aussi des émotions plus mélancoliques. Et Giora Feidman décide alors que sa clarinette va chanter et partager toutes ces émotions avec un public de plus en plus vaste, sans oublier le répertoire classique. Le théâtre l’attire également et le cinéma l’appelle: on peut l’entendre dans la bande sonore de « La Liste de Schindler ».

Pour notre plaisir, Giora Feidman nous fait entendre sa musique qu’il jouera d’ailleurs à Flagey


 

Studio 4 (quatrième suite) A 21h : Du jazz avec le pianiste Makoto Ozone.

Enfant prodige, Makoto Ozone découvre la musique et l’orgue avec son père. Il découvre à douze ans la musique d’Oscar Peterson: c’est le coup de foudre pour le piano et le jazz.

Après un brillant cursus à la «Berklee School of Music » de Boston, il décroche un contrat exclusif avec la firme CBS – première pour un artiste japonais. Il collabore étroitement avec Gary Burton, puis avec des musiciens tels que Chick Corea, Michel Petrucciani ou John Patitucci.

Ouvert à tous les genres de musique, et passionné notamment de musique classique, Makoto Ozone se produit aussi dans les concertos de Mozart, Beethoven, Gershwin, Bernstein, avec des chefs tels que Charles Dutoit ou François-Xavier Roth.

En avril 2010, son album très original «  Road to Chopin » rapproche le classique et le jazz

Pour notre plaisir, Makoto joue Chopin en classique, en jazz et en valse.

 

 

Pour un Festival, c’est incontestablement un Festival !

Généreux ! Intéressant ! Vivant !

Des aller retour du studio 1 au studio 4 et du studio 4 au studio 1 …Et à l’intérieur de cette course, des arrêts au podium, au foyers ,au studio 5 et selon les possibilités, un marathon vers le Marni qui offre du théâtre-comédie , de la danse avec Sam Touzani et Isabella Soupart. Je vous en déjà parlé au cours des « Feux de la Rampe »

Rideau –

A tout bientôt pour la troisième et dernière journée de ce brillant et unique Festival.

Notre moment de séparation  Avec Ennio Morricone les 25 et 26 juin , place Saint-Pierre à Gand.

Un bel hommage à ce grand compositeur et chef d’orchestre italien, né à Rome en  1928.

Grand spécialiste  de musique-western ! De bons souvenirs !

A dans quelques heures  !

Roger Simons

 

 

 

 

.

FESTIVAL MUSIQ ‘3 (PREMIER JOUR ) VENDREDI 01/07- FLAGEY

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe  » , bienvenue à Vous pour découvrir ce fameux Festival !


Un grand moment de musiques des plus diverses.

FLAGEY – MARNI   : 01 – 02 – 03/07

Des rendez-vous plein de surprises… Des stars du classique, des stars du jazz , des stars des musiques d’ailleurs.

Le thème : « ORIENT-OCCIDENT – CONNECT »

Cette année 2016, les musiques d’Occident vont rencontrer les traditions d’Orient.

Les artistes de chez nous croiseront ceux d’ailleurs !

De multiples découvertes à vivre pleinement dans une véritable ambiance de festival…musical !

Tout va se passer entre Flagey (et ses studios superbes), Flagey (la place Sainte-Croix et son podium), le théâtre Marni(à quelques pas de la place Flagey)

Artistes de chez nous ! Artistes d’ailleurs ! Artistes du bout du monde !

Des compositeurs classiques ! Des œuvres qui témoignent d’une fascination toute particulière aux sonorités orientales, qui dialoguent avec d’authentiques musiques de traditions arabe, kabyle, klezmer , persane, soufie , japonaise , coréenne.

Outre ces multiples dialogues Est-Ouest, la programmation fait également la part belle à la musique baroque : Bach, Lully, Monteverdi, Purcell…Au répertoire classique : Bartok, Dvorak , Rachmaninov , Satie…Aux compositeurs contemporains : Philip Glass , John Adams…Aux grands noms du jazz : Ellington, Corea….

Des dizaines d’artistes de renom seront également présents durant les trois jours du Festival dont Anna Queffélec le vendredi 01/07 à 18 h 30 (ouverture du Festival)

INFO : « Les Feux de la Rampe » participent à cette grande fête. Je me propose de vous faire entendre et voir, en avant-première, la plupart de ces chanteurs et musiciens qui se produiront aux studios 1, 4 et Marni , mais dans des oeuvres totalement indépendantes de celles qu’ils interpréteront en direct.

Vendredi 01/07 – 18.00Place Sainte-Croix – Sur le podium…

La fête commence !


 Vendredi 01/07-18h30-Studio 4 : Raving Ravel- « From west to east. »

Avec Anne-Catherine Gillet(soprano) , David Kadouch (piano) et le Brussels Philharmonic(Dir :Nicholas Collon)

 

GILLET Anne Catherine © Laetitia_Bica_2.jpg

Très jeune, la soprano belge Anne-Catherine Gillet rejoint la troupe de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège , où elle fait ses débuts. Depuis, elle a interprété de nombreux rôles sur les plus grandes scènes françaises et internationales…

Elle vient de signer une prise de rôle dans «  Guillaume Tell » et «  « Les Pêcheurs de perles.. »

KADOUCH David copyright Caroline Doutre.jpg

 Né en 1985 à Nice, David Kadouch rejoint à 14 ans la classe de Jacques Rouvier au Conservatoire de Paris.

A 13 ans , il est remarqué par Itzak Perlman qui le dirige à New York. Finalit de nombreuses compétitions , il joue sousla direction de Boulez au Festival de musique contemporaine à Luzerne et ses prestations le mènent   de New York à Tokyo….Et on le retrouve un peu partout dans le monde…

Et pour le plaisir  (hors festival): Anne Catherine Gillet et David Kadouch sur le blog.



 

Vendredi 01/07 – 20 h –Studio 1

Rencontre inattendue : Anne Queffélec et Toblas Feldman—avec Mozart, Ravel, Khatchatourian , Debussy.

QUEFFELEC Anne (cop) Caroline Doutre.jpg

Anne Queffélec, remarquée aux concours internationaux, cultive un répertoire éclectique d’Haendel à Dutilleux. Elle a reçu l’enseignement de Paul Bdura-Skoda, Jorg Demus , Alfred Brendel.

Publiscitée en Europe, Japon, Hongkong, Canada, Etats-Unis….

 

FELDMANN Tobian c Fabian Stürtz.jpg

 Très vite , Toblas Feldman devient célèbre dans les cercles de musique classique grâce à ses performances dans de nombreuses compétitions internationales dans lesquelles il dévoile sa finesse musicale. Récompensé à 11 reprises lors de concours internationaux de violon et obtient le 4ème prix lors du Concours Reine Elisabeth en 2015

Et pour le plaisir – hors festival- Anne Queffélec et Tobias Feldman


 

 

 

 Vendredi 01/07 – 21 h – Studio 4

Avec «  Le Poème Harmonique » : Claire Lefilliâtre(soprano) et Vincent Dumestre(dirigeant)

DUMESTRE Vincent c Guy Vivien.jpg

 Directeur artistique et fondateur du Poème Harmonique auquel la majeure partie de sa carrière est associée depuis 1998 .Il a étudié tout d’abord l’histoire e l’art à l’école du Louvre et la guitare classique à l’Ecole Normale de Paris.Il s’st tourné par la suite vers l’apprentissage du luth et de la guitare baroque aux Conservatoires de Toulouse et de Boulogne où il a obtenu son diplôme. Et depuis , il se produit dans de nombreux concerts.

 

image_zoom_36.jpg

Sa partenaire, Claire Lefilliâtre, excellente soprano passionnée par le chant et l’expression baroque. Depuis 1999, elle est l’une des interprètes principales des productions du Poème Harmonique que dirige Vincent Dumestre.

Pour notre plaisir : Claire Lefilliâtre


 

…Vendredi 01/07 – 22h – Studio 1 – In Alto & Khaled Aljaramani

 

ALJARAMANI-Khale-c-2016 Interzone 3ème jour.jpg

 C’est dans les sillages des illustres Irakiens Munir Bashir et Naseer Shamma que ce syrien a appris les codes et des usages de l’Oud(luth arabe). C’est en 2002 qu’il a commencé à s’illustrer seul en scène , puis avec le guitariste électrique de «  Noir Désir »

Ce virtuose peut s’affirmer comme compositeur et ouvrir son spectre aux autres musiques, favorisant un discours original , sans jamais oublier ce qui fonde son identité originelle.

Pour le plaisir : Aljaramani


C’est avec cette magnifique musique que FESTIVAL MUSIQ 3 prend congé des spectateurs pour leur fixer rendez-vous le lendemain, samedi 02/07.

La suite….dans l’immédiat…

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe »,merci de votre intérêt au blog.

Notre moment de séparation:  NANA MOUSKOURI dans l’émission  de Marc-Olivier Fogiel  » LE DIVAN  « ce vendredi 24/06 à 23h10 sur France 3.

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ii

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ii

BRUXELLES – ECOLE BROADWAY + CELINE DION

Amis de l’émlssion/blog  » Les Feux de la Rampe  » , bienvenue à Vous …en musique.


(The First Musical Théâtre in Belgium)

Une idée rarissime que cette école supérieure de formation à la comédie musicale.

La première école supérieure entièrement dédiée à la Comédie Musicale en Belgique.

J’ai toujours été un fan de la comédie musicale.

J’en ai vue beaucoup tant à New-York qu’à Londres, Vienne, à Paris ou à Bruxelles.


 

Intéressant ! Les cours de l’Ecole Broadway s’adressent aux comédiens, chanteurs , danseurs expérimentés ou débutants désirant aborder le style tout à fait particulier de la comédie musicale

Cette école s’adresse  également aux étudiants en art dramatique et en chant , et toute personne sensible à la créativité ayant une démarche personnelle autour de sa voix, ses émotions et son corps.

Il doit y en avoir de nombreux dans les écoles d’art dramatique telles l’Insas ou l’IAD et d’autres encore.


 

La compréhension de l’univers musical des timbres, des instruments , des techniques analysées du point de vue du compositeur et le lien entre le comédien et ce vocabulaire musical sont deux piliers indissociables et interactifs permettant à l’acteur de créer un existence parallèle ou les seuls moyens de communiquer ou d’exposer ses sentiments sont la musique et le chant, accompagné par le langage corporel.

Didier Malengreau (L’un des créateurs): Le programme proposé  est s’orienter sur l’analyse théorique et détaillée de la construction musicale et théâtrale des plus grandes comédies musicales en relation avec le sujet et les paroles , la gestion des états émotionnels par rapport l’émotion musicale, harmonique et orchestrale.

De plus, le jeu chanté et la technique vocale sont étudiés.

Toute travail ayant comme but à la fin de chaque année la création d’une comédie Musicale Originale.


 

FORMATION COMPLETE EN 30 SEMAINES

L’Equipe : Alexandre Diaconu- Vincent Penele-Didier Malengreau

(Master Class, stages, cours particuliers..)

Ce qui est intéressant, c’est de permettre à des jeunes de se familiariser à ce travail en une formation complète de 30 semaines.

Et qui plus est , la possibilité de rencontrer les artistes professionnels !

Pour touts renseignements, cliquer sur le site de l’Ecole :www.ecoledebroadway.be

Adresse : 638 chausse de Saint-Job 11- Uccle Belgique.

Je vous ai proposé quelques extraits de comédies musicales américaines qui ont été étudiées à travers le temps : Cats, Chicago, Chorus Line, Moulin Rouge , Dracula , Jesus Superstar …et beaucoup d’autres.

Ce sera très certainement passionnant d’assister à   ce spectacle que l’on pourra voir le 23 juin à 20h au Théâtre Molière. Une occasion unique de présenter le travail de toute une année.

Un jury prestigieux composé de professionnels qui procéderont à l’évaluation de la prestation des candidats.

Quelles seront les comédies musicales étudiées et présentées ce 23 juin ? Patience …

ECOLE BROADWAY /SPECTACLE

Jeudi 23 juin – 20 h.

Infos Réservations : Tél : 32471438147

THEATRE MOLIERE

Square du Bastion  3 – 1050  Bruxelles(Ixelles)


 

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe », merci pour vos présences sur le blog chaque jour.

Notre moment de séparation : La venue de CELINE DION.

Elle a chanté devant des millions de fans dans le monde entier, a collaboré avec les meilleurs musiciens et artistes, et a remporté un grand nombre de récompenses réputées : elle est chanteuse à voir sur scène. Céline Dion continue de régaler son public grâce à sa voix puissante et technique en se produisant lors de spectacles gigantesques et de concerts plus intimistes. Elle s’est produite récemment au « Colosseum » du Caesars Palace de Las Vegas, où elle y brille plus fort que jamais.

J’ai revu dernièrement un fameux documentaire qui retraçait remarquablement toute sa carrière.

Elle sera les 20 et 21/06 en concert au Palais des Sports d’Anvers !

Si vous l’aimez, vous aussi, essayez de trouver une ou deux places, mais je pense qu’il n’y en reste plus une seule…

Bienvenu Céline!

Bonne écoute et vision à Vous.

A tout bientôt.

Roger Simons

 


 

L’AUDITION avec Caroline, Mohamed, Naya , Jeremy(CAFE THEATRE LA SAMARITAINE )

Ils sont quatre en scène : un comédien, deux comédiennes et un pianiste.

FLASHBACK IN HISTORY

Les films muets au cinéma, nous les connaissons bien.

Les pièces muettes au théâtre ca n’existe pas. Ou tout au moins, ca n’existait pas.

Aujourd’hui, c’est chose faite ! Grâce à cette jeune équipe qui se produit actuellement à la Samaritaine .


 

NAISSANCE-THEATRE

12705572_1663861233862482_1847392215397296355_n.jpg

L’Audition est né du succès rencontré par un très court solo muet, mimé et dansé, présenté par Caroline Faust en juin 2012 au Centre Culturel Jacques Franck à Bruxelles. Le public a réservé une standing ovation à la jeune comédienne, qui dans le cadre des projets de fin d’études de l’école Lassaad avait conçu et interprété le personnage émouvant et drôlissime d’une jeune danseuse, déchirée entre son rêve de gloire et le trac paralysant qu’elle ressent avant son entrée en scène.

1914501_1082397411818525_256770297283407684_n.jpg

L’Audition en revanche est une pièce de théâtre complète, une comédie muette, une histoire simple qui ne s’embarrasse pas de bavardages et nous emporte dans un monde de sentiments. Dans un contexte de cabaret des années 30, les personnages de L’Audition arpentent l’espace réduit de leur loge commune, s’ignorent et s’affrontent, se rejettent et s’apprivoisent … Elle, pauvre danseuse pleine d’ambition, attend impatiemment la gloire et les diamants. Lui, artiste rêveur et maladroit, a le ventre vide mais le cœur débordant d’amour pour elle. Tout les oppose… Les enchaînements des scènes font office de sous-titres, tandis que la riche palette des mimes et mimiques renvoie à l’univers âpre et tendre de Chaplin dans les Lumières de la Ville ou le Kid. Grâce aux costumes d’époque, au jeu très physique des comédiens, aux nombreux gags et effets visuels, à la musique qui swingue et au décor impressionniste, le spectateur est totalement projeté dans ce passé cinématographique chaleureux et familier. En noir et blanc, il partage la solitude des protagonistes, leur misère, leur trac, leur rencontre, leur découverte mutuelle, l’amour !

Je le répète une deuxième fois : c’est génial !

12744324_1068124903245776_6087746292133902213_n.jpg

Ils sont excellents ces trois comédiens, ils se jettent à cœur perdu dans la danse et des centaines de mouvements des plus burlesques.

Voilà un cadeau que nous font ces quatre artistes : Caroline Faust(Belgique), Naya Eslava(Pérou) , Mohamed Quachen (Maroc) et Jeremy Dumont, le pianiste (Belgique).

12729262_1068123663245900_4149128757792856863_n.jpg

Caroline a été inspirée à tenter cette aventure, à force d’avoir vu des milliers de films muets.

Naya , venue du Pérou, a suivi l’idée de Caroline et qui plus est, à commencÉ à enseigner le théâtre muet aux enfants. C’est elle aussi qui assume la mise en scène du spectacle et elle le fait très bien.

Mohamen n’imite à aucun instant Charlot. Ses danses lui sont totalement personnelles.

Jeremy se met au piano et suit pendant une heure tout le spectacle, se lançant dans des adaptations musicales des époques du passé , les standards des années 1930 , à la manière de Art Tatum, ; on y retrouve des thèmes bien connus comme « Tenderly », « Tea for two, «  Remember you », le fameux « Smile »  de King Cole…D’autres et d’autres, et même du classique avec Chopin et Bach. Sans oublier cette toute vieille chanson humoristique écrite en 1917 «  Je cherche après Titine » de Leo Daniderff que l’on entend dans   « Les Temps modernes »  de Chaplin.



L’AUDITION

Une pièce qui prend son envol à toute allure .C’est formidable et aussi, c’est utile pour les personnes malentendantes …

Bravo à ces artistes que nous allons très certainement retrouver un peu partout non seulement en Belgique , mais partout dans le monde.

 

10603248_1082397531818513_1973519591791741311_n.jpg

Au passage, merci à Chaplin qui nous a régalé dans des centaines de ses films muets. On ne les oublie pas.

L’AUDITION

Une grande première théâtrale

Jusqu’au 11/06/16

 

12742673_1068124483245818_8032363288985129246_n.jpg

CAFE THEATRE LA SAMARITAINE

Rue de la Samaritaine 16 – 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 5112 33 95

Merci aussi à Huguette Van Dyck, la « patronne » de La Samaritaine d’avoir programmé ce spectacle.

12705178_1068123789912554_8728632935333616777_n.jpg

Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe «  merci de suivre avec passion mon blog auquel j’ai donné ce titre en voyant le célèbre film de Chaplin «  Limelight ».

Notre moment de séparation, si vous le voulez bien, la musique du film dont je viens de vous citer.

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

 

 

FESTIVAL/NOUS SOMMES GRECS( LE SENGHOR- CENTRE CULTUREL D’ETTERBEEK)+MOUSKOURI ET ROUSSOS

Un superbe festival durant quatre jours, qui nous offre de découvrir de grands musiciens, danseurs et chanteurs grecs.

C’est la musique, c’est la danse, c’est le théâtre d’ombre , le documentaire…l’ouzo et les petits mezzés …

Jeudi 09/06/16

Ross Daly & Kelly Thomas-Efren Lopez & Michalis Kouloumis

Lyre, baglama , vielle , oud, violon. Foisonnement d’influences crétoises, chypriotes et turques qui nous emmènent aux confins de la musique modale contemporaine.

Deux duos qui pourraient se muer en trio quatuor : Ross Daly d’origine irlandaise qui un jour a posé ses valises en Crète et a fondé Le labyrinthe Musical Work Shop.

Avec Kelly Thomas sa complice, ils interprètent des compositions où la lyre crétoise est célébré.

Efren Lopez, poly-instrumentiste d’origine espagnole, nous fera entendre de la musique médiévale et méditerranéenne.

Avec son complice Michalis Kouloumis , chypriote, ils nous feront voyager dans leur univers d’improvisation et de musiques classiques ottomanes…

Vendredi 10 juin…

Retour de Matoula Zamani avec un album tout neuf et une nouvelle formation.

Son énergie, son engagement et sa sincérité font d’elle une artiste à part. Etonnante à découvrir.

Avec son groupe, elle nous fera visiter avec panache son univers poétique et humaniste.

Samedi 11 juin…

Kalimera Bruxelles : ici Radio ERT d’Athènes ! Animatrice de l’émission réputée Rebetiki Serenata, Katerina Tsiridou, chanteuse populaire et encyclopédie vivante du Rebetiko, nous fera vivre cette soirée musicale didactique et joyeusement interactive. Avec les groupes Kosmokrators et le duo qu’elle forme avec Areti Ketime, jeune prodige.

Textes crus , proches de la réalité et plein de sarcasme, dans des traductions originales ,chantées en français, anglais et néerlandais, les Kosmokratos accompagnés pour l’occasion par le célèbre Agathonas d’un humour décapant.

Dimanche 12 juin…

Sofia Papazoglou .

Sofia, issue de l’immigration belge, vit une « success story « en Grèce depuis plusieurs années.

Sofia présente un programme exclusif qui remonte aux sources via un triple hommage aux grandes chanteuses du Rebetiko , « Nos étrangères à nous » .

Arméniennes ou juives, tout en étant profondément grecques, elles ont marqué leur époque : Roza Eskenazi , Marika Ninou et Stella Haskil ont créé un répertoire de chansons toujours fort apprécié de nos jours.

Et le Festival s’achèvera avec une masse d’instruments : violon, klarino, accordéon, guitare , gaïda, percussions , oud, kaval , santouri…Que serait un festival sans une fête ? Alors, chantons, dansons, aimons , disent les organisateurs !

FESTIVAL NOUS SOMMES GRECS

Jusqu’au 12 juin 2016

LE SENGHOR – CENTRE CULTUREL D’ETTERBEEK

Chaussée de Wavre 366 – 1040 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 230 31 40

Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe », merci pour votre intérêt et votre assiduité au blog.

Notre moment de séparation : Une dernière musique grecque, pourquoi pas ? Avec Nana Mouskouri & Demis Roussos.

Bonne écoute et à tout bientôt !

 Roger Simons


 

 

 

 

 

BABYDOLL (THEATRE DE LA CLARENCIERE) + (film)LE VENT SE LEVE

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe  » , Bienvenue à BabyDoll…

Cette pièce n’est pas une copie du film d’Elia Kazan …

Cette comédienne n’est pas une copie de Carol Baker…

Cette pièce est écrite et mise en scène par Naomi Golmann, et interprétée par Daphné Huynh…

BABYDOLL, un bijou d’une belle sensualité !

Une pièce dotée d’une écriture pétillante, reflet d’une grande aventure amoureuse.

Une pièce qui fait rêver, qui fait désirer, qui fait aimer, une vision de l’amour qui trouble, des moments quelque peu émouvants.

 

BBDoll5.jpg

Une interprétation charnelle, sexuelle, envoûtante par Daphné Huynh , jeune comédienne que l’on a pu voir dans quelques-uns de nos théâtres bruxellois, d’une superbe présence féminine , belle à séduire , à aimer. Cette pièce est d’ailleurs écrite à partir d’une vraie et vivante histoire d’amour.

Elle : « Le prince n’existe pas ni son cheval blanc, seulement ma robe, un château gonflable sur lequel je saute et le poile dru de son destrier.

 

SYNOPSIS

Babydoll se prend pour une poupée de celluloïd et se croit atteinte de multiples syndromes et complexes liés aux contes de fées : Peter Pan, Cendrillon, Fée clochette, Belle au bois dormant…

Mais son ingénuité entre en conflit avec la réalité.

Quoi, le Prince préfère son petit cul en forme de coeur à son joli minois ?! Il ne veut pas se marier, pas d’engagement ? Et elle, qu’est ce qu’elle veut ?

Ce conte contemporain nous plonge dans un genre de «Disney» où le prince de Cendrillon est fétichiste, où Alice gobe des pilules contraceptives et où Blanche neige est suicidaire.

Le rapport au conte attendu est ici dénaturé, corrompu, désillusionné, endeuillé du prince qui n’existe pas et de la princesse qu’elle n’est pas.

BBDoll17.jpg

EXTRAIT

 J’aime, aime,

Aussi quand tu crois m’aimer

J’aime aussi croire que tu m’aimes

Je crois que je t’aime

J’aime croire t’aimer

J’aime que tu croies que je t’aime

Conçue et cousue

De toutes pièces

Pour te plaire , pour te plaire,

Je te dis ce que tu veux entendre

Je fais ce que tu veux

N’est-ce pas, n’est- ce pas,

C’est bien la que tu veux…

UNE FEMME PARLE DE LA FEMME

Naomi Golmann (auteure et metteuse en scène) : Mon texte est emprunt du rapport aux contes merveilleux qui influencent notre monde symbolique.

Ces références aux films de Walt Disney inspirés de ces contes sont autant de fragments en distorsions qui décrivent la psyché de Babydoll.

« Tout conte de fées est un miroir magique qui reflète certains aspects de notre univers intérieur et des démarches qu’exige notre passage de l’immaturité à la maturité. Pour ceux qui se plongent dans ce que le conte de fées a à communiquer, il devient un lac paisible qui semble d’abord refléter notre image ; mais derrière cette image, nous découvrons bientôt le tumulte intérieur de notre esprit, sa profondeur et la manière de nous mettre en paix avec lui et le monde extérieur.»

(Bruno Bettelheim, Psychananlyse des contes de fées.)

BBDoll10.jpg

 EXTRAIT

Miroir, miroir

Suis la plus belle ?

La beauté n’est pas éternell

Il faut en rofiter

D’être jeune

Et belle

Et ferme

Profiter d’être jeune

Jeune , si jeune

Mais moi jedis

Y à t’il une date de péremption ?

Naomi Gokmann : J’ai commencé à écrire cette oeuvre de manière très instinctive, sans réellement chercher à intellectualiser le propos ni d’où il provenait.

Ce n’est que par la suite que je me suis rendu compte que ce thème était en fait commun à beaucoup de femmes.

La petite fille dans sa construction s’identifie à sa poupée si parfaite, à la princesse des contes de fées, elle apprend à attendre celui qui la rendra si heureuse. En vain…

Concrètement, dans la vraie vie, le prince charmant n’existe pas ou tout du moins pas comme on l’entend. Le parcours d’une jeune femme est souvent fait d’écueils amoureux, de recommencements, d’adaptations, de bonnes ou de mauvaises expériences

J’ai axé mon travail sur cette démystification en utilisant un langage cru, des mots vrais, pour contraster avec le merveilleux et montrer quel choc cela pouvait être de quitter une illusion pour se confronter à la réalité.

Ce texte cherche à décomplexer les femmes, et peut-être les hommes aussi.

Il est parfois grinçant, dur ou violent, tantôt teinté d’instants « jouissifs » et drôles, il est des instants de vérités touchantes. Il questionne sur l’identification, la reconnaissance, la conscience de soi dans cette transition/transmission sensible où l’enfant devient adulte, la jeune fille femme, la femme Femme.

BBDoll1.jpg

EXTRAIT

Je suis la dérive de Walt , hein Walty ?

Babydoll est en perpétuelle démonstration de son «pays des merveilles», aux limites de la schizophrénie et de ses multiples facettes, elle s’invente une poupée de celluloïd, un automate qui n’est pas réel, elle construit une mécanique qui l’empêche de ressentir les émotions jusqu’à tant que celles ci explosent et que tous ses fonctionnements soient remis en question.

Naomi Golmann: J’ai souhaité briser des tabous, qui ne sont peut-être que miens propre à ma vie de femme, mais qui résonnent et font écho d’une manière ou d’une autre à l’histoire de chacun.

L’aspect érotique du personnage nous amène à considérer la condition actuelle de la femme réifiée, en poussant à son paroxysme ce processus d’hypersexualisation.

En infantilisant le personnage, je cherche à rappeler combien il est difficile pour une femme de se sentir indépendante, égale et entière, de s’épanouir, de s’assumer en regard de soi, au regard de l’homme.

BBDoll34.jpg

Une autre difficulté pour la femme est aussi de rester «naturelle » et simple, là où la féminité est traduite par l’artifice d’un visage fardé, d’un corps gainé pour répondre au stéréotype, pour paraître, pour plaire, pour se sentir bien.

Ceci est mon premier travail d’écriture théâtrale ; il est difficile de parvenir à décrypter toutes ses dimensions et ses couches superposées, ses idées, ses mots, tant selon la manière dont on le lit, le reçoit, sa lecture est plurielle.

 EXTRAIT

« on ne n’ait pas femmes

on pratique les hommes et on le devient. »

 Le propos de Naomi est d’une précision intéressante.

Elle raconte l’histoire de cette jeune femme comme si elle l’avait vécue elle-même…

Une superbe écriture dotée d’une belle poésie très accessible et terriblement vivante !

Un texte écrit en vers blanc , répétitif parfois et haleté , parfois il rime, parfois il ne rime pas.

Sa mise en scène est ingénieuse, inventive !

Naomi : Mon désir de mise en scène est de contraster la brutalité du mot par apport à l’univers coloré et acidulé proposé sur le plateau.

Cela permet à mon sens de soutenir et d’amplifier la teneur du propos, mais aussi de l’adoucir et de l’édulcorer pour le rendre digeste.

BBDoll35.jpg

La comédienne, dans ce seule en scène, ritualise ses gestes ; tout est ici stylisé, emprunté, cela rappelle la volonté du personnage de ne pas vouloir se confronter au réalisme des choses.

De la même manière qu’elle reçoit des poupées et joue avec elles, elle se prend pour une poupée et joue avec cela.

Malgré tout, ce qui frappe, c’est ce cri échappé de nulle part qui nous ramène à son mensonge et ce qu’elle est en réalité : une jeune fille…

J’ai fait le choix d’articuler le spectacle en dix tableaux avec une chronologie anarchique, comme quand, si proche de soi, nous n’avons pas le recul nécessaire pour trier, ranger, comprendre et que l’émotion ne laisse pas la place à l’analyse.

BBDoll14.jpg

J’ai suivi le déroulement de la pièce avec un vrai bonheur.

J’ai regardé évoluer Daphné avec tendresse, plaisir, délectation. Ses yeux, grands ouverts m’ont fait rêver, tout comme son regard saisissant !

Elle est belle et sexy, elle en joue de façon burlesque et tourne cette séduction en dérision, sans aucune vulgarité à aucun moment.

Naomi : C’est une jolie poupée de porcelaine qui au fur et à mesure va laisser tomber le masque , l’apparat !

 BBDoll13.jpg

C’est un très beau spectacle qui convient parfaitement à ce lieu charmant et intime qu’est La Clarencière !

C’est un seul en scène d’une cinquantaine de minutes questionnant l’image de la femme-enfant/ femme-objet/ femme poupée dans la société d’aujourd’hui et son rapport aux hommes, à son corps et à elle-même.

BBDoll21.jpg

 

GENERIQUE

Ecriture et mise en scène : Naomi Golmann

Interprétation : Daphné Huynh

Création lumières : Arnaud V.Acker

Musique : Witold Bolik

Photos : Antoine Laloux

Production : Tnz Der Zuckerfee Ciephoto bb clarencière

BABYDOLL

Jusqu’au 10/06/16

Elle : Il est si merveilleux, je crois que je l’aime vraiment, comme le précédent e le précédent…

THEATRE DE LA CLARENCIERE

Rue du Belvédère 20-1050 Bruxelles

Infos Réservation : 02 / 640 46 17

Une chanson est interprétée dans la pièce par Daphné en langue japonaise. Nous la connaissons mieux en langue française.


 Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe » merci de votre présence et de votre intérêt au blog.

Notre moment de séparation : Un film d’animation japonais de Hayao Miyazaki «  LE VENT SE LEVE » dimanche 12/06 à 20h45 sur ARTE.

Ce film conte l’exceptionnelle destinée en temps de guerre d’un jeune homme fou d’aviation .

Un film d’une richesse inventive !

Bonne vision et à tout bientôt !

Roger Simons


 

 

 

 

ISAAC Y DIOLA & PESADILLA (THEATRE MARNI)+ (film) LA VENUS A LA FOURRURE

Deux pièces courtes en une soirée…Pesadilla_9330.jpg

PESADILLA

Au croisement du burlesque et de l’étrange.

« Pesadilla » associe humour noir et mélancolie en racontant la fragilité d’un homme partagé entre un rêve les yeux ouverts et une vie les yeux fermés.

Un spectacle dédié à la relation entre la vie nocturne et le travail quotidien.

On peut traduire ce titre espagnol «  Pesadilla » par « cauchemar ». La pièce parle de la fatigue quotidienne et pesante d’être soi, qui loin d’apaiser notre sommeil , l’altère et le distord , troublant nos personnalités en les démultipliant.

« Nous avons tous rêvé les yeux ouverts, est-on sûrs de ne pas vivre les yeux fermés ? »

Direction, création, interprétation : Piergiorgio Milano.

 

Pesadilla_(c)_Manuela_Giusto.jpg

(durée : 20 minutes)

WEB_Isaac y Diola.jpg

 ISAAC Y DIOLA

Un duo dont le noyau central est la vibration. Il émerge de la fusion de deux solos créés tout à fait indépendamment et pourtant complémentaires, voire intimement collectés. Il réunit deux chorégraphes-danseurs (un homme et une femme), deux corps, deux perceptions – l’intime et l’universelle – deux sensibilités.

C’est à travers un langage spécifique du corps et de la création d’un paysage sonore et de lumière précis que ce duo se plonge dans des questions de nature suivante : comment grâce à la création d’un contexte discret , pouvons-nous dévoiler l’intime, ce qui réside à ‘l’intérieur du corps ?

Comment un acte de révolte du corps peut-il être une tentative d’évasion de la force de gravité ? Comment la transgression peut-elle devenir l’arme qui permet de comprendre ce qui échappe à notre raisonnement ?

« Isaac y Diola » se présente comme un voyage qui aborde l’énigmatique à travers le sensible. !

Direction , chorégraphie et interprétation : Anita Diaz et German Juregui.

Créateur du son : Borja Ramos.

Créateur lumières : Hadrien Lefaure

Batterie additionnelle : David Gorospe

Voix off entendues : Marguerite Duras, Jacques Lacan, Ayn Rand , George Orwell , Claude Levi Strauss.

Isaac y Diola_répétitions_ ZWAMP.JPG

( 60 minutes)

Je vous conseille vivement de prendre connaissance du programme et ce, pour mieux comprendre les idées des plus particulières de ces deux spectacles.

 

PESADILLA (19h) & ISAAC Y DIOLA (20h)

Jusqu’au 09/06/16

THEATRE MARNI

Rue de Vergnies 25 – 1050 Bruxelles !( près de Flagey)

Infos Réservations : 02 / 639 09 82

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » , merci pour votre assiduité.

Notre moment de séparation : Ce soir à 20h55 sur Arte , le film de Roman Polanski   « LA VENUS A LA FOURRURE »

avec Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric.

Un film formidable ! Deux grands acteurs ! Un exceptionnel réalisateur !

Bonne vision et à tout bientôt !

Roger Simons