moliere

Est-il utile d’ajouter : de Jean-Baptiste Poquelin dit Molière…

Nous avons tous vu cette comédie à l’exception peut-être des détracteurs de cet écrivain illustre du 17 ème siècle….

 

Jacques Copeau (grand homme de théâtre) : La plus belle éternité , c’est celle d’une voix qui, trois cents ans passés, ne cesse pas de s’adresser aux hommes , de leur parler, de les toucher, vivante, articulée, avec toute la force de son intonation , toute la subtilité de ses nuances Molière est là, il agit et parle.

 

 » Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger… « (Molière/L’Avare)

 

Molière mêle ici avec tellement d’aisance l’analyse profonde et la farce. D’un sujet sombre, une famille désorganisée par le vice du père, il fait une comédie. Le rire est abondant, franc, inattendu et prouve à merveille que le génie comique peut s’emparer d’un sujet

 

Qui ne connait pas cette grande pièce de Molière ? Une pièce à la fois drôle et dramatique.

Syno…(on raccourci)

 

Harpagon , un vieil avare , tyrannise ses enfants , Cléante et Elise. Il a prévu pour eux des mariages d’intérêt : une riche veuve pour Cléante et un riche vieillard pour Elise. Quant à lui, il s’apprête à épouser Mariane dont la jeunesse et le charme compenseront la pauvreté. Mais les jeunes gens résistent à ces  » monstrueux  » : Elise s’est secrètement fiancée à Valère, qui pour vivre près d’elle et la protéger, s’est fait engager comme intendant par Harpagon. Cléante, pour sa part, est amoureux de Marianne…

 

h

 

ARANCE-PIETRO MARULLO – (THJEATRE VARIA )+ BOULI LANNERS

Un spectacle gigantesque d’une brûlante actualité !

Pietro Marullo (auteur et réalisateur) : Mon spectacle se détache de l’idée de représenter la réalité de façon documentariste.

Nous invitons le spectateur à un voyage méditatif à travers différentes dimensions esthétiques qui s’ouvriront devant lui.

Deuxième surprise : le public s’installe carrément sur le grand plateau du théâtre et le spectacle se déroule sur la partie réservée généralement au public et ce pour des raisons que vous découvrirez au fil de l’action.


L’énergie scénique s’offre à lui pour nourrir son degré d’attention et de mémoire, sa capacité de synthèse et d’élaboration métaphorique

Amis amoureux du théâtre, vous serez surpris en y entrant, de vous diriger vers la droite et d’y voir une exposition extrêmement importante sur la situation dramatique dans certains coins du monde. Cette exposition est en relation totale avec le spectacle qui va se dérouler…

EN AVANT PREMIERE DE LA VISION DU SPECTACLE…

Un spectacle qui commence avec l’apparition d’un énorme ballon qui « flotte »  dans tous les sens, et qui s’en vient vous recouvrir. Rassurez-vous, c’est très léger… Et retentit un bruit de destruction épouvantable.

Destruction ou Naissance  de la planète ?

La voix : Je suis venu ici parce qu’on m’a dit que les oranges tombent du ciel…

ARANCE_Festival Emulation 2015_8.jpg

 Le spectacle débute avec une presse-agrumes industrielle et qui montre toute la chaîne qu’il y a derrière notre consommation et notre besoin de boire du bon jus frais, est présenté comme une oeuvre plastique.

Je vous confie l’histoire qui est toute simple : Hamado, plein d’espoir, notamment celui d’une vie meilleure, et nourri de promesses, rejoint l’Europe.

L’histoire de l’agriculture à travers les évolutions de l’Homme et depuis son apparition au Néolithique, est mis en parallèle à celle d’Hamado.

Sur le plateau, il va voyager à travers un espace mobile modifié par des hommes en blanc.

Cet homme va vivre son drame d’être coincé.

Au final, il va être assimilé par ce dispositif et disparaîtra.

ARANCE_Festival Emulation 2015_2.jpg

 Des experts scientifiques en caoutchouc blanc occupent l’espace théâtral et mènent d’étranges expériences…

Ces agents scientifiques mettent en place un voyage dans la matière chimique et dans les lois de la physique pour questionner la violence de notre vieux continent à l’encontre du continent africain.

Et il va s’en passer des choses que je ne vais pas vous révéler.

Ne ratez pas ce spectacle hors habitude …

ARANCE_Festival Emulation 2015_1.jpg

PIETRO MARULLO

Ce spectacle est le premier que signe ce jeune metteur en scène, Pietro Marullo, fraîchement émoulu de l’Insas –section mise en scène.

Pietro a réuni autour de lui des jeunes comédiens et comédiennes (jeunes élèves) avec lesquels il est reparti à la source. Tous sont revenus marqués par le choc des mondes.

Ce spectacle est une tentative de rendre compte de ce vécu, de ces paradoxes.

Peu de mots dans ce spectacle ! Une composition ouverte qui rappelle la peinture expressionniste.

En fait, une suite de tableaux mouvementés, d’images figées ou mouvantes qui font état de phénomènes climatiques, avec des effets de lumières violentes et de sons percutants.

Pietro : En somme, c’est un « entre réel et inconscient » !

Vous savez , je me suis toujours posé des questions telles :   « Pourquoi la terre appartient-elle  à des multinationales ? Comment fonctionne la distribution des fruites et légumes ?

Pourquoi les marchandises voyagent-elles autant au contraire des êtres humains ?

ARANCE

Un spectacle qui suscite de nombreuses questions.

Un travail de recherches multiples.

Des séquences tout à fait étonnantes et inattendues.

Pietro : Dans cette transformation, dans cette capacité à refaire concrètement le monde, le public peut trouver de l’énergie

Encore une fois, je pense que la résonnance, cette vibration de la matière , est la matière principale du spectacle.

ARANCE_Festival Emulation 2015_5.jpg

« Si on représente l’histoire de notre planète à l’échelle du XXème siècle,

la Terre naît le 1er janvier 1900

La Vie apparaît en 1923

Elle est végétale

Et, extrêmement primitive.

En 1991,

Pour la première fois,

Des plantes s’émancipent de la mer

Et s’adaptent à la terre ferme.

En 1996, les mammifères apparaissent.

Au mois de juillet 1999,

on date les traces des premiers anthropoïdes.

L’époque d l’Homo sapiens débute le 31 décembre,

En fin d’après-midi.

Le même jour,

à 22h04,

les hommes du néolithique invente l’agriculture…

(Texte de Jean-Marie Pelt)

 

AUTOUR DU SPECTACLE…

L’exposition : «  Si Dieu le veut. L’espoir des migrants aux portes de l’Europe »

Le concert : ce vendredi et ce samedi, après le spectacle :   « Who is me ? »

La journée particulière : le samedi 05/03. Thème : « Avons-nous peur du noir ? » De l’histoire des migrations à la place et l’image des Noir(e)s dans la société , du regard croisé entre Europe/Afrique à l’émergence dune nouvelle Afrique…

ARANCE_Festival Emulation 2015_10.jpg

GENERIQUE

Avec Paola Di Bela, Noémi Knecht , Adrien Letartrre, Jean HamadoTiemtoré, Baptiste Toulemonde…

Création sonore : Jean Noël Boissé

Création lumière : Marc Lhommel

Scénographie et costumes : Pietro Marullo, Bertrand Nodet, Anne-Sophie Grac

Assistanat : Noémi Knecht

Photos : Stéphane Deleersnijder

Avec les 12 étudiantes du Centre Scolaire de l’Enfant Jésus d’Etterbeek : Paola, Noémi, Myriam, Kelly, Audrey, Chaimae, , Championne, Valentine, Gabriela ; Alycia , Lindsey , Alexandra.

Bravo Mesdemoiselles, un beau travail !

Avec Adrien Letartre , Jean Hamado Tiemtoré , Baptiste Toulemonde, comédiens.

Production : Butterfly asbl

Pietro Marullo , en coproduction avec le Théâtre Varia, le Théâtre de Liège et l’association Le Bouc sur le Toit…

(Avec des extraits du dossier de presse rédigé par Emilie Gäbele)

ARANCE / avoid shooting blacks

Jusqu’au 05/03/16

GRAND VARIA

Rue du Sceptre 78 1050 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 640 35 50


Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe », merci de votre nouvelle présence et votre intérêt au blog.

Notre moment de séparation : « Les Premiers, Les Derniers », le nouveau film de Bouli Lanners, quatrième long métrage. Un western contemporain ! Son film le plus personnel.

Je vous propose  une interview menée par Dan Gagnon à laquelle s’enchaînera un extrait du film.

Vous aurez l’occasion de retrouver Bouli Lanners ce soir à 22h47 sur la DEUX/RTBF Bouli   dans l’émission «  Le Dan Late Show » de l’humoriste Gagnon.

Pour ceux qui possèdent la chaîne BE 1, ce sera le grand show de la 41ème Nuit des César qui se déroulera au Théâtre du Châtelet.

Bonne soirée et à tout bientôt.

Roger Simons




 

 

 

 

 

LES NUITS BLANCHES – DOSTOÏEVSKI – (LES RICHES-CLAIRES)

Un texte de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski, extrait de l’un de ses romans, traduit par Katia Vandenborre, adapté et mis en scène par Olivier Lenel.


 

«  Il y a Dostoïevski le joueur, l’idiot le mari éternel et puis Dostoïevski drôle à l’humour sombre des nuits blanches… »

Syno : Sur un pont imaginaire, une nuit, une jeune fille pleure. Un homme n’est pas venu – une histoire d’amour – un rendez-vous manqué, une promesse non tenue…

Au même moment, un homme se promène. Un homme seul qui, à force de rêver sa vie, passe à côté d’elle…

 

Les nuits Blanches - mannequin_Jérôme Van Grunderbeeck.jpeg

 Sur ce pont, la jeune fille triste et l’homme seul se rencontrent.

Pendant quatre nuits, ils apprennent à se connaître.

Quatre nuits de rêve et pourtant bien réelles.

Les nuits blanches…

Une presqu’histoire d’amour.

Drôle, tragique, passionnée, pathétique 

Les nuits Blanches - Nastenka_Jérôme Van Grunderbeeck.jpeg

 Souvenirs d’un rêveur ! Roman sentimental !

Une longue nouvelle de Dostoïevski publiée en 1848.

Dans «  Les Nuits Blanches » l’auteur développe toutes les facettes d’un amour irrationnel, d’un amour d’adolescence.

Il exprime avec justesse la vérité des passions, la violence de notre inconscience lorsque l’autre n’est qu’un faire-valoir pour se conforter soi-même dans ses propres idées – et la souffrance sue cette inconscience inflige à cet autre…C’est en quelque sorte le ridicule pathétique de l’amour incompris.

Mais derrière la fraîcheur de cette histoire à la fois drôle cruelle et passionnée, il y a surtout la volonté de tenter de comprendre qui est cet autre et d’enfin le prendre véritablement en compte.

L’idée de l’écrivain est superbe, qui nous révèle comment nous sommes réellement ! Il nous le fait réaliser ! Et rêver à notre tour.

Les deux jeunes acteurs sont impeccables ! Ils nous offrent un sacré bain de jeunesse, une exaltation déchainée tant chez la jeune fille que chez le jeune homme ! On se prend à les aimer tous les deux !

Cette pièce nous donne l’envie de prendre connaissance du roman.

nuits_blanches - light.jpg

DISTRIBUTION

Marie du Bled (la jeune fille)

Et pour le jeune homme, un alternance avec quatre comédiens : Simon Hommé, Nicolas d’Oultremont, Vincent Huertas et Mikael Sladden.

Création musicale : Julien Lemonnier avec la participation de Félix Ulrich

Costumes Bertille Gibourdel.

Adaptation et mise en scène : Olivier Lenel

Assistanat à la mise en scène : Valentine Lapière

LES NUITS BLANCHES

Jusqu’au 27/02/16

THEATRE DES RICHES-CLAIRES

Rue des Riches-Claires 24 – 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 548 25 80

 

 

Amis de l’émission/blog  » Les Feux de la Rampe  » , merci de votre présence quotidienne.

 Notre moment de séparation :le film de Woody Allen « Hannah et ses soeurs  » avec Mia Farrow, Barbara Hershey et Dianne Wiest.

Un excellent  Woody  où l’on suit l’évolution sentimentale et professionnelle de trois femmes…

A tout bientôt!

 

Roger Simons


 

HOMME SANS BUT (THEATRE OCEAN NORD)+ANNIE GIRARDOT

 

HOMME SANS BUT  (OCEAN NORD )(republication)


 

Peter : Ici, ici sera la ville…

Frère : Toute une… ville ?

Peter : Ne recommence pas ! J’ai pris ma décision. Ici elle sera. La ville.  La première pierre. Ici, nous la poserons…

Frère : C’est si important ?

Peter : Quoi ?

Frère : L’endroit où l’on posera la première pierre.

Peter : C’est important. Le centre de la ville. La grande place d’où partiront les rues principales.

Frère : Ici ce sera une place ?

Peter : Une place, oui. Et des quais qui longeront le boulevard du front de mer. Ce sera beau, non ?

 

_PMB0779 copie.jpg

 D’ARNE LYGRE, L’AUTEUR-

COLINE STRUYF, LA METTEURE EN SCENE.

 «Homme sans but » est une tragédie contemporaine.

Arrivé sur les côtes d’un fjord, le déterminé et richissime Peter décide d’y bâtir une ville.

Sa famille l’accompagne dans cette entreprise irréalisable.

Peter et son entourage entretiennent des relations singulières :il est celui qui a l’argent et eux sont soumis à cette dépendance.

Derrière ces billets qui s’échangent de main en main s’ébauche un jeu de pouvoir où la perversité et la perdition s’entremêlent…

 « Revendiquer le mensonge de l’imagination comme réponse ou mensonge de la réalité » (Jan  Lauwers)

 ARNE LYGRE

 C’est un sujet qui fait rêver bien évidemment.

C’est une idée singulière de l’auteur norvégien  Arne Lygre , né à Bergen en 1968.Sa première pièce «  Mamma og meg og men, traduite en français , allemand et anglais , a été créée en 2005 au Théâtre National d’Oslo.

Il a écrit également de nombreuses nouvelles et romans.

COLINE STRUYF

Diplômée d’ l’INSAS en 2006, Coline a mis en scène, trois ans plus tard,  sa première pièce  au Théâtre Océan Nord «  Un fils de notre temps », d’après le roman d’Odön von Horvath….

Et  petit à petit se sont  enchaînées d’autres rencontres des plus importantes pour sa carrière dont le Théâtre National qui a programmé cette pièce en lui proposant de devenir jeune metteure en scène associée.

 HOMME SANS BUT

Visuel light Homme sans But (crédit - Hiki Komori).jpg

 C’est une tragédie  contemporaine qui commence sur les côtes d’un fjord.

 Coline Struyf : En fait, l’histoire peut se résumer en quelques mots, mais ce serait trahir toute la beauté, la subtilité et …le secret.

Que puis-je vous raconter ? Un mensonge ?

Je commence donc par le début : Il était une fois un homme très très très riche qui se prénommait Peter. Un jour, il décida de bâtir une ville…

La famille et l’argent sont convoqués dans ce décor imaginaire scandinave où chacun s’efforce de jouer son rôle avec conviction.

C’est un conte étrange où le vrai et le faux s’entremêlent si longuement que l’on en perd l’équilibre.

« Ici »comme le dit Peter, la réalité et les identités vacillent jusqu’au vertige.

Et pourtant…dans cette histoire, tout est réel.

 HOMME SANS BUT

_PMB0794 copie.jpg

 Cette histoire étrange et curieuse sur de nombreux plans relate la construction d’une civilisation.

Un homme, Peter, déclare à son frère qu’il va ériger une ville sur des marécages, là où il n’y a rien.

Cette ville émergera et  grandira. L’archétype de la fondation  est évoqué ici dans un paysage culturel scandinave.

Un regard « exotique » qui n’altère pas le mythe fondateur.

 Coline : Le thème de l’argent s’y insère comme une nouvelle croyance, une interface incontournable entre soi et le monde.

 PAUSE MUSICALE


 

 Ce qui m’a personnellement le plus intéressé, c’est l’écriture et le jeu des acteurs. Tout d’abord, les dialogues sont vraiment très courts, des bouts de phrase, je dirais presque des bouts de mots. Ces mots sont incisifs et vont à l’essentiel.

 Coline : Oui et dès lors, le plaisir du mot n’est pas dans sa durée, sa mélodie, mais dans son impact qui génère une certaine musicalité. Un genre rythmique différent de la langue théâtrale habituelle.

J’ajouterai que ces répliques très courtes sont néanmoins percutantes.

Elles permettent de sublimer des échanges directs entre les personnages.

Les «  hyper-répliques » sont la marque de fabrication  d’Arne Lygre . C’est ainsi que les personnages parlent d’eux-mêmes à la troisième personne.

_PMB0881 copie.jpg

 Ce n’est pas évident pour le spectateur de suivre cette technique.

Ce procédé peut provoquer un trouble lié à une démultiplication des acteurs.

Une sorte de palais des glaces s’édifie devant nous, spectateurs, à mesure que le vertige s’installe… On peut se poser  des questions comme «  Qui sont-ils réellement ?  Derrière quelle façade se cachent-ils ? Pour quelles raisons ?…

C’est bien ce qui m’est arrivé hier soir au cours de la représentation.

HOMME SANS BUT

 Le fait aussi que le grand plateau du théâtre se présente complètement nu (une seule grande table  qui va situer les emplacements où se rendent les personnages) 

Et puis  cette brume,  épaisse, quasiment permanente, qui recouvre  le plateau.

Ces éclairages  modérés…Ces musiques qui se font entendre…Ce va et vient des acteurs.

La mise en scène de Coline Struyf  est très intéressante, pleine d’idées nouvelles. Elle nous plonge dans une ambiance irréelle, imaginaire…

Coline : Réellement,   j’ai voulu  proposer un partage d’expérience. En lisant la pièce, j’ai vécu quelque chose d’intense que j’aimerais que le spectateur puisse vivre. Quelque chose qui est de l’ordre du vertige et qui interroge radicalement le vrai et le réel.

_PMB0770.jpg

  Franchement, je n’ai pas tout saisi. Je me suis posé beaucoup de questions.

Le texte m’échappait parfois,  les voix se percutaient  à certains moments dans ce grand lieu  réverbérant.

 Mais j’ai trouvé formidable la manière dont Coline a dirigé ses six comédiens, leur donnant un cachet tout particulier quant à  leur jeux de scène et leur élocutions.

_PMB0847.jpg

 Selma Alaoui (la femme)

Nicolas Buysse (le frère)

Fabien Dehasseler (Peter)

Philippe Grand’Henry (le propriétaire/assistant)

Amandine Laval (la fille)

Line Mahaux (la sœur)

Mise en scène : Coline Struyt

_PMB0856 copie.jpg

 Scénographie : Sophie  Carlier

Lumière : Amélie Géhin

Costumes : Claire Farah

Son : David De Four

Assistanat : Amel Benaïssa avec la collaboration d’Alice d’Hauw

Construction : Michel Mandoux

Sensibilisation des publics : Emilie Maquest

Chargé de production et de développement : Clément Dallex Mabille

Crédit photo décor : Jiri Havran

Travail sur la photo du décor : Mathlde Glocheux

Traduction : Terje Sinding

Collectif «  Mariedl »

Photos : Michel Boermans

_PMB0937 copie.jpg

(Avec des extraits de la pièce D’Arne Lygre et des propos programmés dans le programme du théâtre)

 COLLECTIF MARIEDL

Composé de Selma Alaoui, Emilie Maquest et Coline  Struft,  ce collectif résulte d’une volonté de se réunir pour développer une force de travail artistique

MARIEDL  crée une énergie qui nourrit les projets de chaque membre pour générer des objets scéniques novateurs et radicaux.

L’énergie de Mariedl permet de préciser les lignes artistiques propres à chaque  projet et donne à chaque artiste le pouvoir de déployer son identité et d’affiner son langage sur le long terme.

L’écriture de plateau et l’élaboration de projets hybrides (nouvelles écritures, mélange des médias) constituent la ligne artistique de Mariedl.

Ainsi Mariedl insuffle une dynamique théâtrale solide et en mouvement continu.

UN HOMME SANS BUT

D’Arne Lygre

 Jusqu’au 05 mars  2016

 THEATRE OCEAN NORD

Rue Vandeweyer  63/65  – 1030  Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 216 75 55

 

 Les musiques que vous avez entendues sont celles  du spectacle. Vous trouverez  leurs titres dans le programme.

Amis de l’émission  » Les Feux de la Rampe « , merci de votre présence sur ce blog.

Notre moment de séparation : Un rappel  de la soirée télé ce soir à 20h55, un hommage à Annie Girardot.(France 3)

A la suite de  ce documentaire émouvant , projection du film réalisé par Michel Audiard  » Elle boit pas , elle fume pas , elle drague pas, mais…elle cause ».( FRANCE 3 – 22h45) Ses partenaires : Bernard Blier et Mireille Darc.

On t’aimait  bien  Annie !

Amis du bloc ,je vous retrouve tout bientôt !

Roger Simons 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TROIS RUPTURES -BRUNO EMSENS (THEATRE LE BOSON)+ ( DELON & GIRARDOT)

Nous sommes au théâtre Le Boson.

Un petit lieu dans Bruxelles (Chaussée de Boondael) d’une belle intimité où l’on se retrouve deux à trois fois pendant l’année pour y découvrir des spectacles de belle qualité, produits et réalisés par Bruno Emsens.

C’est en 2012 qu’il a fondé le Théâtre des Bosons et mis en scène la pièce d’Harold Pinter «  Trahisons ».

Puis, il monte «  L’aide-mémoire » de Jean-Claude Carrière. Ensuite, c’est une œuvre de Nathalie Sarraute  « Pour un oui ou pour un non ».

Et l’année dernière, c’est une pièce de Yasmina Reza qu’il sélectionne «  L’homme du hasard ».

Et, enfin, en ce début de l’an 2016, Bruno Emsens fonce sur Rémi De Vos avec ces « Trois Ruptures ».

Comme on peut le remarquer, des pièces très diversifiées.

Un choix d’auteurs qui apportent du neuf au théâtre.

Une sélection de grands comédiens tels Benoît Verhaert , Jo Deseure , Christian Crahay…et en ce moment Catherine Salée et Benoit Van Dorslaer.

Et au prochain spectacle, en octobre : Julie Duroisin et Nicolas Luçon…

LE BOSON, une expérience infiniment intime ! Un lieu de création ! Un lieu de recherche !


 

TROIS RUPTURES / REMI DE VOS

Elle a préparé un repas d’adieu. ll lui reste en travers de la gorge.

Il a rencontré quelqu’un. Elle ne le supporte pas.

Ils ont un enfant. Il fait exploser le couple.

Bruno Emsens : Il y a deux étincelles qui ont mis le feu aux poudres : ma rencontre avec Catherine Salée et le spectacle « Occident » mis en scène par Frédéric Dussenne.

J’ai découvert alors l’écriture de Rémi De Vos, drôle, acide et pertinente. Il aborde l’écriture théâtrale comme nous abordons le travail de plateau. Il dit du reste…

Rémi : La force du théâtre réside dans le meilleur des cas. Il permet la prise de conscience de réalités inacceptables. Pour l’écrivain, il s’agit alors d’écrire au plus juste et de présenter les choses telles qu’elles sont.

Bruno : Explorer les rapports entre hommes et femmes tels qu’ils sont est un défi qui m’enthousiasme.

 

TROIS RUPTURES

Syno plus large…

Trois ruptures3 (c) Catherine Claes.JPG

Une femme quitte son compagnon après lui avoir préparé un festin. La cause : elle ne supporte plus sa chienne En guise de vengeance, l’homme l’oblige à manger la pâtée de l’animal.

Trois ruptures2 (c) Catherine Claes.jpg

 Un homme avoue à sa femme la liaison qu’il entretient avec un pompier qu’il a rencontré à la salle des sports.

Sa femme veut le quitter. L’homme l’oblige à téléphoner au pompier.

 

Trois ruptures4 (c) Catherine Claes.jpg

 Un couple au bord de la crise de nerfs finit, après avoir envisagé de se débarrasser de leur enfant, par se séparer.

TROIS RUPTURES ! TROIS COUPLES ! TROIS SITUATIONS PARTICULIERES DE SEPARATION.

Vincent Bresmal & Bruno Emsens : Nous continuons à explorer les enjeux humains qui sous-tendent les situations du texte pour apporter au jeu l’authenticité nécessaire.

Nécessaire à plusieurs titres : susciter l’intérêt du spectateur en l’«aspirant » dans cette histoire mais aussi le faire rire par la vraisemblance des situations plutôt que par leur caricature.

Pour cela, nous imaginons des briques. Une maison parmi des maisons. Une famille parmi des familles. D’apparence anonyme et banale ; l’espace évoque un intérieur. Peut-être encore en chantier.

Cependant cet univers domestique va se recomposer au fil des trois ruptures.

Suivant le rythme des scènes et les chutes d’un rideau à la manière d’une lame de guillotine, un mouvement décapant va déplacer les éléments et dresser de nouveaux tableaux remettant en cause les logiques habituelles. Ces bouleversements acides finiront par renverser le mur, fragile protection, faible rempart devant le fond de nous-mêmes, intime et obscur…

 

 Une mise en scène originale, truculente, bourrée d’idées, gérée par Bruno Emsens, et qui colle admirablement à l’écriture de Rémi De Vos.

Une interprétation vivante, drôle, dramatique même, en rapport admirable avec le texte et les différents personnages croqués par deux grands acteurs :

Catherine Salée, comédienne tant au théâtre qu’au cinéma.

Un punch du tonnerre.

Elle a reçu de nombreux prix dans sa carrière, entre autres le Magritte du meilleur second rôle pour «  La vie d’Adèle », le Prix la meilleure comédienne aux Prix de la Critique Théâtre 2008.Et tous les autres..

Benoit Van Dorslaer que l’on rencontre dans la plupart des théâtres bruxellois.

Trois ruptures5 (c) Catherine Claes.jpg

 Comédien, jouteur, doubleur, metteur en scène, professeur. Il jongle avec passion avec ses multiples casquettes.

Il a travaillé avec de nombreux metteurs en scène tels Pietro Pizzuti, Lorent Wanson, Pierre Laroche , Christophe Sermet, Georges Lini et combien d’autres.

Une présence vigoureuse !

Baigné dans l’enfance par le rythme de l’Afrique noire, il en a gardé un goût immodéré pour la transmission orale : « Spectateur insatiable, je suis monté sur les planches pour pouvoir regarder les acteurs de plus près ».

C’est nous maintenant qui le regardons composer plusieurs personnages, avec sa voix tonitruante !

DRAMATURGIE

Rémi De Vos, une écriture caractéristique, une mécanique implacable de phrases courtes , je dirais même de mots qui s’enchainent , une sécheresse dans le ton, une certaine violence dotée d’humour.

Pour Rémi De Vos, cet humour est une nécessité.

Rémi De Vos : Cet humour –les rires qu’il peut provoquer ne cherchent pas à amoindrir ou dédouaner la violence qui s’exerce .Il rend simplement possible sa représentation.


 TROIS RUPTURES

Avec Catherine Salée et Benoit Van Dorslaer

Texte : Rémi De Vos

Mise en scène : Bruno Emsens

Scénographie : Vincent Bresmal

Lumières : Michel Delvigne

Création sonore : Sébastien Schmitz

Costumes : Françoise Colpé

Production : Compagnie Les Bosons, en coproduction avec Bluen Green Productions.

Photos : Catherine Claes

(Avec des extraits du texte publiés dans le programme du théâtre)

 

TROIS RUPTURES

Jusqu’au 05/03/16

THEATRE LE BOSON

Chaussée de Bondael 361 – 1050 Bruxelles

Infos Réservations : 0471 32 86 87

 

Amis de l’émission/blog » Les Feux de la Rampe » , merci pour votre assiduité et votre intérêt pour ce blog.

Notre moment de séparation : Deux immenses stars du cinéma français.

ARTE/Belgique – 20h45 – ALAIN DELON CET INCONNU

Delon : « Je ne suis pas apte a bonheur »

Tout juste après, projection du film de Joseph Losey : « Monsieur Klein » avec Alain Delon et Jeanne Moreau.

 

 

 Demain, lundi 22/02 à 20h55 sur France 3 : Un documentaire émouvant sur cette grande comédienne que fut la regrettée Annie Girardot.

J’ai eu la chance de la rencontrer et de l’interviewer chez elle, place des Vosges à Paris. Un moment inoubliable !

Tout de suite après l’hommage que le cinéma va lui rendre , on la retrouvera dans deux films  , tout deux à 22h40 : « Traitement de choc » d’Alain Jessua, avec Delon   (ARTE/Belgique) et « Elle boit pas , elle fume pas , elle drague pas , mais…elle cause » de Michel Audiard, avec Annie et Bernard Blier ( France 3)

Que de souvenirs !Je n’oublierais jamais Annie Girardot !

A tout bientôt.

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ESCALIER ROUGE- RADIOSCOPIES-MICHELE NOIRET + DUO MELISME

AU THEATRE NATIONAL

Une création et une reprise !

PROJET

Michèle Noiret : Mon « courts-métrages scéniques » est de rassembler une série de pièces, à travers le temps, en inventant, chaque fois, une proposition singulière.

L’idée du « métrage scénique », long ou court , est d’utiliser dans l’écriture des pièces, les principes du cinéma non -narratif.

 

SL2015004G-0231presse_2.jpg

Une forme où la composition même de l’image, de la lumière, de l’ambiance sonore, ainsi que la présence des interprètes, donnent sens à une histoire ouverte, qui se dessine et se construit sans que les mots ne soient plus nécessaires , dans un espace-temps qui n’obéissant plus à aucune loi rationnelle, met en évidence le dynamisme pluridimensionnel de la pensée.

SL2015004G-0338presse.jpg

 Syno de «  L’Escalier Rouge »-2ème court métrage scénique.

Une écriture singulière !

Un passage dynamique et marquant d’un couple dont on ne connaît pas l’histoire. Ils traversent le temps et l’espace comme un acte de résistance vivant.

Michèle Noiret : En fait , « L’escalier rouge »  s’intéresse à l’existence presque fortuite de ce couple plutôt qu’à leur propre histoire et observe les mécanismes qui régissent chacun de leurs glissements, à la fois dans leur méfiance aux menaces extérieures , et dans leurs lâcher-prises irrationnels.

20 minutes mêlant tensions, humour, sensualité et dérision.

On suit ce couple au travers de leur périple, dans un mouvement à la fois dansé et incarné.

Une fuite vers un autre monde.

Intéressant le travail et les options prises par Michèle Noiret, vraiment unique dans le domaine de la danse.

« RADIOSCOPIES »

Une superbe création 2015 qui connaît aujourd’hui une nouvelle version.


 

Syno : Un inconnu se présente chez Léa ; elle n’a pas le temps de lui adresser un mot qu’il s’est déjà faufilé à l’intérieur de sa maison …

Léa va nous emmener durant 55 minutes tout au long de la pièce, dans ce « secret des choses » dont parle Conrad Detrez, à travers les dédales tourmentés de son subconscient.

SL2015004G-0683presse.jpg

 Elle s’invente un double personnage qui va lui échapper et vivre sa propre vie, en nous emmenant à la rencontre d’un homme surgi de l’ombre, vraisemblablement pure construction de son imaginaire…

Réalité et fiction se confondent et nous conduisent dans notre imaginaire à nous, spectateurs.

Ce n’est pas toujours évident de suivre cette histoire de Michèle Noiret. Mais ce n’est pas vraiment grave.

On les suit tous les deux. On fait travailler nos petites cellules grises. Intéressant ! Passionnant même !

Ce qui est également unique dans le cercle de la danse, c’est cette mixture théâtre/cinéma.

SL2015004G-0670presse.jpg

 On suit les mouvements très rapides des deux danseurs sur le plateau tout en fixant notre attention sur ce grand écran en fond de scène sur lequel on les voit filmés dans les mêmes mouvements ; ils se «doublent »  parfois puis se décalent de l’écran/scène ou scène/écran.

C’est fascinant !

Les lumières jouent également un rôle important tout comme cette mécanique scénique faisant déplacer les éléments « maison de Léa ».

Tout cela, c’est incontestablement du spectacle !

Dois-je ajouter que Michèle Noiret et son partenaire Isael Mata sont formidables !

Un double spectacle à voir et revoir ABSOLUMENT !

SLA2774presse.jpg

 DISTRIBUTION/L’ESCALIER ROUGE

Conception : Michèle Noiret.

Chorégraphie et interprétation : Michèle Noiret et David Drouard

DISTRIBUTION / RADIOSCOPIES

Scénario, mise en scène, chorégraphie : MICHELE NOIRET

Interprétation : Michèle Noiret et Isael Mata

Avec toute l’équipe de la Compagnie Michèle Noiret.

Ce double spectacle se « danse »  et se « joue » jusqu’au 28/02/16

THEATRE NATIONAL

Bld Emile Jacqmain111-115 – 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 /203 53 03

 

SL2015004G-0604presse.jpg

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » merci de votre attention pour ce blog.

Notre moment de séparation : Un magnifique concert demain samedi 20/02 à 20h au Théâtre La Clarencière : DUO MELISME, un duo complice où flûte traversière et voix, proches dans leur expression lyrique , leur tessiture ainsi que leur conduite mélodique, n’hésitent pas à échanger leurs qualités respectives.

Alors que la voix chante comme un souffle, la flûte parle…

Un concert original et surprenant organisé par l’asbl L’ETRIER.

Ce duo « mélisme » est composé de Gwendoline Spies(chant) et Adélaïde Baranger (flûte)

Avec des œuvres de Gabus, Capley, Ibert , Roussel , Corigliano…

Ce concert sera présenté par Pascale Vanlerberghe, l’animatrice des émissions « Classic Box »  et «  La Fièvre du samedi soir  sur Radio Classique RTBF(Musique 3)

En avant-première : Gwendoline et Adélaide jouent l’œuvre de Monique Gabus «  Esquisses Grecques « 

THEATRE LA CLARENCIERE

Rue du Belvédère 20 – 1050 Bruxelles

Infos et Réservations : 02/ 640 46 70

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HORACE HOLE (JARDIN DE MA SOEUR)+ ENNIO MORRICONE

BIO …INTERESSANTE

Photo Didier INT Programme.jpg

Horace naît au début de l’année 1961 à Montevideo en Uruguay. Il est le petit-fils d’Anibal Paz, le célèbre gardien de but de « La céleste » et le fils d’une chanteuse révolutionnaire luxembourgeoise exilée en Amérique du Sud.

A la mort de cette dernière, en 1963, Horace est accueilli par Frank Sinatra qui devient son père adoptif.

Sa jeunesse se passe entre les Etats-Unis et l’Europe. Après des études d’anthropologie, Horace Hole exercera de nombreux métiers dont celui de manager du groupe punk japonais «  The Stalin »

ETRANGE CETTE BIOGRAPHIE ! a


 

Bruxelles« Jardins de ma sœur » Horace Hole en scène …observé par Didier Gesquière…

SYNO SPECTACLE

Horace Hole a la révolte attitude tatouée dans les tripes.

Nourrisson déjà, il pestait contre ses semblables de maternité ; bande de petits cons auto-satisfaits disait-il dans son duvet.

Quelques ulcères plus tard, après avoir honni de concert mais toujours en silence le socialisme la droite, les polis petits chiens du capitalisme , les faux révolutionnaires , les pseudo-intellos de ses deux.

Dieu, la SNCB , le bête sourire des animateurs de l’espace médiatique , les DRH , sa mère , son oncle et lui-même , il décide enfin de faire son Coming Out idéologique…

Je pleure assez facilement sur mon sort, sur le monde il me faut éplucher des oignons…

©©HamiltonLake_DIDIER.GESQUIERE_MG_4082-2.jpg

 en aparté …

Cet être exquis, bien élevé en apparence et longtemps trop poli pour être honnête, prend la contre-allée pour faire corps avec sa hargne profonde et sa haine de l’humanité.

Piquant, amer, grinçant, épicé, moqueur , méchamment chic , mais jamais dupe de son narcissisme pathologique , ce pirate Rock And Roll a mangé un petit Hannibal Lecter au petit-déjeuner.


 

 INFO INTIME

Horace Hole et Didier Gesquière se confondent dans un étonnant vrai-faux stand-up de spectacle réalité.

QUI EST CE DIDIER GESQUIERE ?

 

©©HamiltonLake_DIDIER.GESQUIERE_MG_5004.jpg

 Un acteur, un grand acteur, théâtre et cinéma, un artiste belge né avec les deuxièmes neiges de l’année 61.

Bizzare ! Bizzare ! Né la même année qu’Horace Hole.

Qui plus est, il ne se contente pas d’être seulement comédien, il est aussi scénariste, journaliste, metteur en scène, auteur de programmes à la télé.

Sa voix s’est incrustée dans le foyer des consommateurs de culture et très Rock and Roll, à la faveur du célèbre et déjà culte : JAVAS, diffusé sur les antennes RTBF.

Homme extraordinairement intéressant : Saviez-vous qu’il a joué le rôle de Frank Sinatra au cinéma, avec le chanteur belge Dann dans le costume de Dean Martin.

C’est cette année 2016 qu’on a la chance de le retrouver sur le petit plateau du théâtre « Jardin de ma sœur » pour jouer un spectacle pour un homme seul titré «  HORACE HOLE »

Didier : Après quelques années de diète théâtrale, pour cause de non-envie et de projets qui prenaient mon temps au cinéma. Je suis retombé, au hasard d’un déménagement, sur des chroniques, des bouts de choses et textes rédigés ces dernières dix années.

Certains l’avaient été purement pour la scène, d’autres pas du tout.
A la relecture, un élément principal et troublant m’a sauté aux yeux : il y avait là, sur le papier, une colère. Et des humeurs…de mauvaises humeurs. Quelque chose d’atrabilaire. Une révolte ?

Et c’est cette révolte que nous découvrons au Jardin de ma sœur.

Didier : Oui, la colère, le ras-le-bol ou le courroux, sont de bons marqueurs et ils ont du sens pour remonter sur scène .Je trouve qu’il y a matière à raconter quelque chose sur notre monde moderne.

©©HamiltonLake_MG_4263.jpg

Tu parles Horace et tu y vas de tes coups de gueule !

Un vrai « seul en scène »…

Didier : Aujourd’hui, ce terme est souvent associé  au genre très à la mode de «  stand-up comedy », un terme fourre-tout, et les artistes, dont c’est la marque de fabrique, font souvent une carrière d’humoriste . Je préfère le mot spectacle, plus juste selon moi et plus pertinent dans le cas présent.

Je suis totalement d’accord avec lui. C’est plutôt sa vie qu’il évoque…

Didier : Oui, c’est le prolongement de moi-même…

Et il n’a peur de rien Horace, il y va carrément.

Une sorte de philosophe de l’espace médiatique qui passe son temps à bavasser sur l’état du monde avec une apparente passion pour l’humanité !

Il a une maîtrise totale sur scène. Il envoie ses mots, ses opinions. Il attaque des choses qui existent véritablement.

Horace est incisif, mordant et drôle. Il fait rire le public qui encaisse tout ce qu’il dit.

N’oublions tout de même pas que nous sommes au théâtre !!!

Didier Gesquière, l’homme de théâtre, se prête à son apparence à Horace Hole , le personnage du spectacle.

Didier : Ce qui me déplaît au sens vrai déplaisir, se situe dans le rythme obligé et frénétique adopté par les poids lourds de l’humour.

Cette obligation quasi contractuelle de faire rire toutes les dix secondes provoque   en moi un haut-le-coeur et un rejet. C’est sans doute la saine fréquentation de Desproges et de Lenny Bruce qui met la barre à un niveau olympique.

J’aime l’humour. J’aime l’idée qu’il faut mériter le rire, être en affinité avec les virgules placées avant l’assaut. J’aime le rire où la chute laisse place à la stupéfaction.

J’aime les mots qui surprennent/bousculent notre cerveau. J’aime l’humour pas toujours évident.

©©HamiltonLake_DIDIER.GESQUIERE_MG_4216 copy#2.jpg

HORACE HOLE

A voir vraiment au Jardin de ma sœur !

 ROCK(and Roll), le film de Didier Gesquière et Céline Charlier.


 Didier : Il s’agit donc d’un film documentaire qui évoque, par le truchement de rencontres avec des artistes et d’autres témoins rencontrés, ce que le mot ROCK   peut encore signifier en 2016.

Le rock est-il encore un synonyme de révolte ?

Le déclic de la réalisation du film est un lien avec un sujet qi me taraude depuis longtemps, à savoir : Pourquoi restons-nous, et moi le premier, polis, bien élevés, respectueux et  apathiques face aux inepties de notre société moderne ? 

« C’est quoi « être » Rock and Roll aujourd’hui ?

Entre clichés et vraie façon d’exister , Céline Charlier & Didier Gesquière aventurent une caméra pour dépiauter ce que véhicule le mot Rock.

Avec la participation d’Arno, Johan Verminnen, Jo Dekmine, François Brigode, Eric Russon , Jacques de Pierpont……

(Video : Cabot and Co productions)

A vous procurer !

HORACE HOLE

Jusqu’au 27/02/16

JARDIN DE MA SŒUR

A l’angle du Quai au Bois à Brûler et de la rue du Grand Hospice (Ex Marché aux Poissons) 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 217 65 82


 

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe », merci de votre présence sur ce blog .

Notre moment de séparation : Un événement ! La présence d’Ennio Morricone ce samedi 20/02 au Sportpaleis d’Anvers. Extraordinaire de voir ou revoir ce grand maître de la musique de films avec ses 87 ans ! Bienvenue Ennio !

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

« MON EX »(CENTRE CULTUREL D’AUDERGHEM)+(2 films Cinematek)

Mon Ex nouvelle aff.JPG

 Une excellente comédie, très bien écrite, très bien jouée, très vivante, avec une histoire qui a un sens particulier.

90 minutes mouvementées !

Deux magnifiques acteurs français qui interprètent cette pièce depuis deux ans :

Elle Alice (Claire Gueydon)

Lui Etienne (Roland Marchisio)

Ils sont épatants tous les deux !

Une histoire simple qui en cache d’autres…

PRELUDE

…Sans déflorer le thème primordial et plutôt inattendu …

Luc Chaumar (l’auteur) : Si un jour votre «  EX » vous rappelle et veut vous voir de toute urgence…un bon conseil : raccrochez !!!

Car vous ne savez pas ce qui vous attend…

BREF RESUME

 

Mon Ex brochure.JPG

 Quand Alice retrouve Etienne après 7 ans sans nouvelles…C’est qu’elle a une idée derrière la tête.

En fait, elle est bien décidée à lui faire tenir promesse qu’il fit le jour de leur rupture.

Oui, mais quelle promesse ?

STOP  SECRET ! Interdiction de la dévoiler !

Mensonges chantages, grands déballages et coups bas…

Tout y passe !

Alice (fichtrement mignonne)va exploser la vie rangée et un peu pépère de son EX. Elle est prête à tout pour arriver à ses fins.

Pauvre, pauvre Etienne qui en acceptant de la revoir ne savait pas qu’il allait vivre la période la plus pourrie de sa vie…

Mais qui sait, peut-être aussi la plus belle ?

 

photo 2 ok.JPG

 J’ai vu la pièce hier soir. J’ai bien ri . Toute la salle…bourrée… s’est bien amusée.

Je crois pouvoir dire que l’idée de Luc Chaumar est unique.

Peut-on imaginer qu’un jour, après sept ans de rupture, la belle revient auprès de son EX mari, un homme qui vivait dans une certaine tranquillité…

Pourquoi revient-elle ?

Je meurs d’envie de vous dire ce qui va se passer. Mais non, non, je vous en laisse la surprise …

Les deux comédiens sont vraiment épatants.
La pièce est bien construite. Ce n’est pas du théâtre de boulevard. C’est bien supérieur !

Excellente également la mise en scène de Roland Marchisio.

C’est plein de rebondissements intelligemment conçus.

Il est question d ‘un… ou d’une…tout pourrait bien se passer si… et encore, c’est pas sûr, quoique… Rendez-vous au théâtre.

photo 4 ok.JPG

 

MON EX ! COMEDIE «  ROMANTIQUE »( et bousculée)

Roland Marchisio & Claire Gueydon 

 Jusqu’au dimanche 20/02/16

CENTRE CULTUREL D’AUDERGHEM

Boulevard du Souverain 183- 1160 Auderghem

Infos et Réservations : 02 / 676 49 31


 

 Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe », merci de votre présence.

Notre moment de séparation. Deux films et pas n’importe lesquels. Pour le plaisir de retrouver des acteurs d’une autre époque , je vous propose «  LES VIEUX DE LA VIEILLE »  adapté du roman de René Fallet transformé par Michel Audiard, et réalisé par Gilles Grangier en 1960, avec Pierre Fresnay, Jean Gabin et Noël Nöel.

Une suite inimitable de bons mots.

(Cinematek – jeudi 18/02 – 21 h)


Le même jour, mais un peu plus tôt, le célèbre film – et il le mérite – de Jean-Jacques Annaud : «  LE NOM DE LA ROSE » (1986) , avec Sean Connery , Michael Lonsdale et d’autres…

Ce film est tiré du best –seller d’Umberto Eco. C’est tout dire !

Un fabuleux polar moyenâgeux !

(Cinematek – jeudi 8/02- 17h30 -)

Amusez avec ces deux films !

A tout bientôt !

Roger Simons

 

 

 

 

PLAINTE CONTRE X (THEATRE DE POCHE) + (films :  » Les 400 coups » &  » The Piano »)

« Quand une ex-actrice de flm X raconte l’envers du décor… »

 

gallery_1455535973.jpg

 

Estelle a grandi dans la porno. A 10 ans, elle commence à devenir accro aux images. A 17 ans, elle tourne son premier film X. S’ensuivront environ 300 tournages , certains d’une brutalité extrême.

Enfant blessée jeune fille passionnée de littérature, aujourd’hui irrémédiablement abîmée , Estelle raconte avec franchise et sans psychodrame, son histoire , celle d’une détresse devant laquelle des millions d’êtres se sont masturbés.

gallery_1455536893.jpg

Cette pièce de Karin Bernfeld «Plainte contre X «  s’attaque au tabou de la pornographie.

Pas étonnant que la pornographie, comme la prostitution, soit un sujet sensible tant il est compliqué d’aborder ces thèmes sans tomber , soit dans un travers moralisateur et pudibond , soit dans une apologie du sexe , aveugle et inconsciente de ses possibles dommages.

PLAINTE CONTRE X

gallery_1455540199.jpg

La comédienne –Emilie Maréchal – interprète le personnage d’Estelle avec force et rigueur.

Alexandre Drouet, metteur en scène, a fait le choix avec ce texte percutant , de provoquer non pas le spectateur mais le débat.

Il désire ouvrir les consciences de celles et ceux – consommateurs d’images X- qui n’imaginent pas la violence pouvant se cacher derrière les images d’une certaine industrie du sexe prête à tout pour faire du profit.

Après 1968 , la « libération sexuelle » a fait trois petits tours , puis s’en est allée…

Aujourd’hui , à l’heure de la génération Youporn , simultanée aux débats sur l’abolition de la prostitution , il est important d’accepter des récits comme celui de Karin Bernfeld et d’ouvrir la parole.

PLAINTE CONTRE X – KARIN BERNFELD

Mise en scène et vidéos : Alexandre Drouet

Assistante à la mise n scène : Sandrine Desmet

Lumières : Jérôme Dejean

Costumes : Clémence Didion

Avec Emilie Maréchal


 

 THEATRE DE POCHE

Jusqu’au 27/02/16

Chemin du Gymnase 1 a – 1000 Bruxelles

Infos et Réservations : 02 / 647 27 26

Spectacle admis aux jeunes gens à partir de 18 ans, 16 si accompagné

 

Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe » , merci de votre présence et votre assiduité.

Notre moment de séparation : Plusieurs films à voir à la Cinémathèque et à Flagey ce mercredi 17/02/16 :

« LES 400 COUPS » (1958)  de François Truffaut . Un grand classique interprété par Jean-Pierre Léaud et Claire Maurier.

Le film inaugural de l’œuvre de Truffaut, d’une vérité humaine totalement inédite dans le cinéma français de l’époque.

(Cinematek 20h30)


 

 « LA LECON DE PIANO – THE PIANO » (1992) de Jane Campion, avec Harvey Keitel et Holly Hunster

(Flagey 17h30)

Bon plaisir à Vous et à tout bientôt.

Roger Simons


 

 

 

 

EXIT -FAUSTO PARAVIDINO (THEATRE ROYAL DES GALERIES )+ FRANCOISE HARDY

Une comédie dévorante du dramaturge italien Fausto Paravidino.

Une comédie virulente touchant les couples, les rencontres, les ruptures, les retrouvailles, adaptée en français par Pietro Pizzuti.

Une comédie d’un grand modernisme mise en scène d’une façon vivifiante et nouvelle par Fabrice Gardin.


 

 Une comédie subtile et intense, drôle, cruelle, chargée d’un pouvoir d’identification indéniable et adroitement menée sur la complexité des rapports de couple.

Une comédie dans laquelle les personnages cherchent à sortir d’une vie qui ne répond plus à leurs attentes.

Exit - TRG 1 (Copier).JPG

 EXIT

Un théâtre d’aujourd’hui !

Un théâtre rafraichi !

Pietro Pizzuti : On ne se quitte jamais bien. Soit on se rappelle les bons souvenirs et c’est l’horreur soit on se rappelle tous les mauvais et c’est la haine. Nous devons décider entre la haine et l’horreur…

Ce n’est pas évident !

Pietro Pizzuti : C’est une pièce sur l’usure du couple, tout en tendresse, sans cirque psychologique ni pathos.

C’est une comédie dans laquelle les personnages cherchent à sortir d’une vie qui ne répond plus à leurs attentes.

C’est l’histoire d’une séparation…


 

Fausto Paravidino (l’auteur) : J’aime un théâtre plus curieux des individus que des thématiques. Tous mes personnages ont un grand besoin d’amour et une peur encore plus grande de ne pas parvenir à en donner et à en recevoir.

 

FLASH

ilariascarpa_faustoparavidino03.jpg

Né à Gênes en 1976, Fausto a grandi dans le Piémont.

Après une année passée à l’école d’acteur du Teatro Stabile de Gênes, il fonde sa propre compagnie avec un groupe de camarades et tente sa chance à Roma.

Et tout va s’enchaîner… Il écrit de nombreuses pièces puis les joue.

Fausto Paravidino est l’un des brillants représentants de la nouvelle génération de dramaturges européens.

Il fait aussi du cinéma, de la radio, de la télévision.

Il est aussi traducteur de pièces de Shakespeare Pinter, Mc Donagh et d’autres encore..

Fausto Paravidino : Pour démarrer l’écriture d’une pièce, je copie, je reproduis, j’imite souvent puis je vais de l’avant comme ça vient.

Je n’ai pas le talent de la création, qui est exclusivement du domaine de Dieu. Je ne fais pas le tableau mais le cadre. Je restitue ce que je vois et je me laisse porter par mon imagination. Je peux être inspiré par une conversation dans un bus, ou le spectacle de quelqu’un d’autre.

Si c’est un mauvais spectacle, je me demande comment j’aurais pu mieux faire, si c’est un bon spectacle, le point de départ est meilleur pour moi.

Pour moi, le théâtre est un divertissement. Je ne me place pas, avec mon travail, en compétition avec le théâtre de recherche mais avec la discothèque.

Et comme divertissement, le théâtre doit être fait pour le spectateur, qui est quelqu’un qui me ressemble, avec qui j’irais au restaurant.

Le théâtre selon moi, sert à rendre la vie plus agréable.

Je ne crois pas qu’il puisse changer la société, il doit seulement être un miroir et un réconfort pour les êtres humains.

 Voilà une portée de jugements très rares de la part d’un dramaturge ! On ne peut que l’apprécier…


 

EXIT, LA PIECE !

Exit - TRG février 2 (Copier).JPG

 Pietro Pizzuti (traducteur) : A et B vivent ensemble. A et B se séparent. A rencontre C. B suit les conseils d’un manuel américain et rencontre D ; B revoit A . C attend un enfant de B alors qu’ils sont plus ou moins séparés.

D croise C. A retourne voir B. B reçoit A et tente d’atteindre le point 10 de son manuel. D arrive chez B alors que A y est encore.

Derrière A, B, C et, des hommes et des femmes qui se séparent , se trouvent , s’épuisent, se quittent , se cherchent , se retrouvent , se reperdent , se déconstruisent.

Fausto Paravidino élabore un théâtre plus curieux des individus que des thématiques.

Tout cela paraît compliqué. Non, nullement, c’est simple il suffit de voir la pièce et le jeu des quatre comédiens.

 

exit2016_martingallone_16 (Copier).jpg

 

abrice Gardin (metteur en scène) : Fausto Paravidino élabore EXIT avec tous les ingrédients traditionnels : des caractères ordinaires, incarnés dans des situations quotidiennes, une intrigue qui tourne autour du thème de l’amour, et des dialogues plein d’esprits.

Ce qui surprend, c’est la dimension expérimentale,   « méthode Paravidino » qui s’inspire du comique de répétition et du principe de flash-back, pour faire alterner narration et dialogues , répétitions et variations, reliant les espaces adjacents .

Je vois chez Paravidino mes auteurs de prédilection : Pinter … Beckett dans le rythme utilisé , les phrases courtes , les petites couches , l’invasion des à-côtés, voir des bas-côtés, mais avec une luminosité , par       moments, qui ne se retrouve que sous le soleil des auteurs italiens tels De Filippo et Pirandello…

Ces pièces sont des machines à jouer mais avec l’attitude actuelle du théâtre italien : précision et rythme.

 

exit2016_martingallone_09 (Copier).jpg

 Chaque personnage reste enfermé dans sa logique comme chez Pinter…

Fausto : Bien sûr, Pinter a exercé une forte influence sur mon écriture. J’ai beaucoup lu son œuvre avant d’écrire ma première pièce. C’est ainsi que j’ai appris que les personnages peuvent parler d’une manière aussi étrange que les gens le font dans leur vie !

Il est vrai qu’il y a des points communs entre Fausto Paravidino et Pinter, et Woody Allen également.

 

« Au théâtre, il n’y a rien à comprendre, mais tout a sentir » (Louis Jouvet)

 

exit2016_martingallone_25 (Copier).jpg

EXIT

Cette pièce a demandé un travail de mise en scène tout particulier.

Fabrice Gardin(le metteur en scène) : On a travaillé par couches successives. Aucune indication sur les personnages, peu de caractérisation de la part de l’auteur, on est parti au plus naturel.

Chose étonnante : il n’y a pas de composition dans ce spectacle. Chacun a déjà une expérience de couple,   de vie en couple et le spectacle s’est construit sur ces strates que nous promenons tous avec nous. Il nous a fallu juste une grande confiance réciproque.

Comme je connaissais déjà les quatre comédiens qui interprètent « EXIT », le travail a été facile.

On a très fort joué les mots pour s’en remplir car ce sont les dialogues qui créent l’histoire des couples, les personnages sont les comédiens. Ce qui m’a amené à vider le plateau de toutes choses « inutiles », donc exit les accessoires et autres interventions habituelles.

Je voulais aussi beaucoup de transparence, de luminosité sur le plateau. Ronald Beurms, le scénographe a traduit cela par un labyrinthe de structures métalliques qui permet aux comédiens d’habiter l’espace avec très peu de contraintes et que celui-ci soit autant une structure mentale qu’un lieu déterminé.

En même temps, le fait que les personnages soient comme enfermés dans l’espace proposé nous amène proche de l’expérience de laboratoire sur le sujet de l’amour.

La lumière de Félicien Van Kriekinge joue avec les structures métalliques pour nous aider à faire le chemin proposé par l’auteur entre rêve éveillé et logique réaliste.

Le travail sonore de Laurent Beumier évolue entre légèreté et mini jingles qui marquent discrètement le passage du temps.

Il y a une notion ludique qui n’est pas non plus négligeable dans ce que propose Paravidino. Il était important de la retrouver sur scène. Elle est amenée par l’utilisation de pictogrammes (dessin figuratif stylisé ayant fonction de signe) qui représentent quelques objets…

LES QUATRE COMEDIENS

Traduction des lettres :

A : un homme : Dominique Rongvaux

B : sa femme : Christel Pedrinelli

C : une jeune femme :Leone François Janssens

D : un deuxième homme : Jef Rossion

Ils sont excellents tous les quatre.

Ils jouent très cinéma.

D’ailleurs, on assiste plus à la vision d’un film que d’une pièce. C’est très neuf ! Il n’y a pas « d’actes »  comme à l’habitude. Ce sont des fragments de séquences et des dialogues très brefs.

Une idée encore : l’homme et la femme se parlent, c’est le dialogue.

L’un des deux s’adresse au public, c’est le monologue puis tous d’eux reviennent au dialogue.

Il y a aussi beaucoup de flashback : moment présent – moment du passé.

Les mouvements des comédiens sont très différents de par la présence de ces fabuleuses structures métalliques qui envahissent le plateau.

exit2016_martingallone_17 (Copier).jpg

 Ils virevoltent sur   le plateau avec légèreté ! !

Bref, c’est du neuf, très apprécié par le public. !

J’ajouterai encore la musique qui intervient à plusieurs reprises en fond sonore. Celle d’ ailleurs que vous entendez au travers de ma chronique…

FAUSTO PARAVIDINO , AUTEUR SINGULIER ET GENIE PLURIEL

Le rythme et la précision sont la colonne vertébrale de ses pièce. L’absurde, ainsi que la tragédie pathétique des personnages sautent aux yeux quand on lit Parvidino.

La précision de jeu, venu tout droit de la commedia est à travailler minutieusement, , comme une horloger accomplit son travail. (Jean-Romain Vesperini)

GENERIQUE

Avec

Dominique Rongvaux

Christel Pedrinelli

Leone François Janssens

Jef Rossion

Mise en scène : Fabrice Gardin

Scénographie et costumes : Ronald Beurms

Décor sonore : Laurent Beumier

Création lumières : Félicien Van Kriekinge

Video et pictogramme : Alan Beurms

Régie : Florentin Van Kriekinge, Vigen Oganov, Vincent Lamer

Construction du décor : Stéphane Devolder, Philippe Van Nerom, Mikail Caliskan, Martin De Salle, Laurent Notte

Habilleuse : Fabienne Miesssen

Photos : Martin Gallone

 

exit2016_martingallone_35 (Copier).jpg

 

 (Avec de larges extraits de propos publiés dans le programme du   spectacle)

 

EXIT

Jusqu’au 06/03/16

THEATRE ROYAL DES GALERIES

Galerie du Roi 32 – 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 512 04 07

 

 

Amis de l’émisssion/blog «  Les Feux de la Rampe », merci de votre attention.

Notre moment de séparation : Demain mardi 16/02 , à 23h20 France 3 , rendez-vous sur le divan de Fogiel avec Françoise Hardy qui va confier son parcours professionnel , quelques moments de sa vie intime , de son cancer qu’on lui a diagnostiqué en 2003.

Une rencontre chaleureuse, émouvante avec cette grande dame de la chanson française.

Bonne fin de soirée à Vous et à tout bientôt !

Roger Simons