L’EVENEMENT AU THEATRE 140 : TAUBERBACH

 

Voici un spectacle de danse tout à fait particulier, hors du commun.

Une espèce d’œuvre de compassion.

 

Tauberbach©ChrisVanderBurght_6.jpg

 

Ce n’est pas le premier de ce ballet  C de B. J’en ai retenu deux autres dont la forme est semblable au tout dernier «  Tauberbach ».

 


 

 Une deuxième vidéo pour bien entrer  dans cet esprit platélien.

 


 

 

 


 

 Jo Dekmine (directeur du 140) : Ce spectacle est une  projection psychologique de l’idée maitresse de l’œuvre , la vison qu’Alain Platel et sa complice , la comédienne Elsie de Brauw , ont d’une certaine humanité dépossédée.

 

Tauberbach©ChrisVanderBurght_2.jpg

 Jo Dekmine : Platel opte de continuer à explorer et développer son langage de mouvement connu comme «  la danse bâtarde ».

On essaie de découvrir la gestuelle qui naît au moment où « les danseurs se blottissent dans ce coin du cerveau encore préservé de toute civilisation ».

Cette fois-ci, l’idée de faire cette création émane d’une demande de l’actrice du NTG , Elsie de Brauw  qui voulait réaliser un spectacle  unissant danseurs et acteurs.

 

Tauberbach©ChrisVanderBurght_3.jpg

 

 Depuis longtemps, Platel et de Brauw suivent le travail l’un de l’autre.

Le point de départ provisoire est «  Estamira », un documentaire de Marcos Prado racontant l’histoire d’une femme atteinte  de  schizophrénie qui vit et travaille dans une décharge des environs de Rio de Janeiro. Une femme qui a développé sa propre forme de communication,  très singulière.

Pour ceux qui entendent le portugais,  je propose un extrait de ce documentaire  très vrai et très significatif.

 


 

 Cette femme s’est inventée une langue qui lui  permet  de communiquer avec des forces astrales.

 

 TAUBERBACH

 Une déchèterie apocalyptique !

Des danses disloquées remarquablement  interprétées par de fameux danseurs.

Un travail  de trouvailles, d’inventions, de  mise en scène, de mouvements  conçu par Platel et  exécuté par ces cinq artistes de grand talent !

 

Jo Dekmine : C’est le thème de cette création : vivre, survivre avec dignité dans des conditions quasi-impossibles.

 

Tauberbach©ChrisVanderBurght_4.jpg

 Au-delà  de la souffrance qu’elle visite, chaque création de Platel est un ode à la vie qui nous rappelle l’infinie ressource dont nous disposons, même dans les moments les plus désespérés.

Une vision profondément humaniste et passionnée.

 

TAUBERBACH – UN SPECTACLE ETONNANT ! REMUANT !

 

 

 

Tauberbach©ChrisVanderBurght_5.jpg

 

 Dès la première image scénique ,  nous sommes plongés dans une ambiance  vivante,  démente , disloquée, désarçonnant, désorganisée ,  un terrain rempli  de vieux vêtements jetés pêle-mêle un peu partout , cinq tonnes de vêtements, et sur lesquels dansent d’une manière excessive deux jeunes femmes et deux jeunes hommes complètement dégingandés, possédés
Une femme (la comédienne)  les regarde, les surveille , entraînée par tout ce monde en pleine folie.

 

 « Alain Platel prouve une fois de plus  que son inspiration ne tarit pas, qu’il sait s’entourer d’interprètes exceptionnels, que jamais il ne se laissera attraper par le formatage et la bien-pensante , qu’il reste libre avant tout. » (Pariscope)

 


 

 

 

 

 

« Une image paradoxalement flamboyante de dépotoir comme on en voit dans les périphéries et les zones urbaines ultra pauvres. D’emblée, le sujet de « Tauberbach »  est donné. Il est décliné avec acuité, férocité même ,  avec ce talent sidérant d’Alain  Platel pour chorégraphier la pulsation sauvage de la déglingue mentale et de la survie. (Le Monde)

 

TAUBERBACH – UNE POESIE BRUTALE !

 


 

 D’autres sources  d’inspiration pour cette production sont « Tauber Bach », une musique de Bach par des sourds, et les arias de Mozart qui sont chantés en live.

 

J’ai entendu des spectateurs rire aux éclats. Comment peut-on rire en voyant ces  êtres humains  complètement détériorés, casés, dégradés.

A chacun à  recevoir le spectacle comme il le ressent !

 

Jo Dekmine : Le 140 suit le chemin d’Alain Platel depuis «  Bonjour Madame et Moeder en kind » qu’il mena avec Arne Sierens.Que de belles mémoires !

Je fis moi-même un portrait d’Alain pour l’opéra national et il témoigne de mon aventure dans une édition d’Alternatives théâtrales qui fut consacré au 140 en 2010.

 


 

CINQUANTE ANS DE CREATIONS !

 

Une performance pour Jo Dekmine qui poursuit avec  énergie, courage, passion sa magnifique aventure théâtrale.

Chapeau Jo !

 Très bientôt , il vous racontera sa vie  théâtrale des plus intensives  et  son bonheur de gérer son théâtre 140 depuis 50 ans.

A suivre donc !

 

 TAUBERBACH

Conception et mise en scène :Alain Platel

Créé et joué par

Bérangère Bodin

Elie Tass

Elsie de Bauw

Lisi Estaras

Romeu Runa

Ross Mc Cormack

Dramaturgie : Koen Tachel et Hildegard De Vuyst

Direction musicale : Steven Pengels

Création son : Bartold Uyttersprot

Création lumières : Carlo Bourguignon

Costumes : Theresa Vergho

Décor : Alain Platel et Les ballets C de la B

Crédits photographiques  : Jacques De Backer

 

Théâtre 140

Avenue Plasky  140  – 1030  Bruxelles

 

 Je vais prendre congé de Vous pour quelques heures, le temps de découvrir ce personnage , lui aussi très curieux  qui se prend pour Don Quichotte de la Mancha !

Ah oui, la musique avant de disparaître :  un aria de Mozart comme dans la pièce  fulgurante «  TAUBERBACH »

 Merci de votre attention et de votre fidélité.

 

Roger Simons

 


 

 

SOLOS KARINE PONTIES & ERIC DOMENEGHETTY (THEATRE DE LA VIE)

 

«  La danse de la chorégraphe Karine Ponties refuse la gratuité esthétique et exacerbe des histoires souvent bizarres sans les illustrer lourdement. Assurément une expédition à entreprendre en biffant tous les clichés. (Télérama)

 

J’ai vu le spectacle hier soir. Sincèrement, j’ai été quelque peu déçu.

Quand je dis «  j’ai vu », je devrais plutôt dire «  j’ai aperçu »

Tout se passe  quasiment dans l’obscurité.

 

Soi (c) Guillaume Fromentin.jpg

 

Karine : C’est un temps d’intimité dans la recherche, dans la démarche et dans le rapport au public à travers différents solos hybrides et condensés où la danse ne tient pas forcément place au centre.

 

SOI

 

Karine Ponties : Jamais on n’est soi. On ne se ressemble pas, on ne se connaît pas. On se donne vie, on naît de sa propre main. On est le temps d’une vie, d’un instant. On disparait sous une autre forme  enseveli, replié, modelé, écrasé.

On naît golem, boue de langues, de veines, de sensations et de sang. Edifice variant, muant au cœur duquel , dans la tourmente, résistance , résignation  et joie , encore et encore, laissent présager de SOI.

 

L’univers des créations de Karine Ponties se caractérise par son sens de l’absurde, son exploration de l’intimité,  de l’organique et des relations humaines.

 

Un court entracte  permet le changement du décor. C’eut été amusant  de suivre le travail de démontage des deux assistants… en musique. Cela devenait  un vrai numéro.

 

Deuxième partie du programme : BABIL   interprété «  brutalement » par Eric Domeneghetty.

 

BABIL2HD_Jean-Pierre_SURLES.jpg

 

 Un corps s’élevant au-dessus de son propre chaos , on le dirait atteint aux jambes d’un mal compliqué. Une identité trouée, une pensée trouée , un langage troué qui s’exerce à la naissance de la langue.

 

 

Jean-Pierre_SURLES_BABIL3HD.jpg

 

 

 

Les mots-souffles , un corps nouveau , un projet d’exil  un rêve en action jusqu’au bout. Des premiers aux derniers pas, l’homme ne fait après tout que tenter de rester debout. De la terre à l’épine dorsale, la verticalité comme principe mais aussi comme question .

Comme s’il fallait ne pas s’arrêter de naître.

 

Ces deux textes sont publiés dans le programme. Je vous conseille d’en prendre connaissance avant le spectacle. Vous pourrez mieux  le comprendre.

 


 

Comment Eric arrive-t-il à  cette performance  avec son corps , sans le détruire ?

Question à poser à l’artiste !

 

 

SOLOS

 

Jusqu’au 1er mars 2014

Infos Réservations : 02 / 219 60 06

 

 

 

SOI  : Conception et chorégraphie :Karine Ponties

Collaboration artistique : Guillaume Toussaint Fromentin, David Monceau et Eric Domeneghetty.

 

BABIL : Interprétation et texte : Eric Domeneghetty

Conception et chorégraphie : Karine Ponties

Musique originale : David Monceau

Lumière : Julie Petit-Etienne

Adaptation : Guillaume Fromentin

Costumes : Samuel Dronet

Production : Dame de Pic – Cie Karine Ponties

 

 

Prochain spectacle : BLACKBIRD,  à partir du 05/03.

Je vous laisse en compagnie  d’une vidéo  voisine de celle  d’Eric.

A tout bientôt avec Alain Platel et ses danseurs, actuellement au Théâtre 140.

En avant-première , une photo de ce curieux spectacle de danse…

Merci de votre attention et fidélité.

 

 

Roger Simons


 

Et voici la photo  : TAUBERBACH

 

Tauberbach©ChrisVanderBurght_6.jpg

 

 

 

 

 

 

DECRIS-RAVAGE – ADELINE ROSENSTEIN ( THEATRE OCEAN NORD )

Bonjour à Vous.

 

ADELINE ROSENSTEIN

 

 Une personnalité aux multiples facettes : comédienne, clown,  baroudeuse,  voyageuse qui vit tantôt à Berlin, tantôt en France  tantôt à Jérusalem où elle a étudié le théâtre dans une école israélienne…

 

 Adeline Rosenstein : J’ai de la famille là-bas aussi  Mais c’était entre 1992 et 1995 « dans les années Oslo », ça bougeait , les artistes qui avaient été censurés recevaient des prix , c ‘était  le moment de mettre à l’épreuve mes préoccupations politiques. J’étais proche des militants israéliens qui voulaient un véritable destin pour la Palestine et qui s’opposaient aux accords d’Oslo.

 On parlait d’accords d’Apartheid , cette expression ne faisait pas autant scandale  qu’aujourd’hui. Après l’assassinat de Yitzhak Rabin en 1995, tout a viré vite vers la droite que j’ai  eu un peu honte d’avoir été si virulente.

 Peut-être que «  décris ravage »  reflète aussi cette remise en question : la paix dépendrait donc à ce point de décisions individuelles ?  Pas uniquement de structures géopolitiques, de profit, d’armements , etcetera ?

Ca, le Théâtre peut en parler !

 

 

 

DECRIS-RAVAGE  –  DU THEATRE DOCUMENTAIRE !

 


 

 Adeline : Depuis 2009, je mène des entretiens avec des artistes occidentaux d’âges différents ayant vécu quelques mois en Israël ou en Palestine à différentes époques, durant les mêmes événements.

 Mon projet «  décris-ravage » est né de l’envie de confronter ces entretiens à des extraits de pièces de théâtre historiques en arabe traitant des mêmes événements.

 Passer la parole aux dramaturges issus des pays arabes concernés m’a  semblé le meilleur moyen  de faire place à une perspective non européaniste du conflit.

 La rencontre avec l’auteur et chercheur palestinien Mas’ud Hamdan (Haïfa Uni versity) fut décisive pour engager un travail de recherche et de traduction de ces extraits.

 

 

décris-ravage presse 1.jpeg

 

 

Adeline a fait un travail tout à fait extraordinaire. Son défi a été de se passer d’iconographie, de créer un langage théâtral intelligible et supportable à la fois qui ne fige ni la Palestine, ni Israël,  ni dans ses cartes postales, ni dans les photos de guerre, insupportables et souvent illisibles.

Adeline a rejeté également toute photo, toute vidéo, toute projection.

Le texte UNIQUEMENT  et ce, pendant deux heures.

 J’avais très peur au début que ce ne soit ennuyeux, difficile à suivre..

C’est bien le contraire qui s’est passé : deux heures d’écoute passionnantes et pas ardues du tout. Au contraire, même si l’on est pas spécialiste en la matière. Certains propos peuvent nous échapper mais qu’à cela ne tienne,  nous restons

Attentifs, nous l’écoutons, nous la regardons. Elle dégage une  présence, une chaleur humaine, une vivacité , un dynamisme  percutant.

 Nous apprenons beaucoup de choses sur tout ce qui s’est passé au cours des siècles.

 

 Adeline : Reste donc la volonté de comprendre. Or démêler puis refaire le nœud de «  ce qui a bien pu se passer pour qu’on en  arrive là » exige de la patience. Dans le cas du conflit israélo-palestinien, le nœud est gros de plus de cent ans. Il faut à chaque étape du travail , pas seulement en public , mais aussi entre nous et face aux personnes qui nous livrent courageusement leur témoignage , éviter les mots qui agacent , éviter les termes qui découragent , les ironies qui sèment la confusion , les raccourcis qui tendent au lieu de délier.

Après vingt ans indignation virulente, j’ai dû trouver autre chose.

 

DECRIS-RAVAGE – TEXTES COMPILES ET MIS EN SCENE PAR ADELINE ROSENSTEIN.

 

 La grande salle d’Océan Nord  est  vide de  tout objet ou mobilier, à l’exception de sept grands panneaux et de quelques chaises.

Aucune image projetée, aucune carte,  celles-ci  sont montrées par Adeline et quatre de ses collaborateurs par le truchement de signes qui constituent quasiment une chorégraphie…Aucun document.  Seules, les notes prises par Adeline.

 

décris-ravage presse 2.jpeg

 

 

Adeline : La parole, le mouvement et le geste sont les seuls vecteurs d’un discours qui tente de remonter aux sources d’un conflit. IL s’agit de se pencher sur l’Empire ottoman, sur l’arrivée de Bonaparte, sur la destinée d’un tout petit territoire. Avec, de façon entêtante , une question  à la fois historique et contemporaine pour fil conducteur : si des artistes accompagnaient Bonaparte dans ses campagnes d’Egypte et de Syrie , qu’en est-il aujourd’hui des   « embedded european artists » au Moyen-Orient ?

 C’est un spectacle qui peut dérouter, amuser aussi , nous informer et c’est bien évident , tout cela sans passion mais avec une brillante intelligence.

 Plus que de conflit,  il est question d’Histoire et d’histoires et comment  , sur une scène de théâtre , on raconte ces histoires-là.

 

 

décris-ravage presse 3.jpeg

 

 

 Alain Cofino Gomez (rédacteur du journal d’Océan Nord) :  Quelle est ta définition du théâtre documentaire ?

Adeline : C’est le théâtre dont le texte n’a pas été écrit pour le théâtre. C’est un patchwork, collage ou montage, de textes écrits ou prononcés par d’autres.

Mon travail d’écriture est de l’ordre du bricolage entre ces bouts de paroles et leur conceptualisation. Il s’agit de trouver un équilibre, empêcher que je ne devienne l’auteur, même si, pour remettre ces extraits dans leur contexte historique scientifique ou social, je dois parfois produire du texte, écrire moi-même. Ce travail est en perpétuelle évolution et je m’intéresse de plus en plus à ce qui a à voir avec l’histoire et la représentation de l’histoire…

Ce projet d’Adeline est divisé en petits épisodes, eux-mêmes divisés en petites rubriques prises en charge par des orateurs-trices, en fait les comédiens.

 

ACG : En fait , il s’agit de transmettre quelque chose plus que de faire  spectacle ?

 Adeline : Je crois que ceux qui viendront voir ce spectacle apprendrons quelque chose ; et même s’ils savent déjà , ils seront touchés par ce que le théâtre peut apporter à la conférence. Il faut peut-être rappeler que ce que je  fais , c’est du théâtre , ni en géographie politique et encore moins en linguistique ou en littérature arabe , je ne fais que présenter les personnes qui m’ont renseignée et je suis convaincue que le spectateur qui en sait plus que moi excusera et complétera lui-même mon savoir lacunaire.

Je l’ai déjà dit : pas de cartes,  pas d’images, pas de documents projetés, de photos non plus. Ni de support visuel. Il naît  de cette absence un déploiement de pratiques gestuelles, de chorégraphie et d’approximation qui sont   « émouvantes » : un creuset propice au poétique , mais aussi un espace qui permet au spectateur de s’autoriser la curiosité et le doute. Ce qu’on transmet est à compléter.

La relation qui se crée entre le public et mon personnage de conférencière apporte une dimension qui autorise la transmission apaisée, du moins je l’espère.

 

 

décris-ravage presse 4.jpeg

 

 

 Un spectacle-documentaire de grand intérêt mené tambour battant par cette jeune femme extraordinaire, Adeline  Rosenstein.

Un spectacle  hors circuit à voir en urgence.

 

SAMEDI  1er MARS- 16 HEURES

 

Une journée rencontre sur : «  La Question de Palestine sur scène »  avec la participation de nombreux intervenants , spécialistes en la matière.

Comment vont-ils réagir à la mise en scène au théâtre de cette enquête documentaire ?

 L’accès à cette journée rencontre est gratuit. Il vous suffit de réserver vos places au 02 / 216 75 55.

 Et pourquoi ne pas enchaîner avec le spectacle !

 

DECRIS RAVAGE

Textes compilés mis en scène, et interprétés par Adeline Rosenstein.

 Avec Olindo Bolzan, Léa Drouet, Isabelle Nousha et Thibaut Wenger.

 Lumière  espace : Ledicia Garcia

 Œil scientifique : Julia Strutz

 Dessin : Verena Kammerer

 Traduction de l’arabe : Ma’ud Hamdan

 Photos : Michel  Boermans

 Extraits de l’interview Alain Cofino Gomez/ Adeline Rosenstein, publié dans le journal 63 du théâtre.

 Un accueil du Théâtre Océan Nord

 Direction artistique: Isabelle Pousseur

 

DECRIS-RAVAGE

Jusqu’au 08 mars 2014-

 

 THEATRE OCEAN NORD

 Rue Vandeweyer  63/65 – 1030  Bruxelles

 Infos Réservation : 02 242 96 89

 

Ce spectacle se joue sans la moindre musique, ce qui est chose rare.

Avant de nous séparer, je veux néanmoins vous en donner quelque peu avec  la participation d’Hélène Grimaux , une autre jeune femme pleine de talent. Mais vous la connaissez bien sûr !

Je vous laisse en sa compagnie.

Tout bientôt ,  de nouveaux rendez-vous avec le Théâtre…Et comme le chantait Gilbert Bécaud … » qu’il se lève le rideau rouge…

Un petit clique et apparaît  Hélène Grimaux , la  magnifique virtuose pianiste , une femme qui a vécu un certain temps avec les loups.

J’aimerais beaucoup la revoir au Palais des Beaux-Arts…un peu plus tard sans aucun doute.

Merci de votre attention et de votre fidélité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA VOIX HUMAINE – JEAN COCTEAU ( TH. DES MARTYRS )-les feux de la rampe-

 

 

 

 

 

 

jean-cocteau.jpg

 

 

 JEAN COCTEAU /  MONIQUE DORSEL

 

 

Voix 2.JPG

 

 

Charles Gonzalès (metteur en scène) : Une femme  seule dans une chambre noire, téléphone à son amant qui vient de la quitter pour une autre…

Il s’agit  ici d’une prise de paroles et de silences d’un personnage combattant la solitude sonore de l’énamourée, dans sa nuit obscure...

Qui est cet homme à qui elle dit son désespoir ? Existe-t-il réellement ? Y a-t-il quelqu’un à l’autre bout de la ligne ?

Ici et là…traversée du miroir. Lorsque l’invisible se fait visible.

En somme, notre quête du théâtre !

 

Jean  Cocteau (l’auteur) : Il fallait peindre une femme assise, pas une certaine femme, une femme intelligente ou bête , mais une femme anonyme, et fuir le brio, le dialogue du tac au tac, les mots d’amoureuse aussi insupportables que les mots d’enfants , bref tout ce théâtre d’après le théâtre qui s’est vénéneusement , pâteusement et sournoisement substitué au théâtre tout court, au théâtre vrai , aux algèbres vivants de Sophocle , de Racine et de Molière !

 

 

 

le-prince-jean-cocteau-cinquante-ans-apres-sa-mort,M134168.jpg

 

 

 

J’adore Cocteau  pour sa poésie d’une beauté imposante,  pour ses romans, pour ses pièces de théâtre et elles sont nombreuses,  tel  ce « seul en scène » particulier : LA VOIX HUMAINE.

Encore fallait-il trouver l’actrice susceptible de l’interpréter.

Cette pièce a été créée en 1930 à La Comédie – Française par la grande actrice liégeoise : Berthe Bovy.

Par la suite, la pièce a été reprise par plusieurs comédiennes dans des  versions différentes.
On peut retenir le nom de Simone Signoret qui a été merveilleuse dans son interprétation.

La pièce  n’est pas souvent à l’affiche car il s’agit de trouver l’actrice, susceptible de la jouer tel que Jean Cocteau l’a conçue.

C’est chose faite avec Monique Dorsel.

 


 

 LA VOIX HUMAINE

 

Voix 3.JPG

 

Charles Gonzalès(metteur en scène ) : La raison essentielle pour laquelle j’ai proposé à Monique Dorsel  de l’interpréter, c’est  mon admiration pour cette femme faite d’art et de lettres. Une fidèle sentinelle des textes d’hier et d’aujourd’hui , une amie comme tout le monde rêve d’avoir et une comédienne avec le sens du texte , de sa respiration mais aussi sa grande disponibilité à tenter toutes les issues possibles pour donner naissance à une réalisation scénique.

Et sans conteste, Charles Gonzalès a visé juste. Monique Dorsel est éblouissante, et je dirais même fascinante dans ce personnage.

 

LA VOIX HUMAINE,  UN TEXTE ENVAHIT PAR LE SILENCE !

 

La femme qui parle n’a pas de nom, comme si l’écrivain avait voulu se laisser dans ce personnage. Ce n’est qu’une voix qui s’élève.

 

 

Voix 4.JPG

 

 

Charles Gonzalès (metteur en scène ) : Cette nouvelle création st d’une grande fidélité au texte avec l’insolence de l’interrogation.

Ici , la femme porte un costume d’homme , chemise cravate comme si dans le même corps les deux sexes ne faisaient qu’un.

 Là, cette voix en fusion directe avec celui qui est ou qui n’est pas…

N’oublions pas : nous sommes chez Cocteau !

 


 

LA VOIX HUMAINE

 

J’ai vu ce spectacle hier dimanche et j’ai été immédiatement séduit par l’interprétation d’une magnifique sobriété.

Dois-je vous dire que j’ai voulu rencontrer et interviewer Monique Dorsel qui est l’une de mes grandes amies dans ce monde qui est le Théâtre !

 


                       (réalisation  video-interview   : Paul Freitas )       


 

J’ai toujours une émotion en écoutant cette chanson avec Edith Piaf et Charles Dumont.

 

 

Voix 5.JPG

 

 

 Un cadeau que cette pièce de Jean Cocteau vécue par Monique Dorsel, que je félicite encore pour son interprétation.

On est baigné dans une ambiance feutrée, silencieuse.

 Deux spots éclairent la comédienne  accusant mieux encore son regard perdu dans la détresse.

Nous resterons dans le souvenir de  ce moment d’amour brisé.

Charles Gonzalès a réussi une mise en scène délicate, d’une grande sobriété, mettant en exergue le visage  désespéré de cette femme amoureuse.

Il  s’est chargé également  des lumières, un élément important  dans cette pièce ; le son qui se répand  en finesse dans la salle et duquel on entend la voix de Berthe Bovy ; du décor enfin tout simple : des tentures noires, une chaise haute où se tient Monique Dorsel, un micro  qui  reprend la voix et la répand d’une façon  mélodieuse.

 

 

buffetgravures10g.jpg

 

Quel bonheur de retrouver Jean Cocteau , l’un des plu grands poètes du 20 ème siècle, et pas seulement poète mais aussi graphite , dessinateur , dramaturge et cinéaste. Souvenez-vous des films  magnifiques qu’il a réalisé entre autres avec Jean Marais.

Jean  Cocteau est né le 5 juillet 1889 à Maisons-Laffitte , et mort le 11 octobre 1963 dans sa maison  de Milly-la-Forêt.

 On a dit qu’il était mort quelques heures après avoir appris la disparition d’Edith Piaf.

Jean Marais : Non, je ne le crois pas.. Jean est mort d’un œdème du poumon, son cœur a flanché. Il aimait beaucoup Edith mais je ne pense pas que  ce soit la mort d’Edith qui ait provoqué la mort de Jean.

 

Je n’ai pas eu la chance de rencontrer à l’époque Jean Cocteau.

Par contre, Jean Marais, oui, souvent , j’étais d’ailleurs très ami avec lui.  Son ami, l’homme de sa vie, lui avait écrit des chansons.         

J’en ai repérée une que j’aime beaucoup «  Je l’ai perdue » ! Ecoutez-là !


 

 Merveilleux Jean Marais !

 Pour rappel ,  MONIQUE DORSEL  joue au Théâtre des Martyrs , Salle de l’Atelier jusqu’à samedi prochain, le samedi 1er mars 2014.

 Allez  l’écouter et l’applaudir. Elle en sera très heureuse.

 

 LA VOIX  HUMAINE / JEAN COCTEAU

 Interprétation : Monique Dorsel

Mise en scène : Charles Gonzales

 Paul Freitas vous offre un superbe diaporama  au cours duquel vous allez une fois encore revoir Monique Dorsel. Allez-y , feuilletez…

 


 INFO

 Je vous signale que notre ami Paul Freitas a également réalisé un diaporama  pour la pièce gigantesque «  LES GEANTS DE LA MONTAGNE ». Vous pouvez cliquer sur la note…

 

THEATRE DE LA PLACE DES MARTYRS

Place des Martyrs  22 – 1000  Bruxelles

Infos Réservation : 02 / 223 32 08

 

Je vous avais promis une surprise. Je tiens parole.

Si vous êtes pris par le temps,

Si vous ne vous intéressez pas particulièrement à Jean Cocteau, ni à sa pièce  « La Voix humaine « ,

Si vous ne voulez pas découvrir une énorme tsar du théâtre du temps passé,

Vous pouvez faire disparaître mon blog – émission  que vous retrouverez tout bientôt…

 Par contre , si vous aimez l’œuvre de Jean Cocteau , je vous propose un long extrait de la pièce dont j’ai beaucoup parlé ci-avant: LA VOIX HUMAINE   interprétée par la créatrice du rôle, Berthe Bovy en 1930.

L’enregistrement qui va suivre date des années  cinquante…On entend Berthe Bovy, on ne la voit pas , on l’imagine  et on l’écoute, comme une émission de radio…du temps passé ! Pour ceux qui aiment les documents sonores.

Je vous retrouve dès demain   pour une nouvelle émission/blog , en chansons cette fois…

Merci pour votre fidélité.

 

Roger Simons

 


 

 

LES GEANTS DE LA MONTAGNE -(TH.DES MARTYRS) Les Feux de la Rampe

 

PIRANDELLO LE MAGICIEN

 

 

Est-ce que nous vivons ? Est-ce que nous rêvons ? Où est la frontière entre ceci et cela ?  Et qui d’autre plus que les acteurs est  concerné par ce questionnement, puisque leur fonction, est de nous donner l’illusion de la réalité, au point de confondre sur la scène du théâtre celle-ci et celle-là ?

 

Giorgio Strehler (metteur en scène italien, décédé en 1997) : « LES GEANTS », c’est le symbole de l’incapacité de rêver et de croire à la valeur de l’Art !

 

 

Géants_097-light.jpg

 

Cette pièce est la dernière écrite par Pirandello,  achevée par son fils…

Son premier chef d’œuvre en 1917 «  Chacun sa vérité ».

Viennent ensuite : « La Volupté de l’honneur « , « C’était pour rire »,  «  Le jeu des rôles » et en 1921 : «  Six personnages en quête d’auteur »

 

1934 : Pirandello reçoit le Prix Nobel de littérature

« Feu Mathias Pascal »

Il meurt deux ans plus après  alors qu’il travaille à une adaptation cinématographique de son roman   « Feu Mathias Pascal »

 


 

 

 Ce film muet a été réalisé par le grand metteur en scène français Marcel Lherbier en 1925 . Quelques mois plus tard , on pouvait le voir dans les cinés de l’époque .

 

Synopsis : Mathias Pascal est ruiné. Il épouse malgré tout, Romilda.

 

Mais au devant de l’échec, il s’enfuit  et s ‘en va  jouer au casino à Monte-Carlo où il gagne beaucoup d’argent.

 

Après son retour au village, il découvre que sa mort par noyade  a été annoncée publiquement.

 

images.jpg

 

 

C’est le grand comédien Ivan Mosjoukine qui tient le rôle de Mathias Pascal et ce qui est amusant, on trouve dans la distribution deux grandes stars françaises : Pauline Carton et Michel Simon.

Ce film est encore visible à la formidable  Cinémathèque  Royale de Belgique.

 

 RETOUR VERS LA MONTAGNE

 

 

Géants_168-light.jpg

 

 

Voilà les géants ! Voilà les géants !

Des gens chez nous ! Des gens chez nous ! Vite, les éclairs, les tonnerres et la langue verte, la langue verte sur le toit…

Ils avancent pour de bon ! Ils sont là en bas ! Et nombreux, plus de dix !…

 

Luigi  Pirandello : Je crois vraiment que je suis en train de composer , avec une ferveur et une anxiété que je ne réussis pas  t’exprimer , mon chef d’œuvre , avec ces GEANTS DE LA MONTAGNE .

Je me sens monté à un sommet où ma voix trouve des amplitudes d’une résonance inouïe. Mon art  n’a jamais été aussi plein, aussi varié et imprévu : c’est vraiment une fête pour l’esprit et pour les yeux, tout en palpitations  brillante et frais comme le givre.

« LES GEANTS DE LA MONTAGNE » sont le triomphe de la fantaisie, le triomphe de la poésie, mais en même temps la tragédie de la poésie, au milieu de ce brutal monde moderne…

(Extrait de sa lettre à Marta Abba –  la muse et la source d’inspiration de Pirandello)

 

191martaabba.jpg

 

 

La vie de Marta est indissociable de celle de ce grand dramaturge et metteur en scène de théâtre  sicilien.

Elle s’éteignit d’une  hémorragie cérébrale dans sa ville natale de Milan, le jour  précédent son  88ème anniversaire !

 

 LES GEANTS DE LA MONTAGNE

 

Dans une villa peuplée d’étranges habitants, arrive une troupe de théâtre tout aussi singulière, électrisée par la personnalité mélancolique et fascinante de la Comtesse…

En quête d’une scène où jouer, les comédiens font une halte dans cette demeure délabrée où les  pantins prennent vie, où les apparitions se mettent  à déclamer leur texte, où les frontières entre la vie et les songes s’effacent, avant de décider d’aller jouer devant les terrifiants Géants de la montagne…

 Mais que représentent aujourd’hui ces GEANTS DE LA MONTAGNE ?

Olivier Celik (Avant-scène théâtre) : Quelles sont, en somme, les menaces qui pèsent sur les principes les plus  fondamentaux de la civilisation ? Viennent immédiatement à l’esprit tous les fléaux du monde moderne, de l’impérialisme militaire aux fanatismes de  tous bords, des injustices économiques et sociales à échelle mondiale aux terrorismes les plus sanglants : toutes formes à des degrés divers, de négation des valeurs de l’art et de la vie.

Voilà sans doute ce  qui donne  à la pièce de Pirandello, non pas une actualité brûlante, mais une  inactualité  nécessaire.

Inactualité qui la rend aussi apte à embrasser  des sentiments universels qu’à défendre, par la puissance de ses images, tout ce qui fonde l’homme dans son humanité.

Mettre en scène LES GEANTS DE LA MONTAGNE,   n’est-ce pas, en ce sens, faire acte de résistance, théâtralement poétiquement ?

Résistance qui a su rassembler, dans ce rang une assemblée de courageux, qui chaque soir , veulent encore nous faire croire au théâtre en nous offrant , pourtant, le spectacle de son anéantissement.

Tel est le paradoxe des Géants de la montagne et sa sublime vérité.

 

 

Géants_142-light.jpg

 

 

 LES GEANTS DE LA MONTAGNE

 

Une pièce mythique, un enchantement, un spectacle fellinien, des personnages étonnants interprétés par dix-sept comédiens, un environnement très décoratif et musical  très spectaculaire.

Et  puis  les costumes, les masques d’une troupe rompue au chant, à la pantomime, aux masques et à la musique.

 

PIRANDELLO ET SES GEANTS

 

Giorgio Strehler : C’est un drame sur le théâtre, mais il ne s’agit p des problèmes qui se posent aux acteurs dans le jeu, ou du rapport entre les personnages et les personnes.

La pièce traite en réalité, de la possibilité  de communication de la poésie dans une collectivité assourdie, et je crois que c’est un problème d’aujourd’hui.

 Le texte met en présence deux positions devant la vie : d’une part Cotone et les gens de la Scalonia  ont trouvé la liberté de la fantaisie, de la poésie, de l’absolu, mais en se dérobant à la vie.

Ils sont au-delà de la vie, ils sont peut-être morts

 Dans  ce monde au-delà du monde, les enchantements sont possibles.

 De l’autre côté, la comtesse et les comédiens représentent une collectivité qui se bat pour demeurer parmi les hommes et qui, jour près jour, s’est ruinée, a perdu la possibilité de présenter son spectacle, donc de communiquer.

 Quand les deux collectivités se rencontrent, Cotrone avertit les comédiens

 

Cotrone : Ici, vous pouvez être compris, mais n’allez pas vers les hommes. On ne peut pas faire d’art pour les hommes. Il faut rester ici et jouer pour  ce qui vous comprend.

Giorgio Strehler : « La musique la plus belle n’existe pas »  dit-il encore et il ajoute : « la mise en scène la plus belle, je ne l’ai jamais fait, je l’ai pensé ». Voilà le décalage terrible entre l’absolu de l’art et sa confrontation au public. 

 

Cotrone : Moi aussi je renonce. Je fais peut-être des spectacles magnifiques dans ma  tête. Mais à qui bon ? Il y a avant tout, le devoir de continuer  à parler aux gens, même s’ils ne vous comprennent pas. C’est trop facile d’être  des géants vis-à-vis des autres et de dire qu’ils  ne vous comprennent  pas.

 

 

Géants_119-light.jpg

 

 

J’ai rencontré, à l’issue de ce grand spectacle, les deux comédiens  titulaires des rôles principaux : Hélène Theunissen, la Comtesse et Jaoued Deggouj, Cotrone dit le magicien.


                ( credit video / entretien :Paul Freitas)           

 

Merci  à Hélène et Jaoued d’avoir participé à cet entretien qui nous éclaire profondément dans ce que représente cette pièce.

 

 

Géants_129-light.jpg

 

 

Incontestablement, c’est un grand et beau spectacle, mais pas toujours facile à saisir.

Le travail  de mise en scène et de scénographie fait par Daniel Scahaise est  porteur  de grande qualité, de belle intelligence, de compétence et de  la connaissance d’un écrivain et dramaturge comme le fut Pirandello.

Avec toutes mes excuses d’une erreur que j’ai commise en disant – au cours de l’interview – que Pirandello était mort il y a une centaine années . Non, bien sûr. Il est décédé le 10 décembre 1936.

 

 

Géants_103-light.jpg

 

 

Les 17 acteurs sont entrés  dans ce jeu avec énergie, volonté, passion, pour rendre des plus vivantes ces histoires compliquées de Pirandello.

Nous retrouvons ici des acteurs attachés  au Théâtre de la Liberté.

Nous  en découvrons d’autres qui y entrent.

L’ensemble forme une troupe attachante, vivante, compétente, intelligente et talentueuse.

 Il y a l’un des acteurs qui m’a drôlement fait rire , c’est  Bernard Marbaix, l’un des grands comédiens attaché à ce théâtre , qui apparaît dans un déshabillé féminin de cabaret de nuit , maquillé en jeune homo. Il est irrésistible, tellement différent des nombreux personnages qu’il a joué  durant toute une longue carrière.

Hélène Theunissen est extrêmement  émotive dans  le rôle de la Comtesse. Son maquillage la transforme totalement. C’est çà le THEATRE !

 

 

Géants_176-light.jpg

 

 

Le décor est tout à fait exceptionnel et déployé sur cet énorme plateau du Théâtre des Martyrs de long en large et en profondeur car il y a plusieurs trappes desquelles  apparaissent et disparaissent les personnages.

Je ne suis pas  dithyrambique, mais simplement sincère.

 C’est le spectacle à voir !

 

 LES GEANTS DE LA MONTAGNE

 

Triomphe de la fantaisie , triomphe de la poésie mais en même temps la tragédie de la poésie, au milieu de ce brutal monde moderne de plus en plus virtuel !

Je vous propose , exceptionnellement, une longue vidéo qui groupe plusieurs séquences de la pièce . Comme une bande de lancement au cinéma, réalisée au Théâtre des Martyrs.

 


 

DISTRIBUTION

Maxime Anselin, Barbare Borguet, Toni D’Antonio, Isabelle De Beir, Gauthier de Fauconval, Jaoued Deggouj, Daniel Dejean, Dolorès Delahaut, Karen De Paduwa, Christophe Destexhe,Bernard Gahid, Laure Renaud Goud , Stéphane Ledune, Julie Lenain , Bernard Marbaix, Sylvie Perederejew, Hélène THeunissen.

(Voilà une pièce qui fait vivre  les acteurs et cela, c’est formidable !)

 Mise en scène et  scénographie : Daniel Scahaise

 Assistanat à la mise en scène : Céline Schmitz

 Traduction de Jean Manganaro

 Création vidéo : Vincent Pinckaers

 Mouvements chorégraphiés : Jean-Louis Danvoye

 Costumes : Anne Compère

 Maquillages : Patricia Timmermans

 Coiffures : Laetitia Doffagne

 Régie/Lumières : Philippe Fontane

 Régie plateau : Gutierrez Silva Cristian.

 Musique de scène : Daniel Dejean

 

Bravo à tous pour leur travail exalté, enthousiasmé,  passionné.

Aimer le théâtre,  faire du théâtre  c’est  une passion que  je  recommande vivement !

 « Le théâtre est une de ces ruches où  l’on transforme le miel du visible pour en faire de l’invisible ! » (Louis Jouvet)

 

 LES GEANTS DE LA MONTAGNE/ PIRANDELLO

 Jusqu’au 15  mars 2014

 


(diaporama-photos Paul Freitas – musique originale pour le spectacle : Daniel Dejean- tous droits réservés – sabam 2014)

 

THEATRE DE LA PLACE DES MARTYRS

place des Martyrs 22  1000  Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 223 32 08

 Pour ceux qui s’intéresseraient à cette pièce de Luigi Pirandello,  je leur signale  la publication de l’œuvre dans la collection «  L’Avant-scène théâtre »  n° 1215  date de parution : 1er janvier 2007.

 

LES GEANTS DE LA MONTAGNE

 Un mythe de l’Art !

 

Ils descendent de la montagne !Tous à  cheval ! Et  parés pour la fête !Vous entendez ? On dirait les rois du monde ! Allons-y ! Allons voir !

 

Merci de votre attention.

La toute prochaine « note » sera consacrée à l’œuvre de Jean Cocteau « LA VOIX HUMAINE »  que joue actuellement Monique Dorsel au Théâtre des Martyrs.

Et encore, tout tout bientôt …une surprise !

On se quitte en musique bien  entendu avec une magnifique composition de Jean-Sébastien Bach « Sarabande en ré mineur » interprétée par  la grande violoniste Anne Sophie Mutter.

 

Roger Simons


 

 

AMAZONE ( COMEDIE CLAUDE VOLTER ) Les Feux de la Rampe

 

 

Amazone web2.jpg

 

Avec Héloïse Meire et Jean-Michel d’Hoop,  on plonge dans la légende des Amazones.

 

Avec AMAZONE : on replonge  et on refait la connaissance de toute la littérature antique. Et j’aime autant vous dire, Messieurs, que nous, les mâles, nous passons un mauvais quart d’heure…

 

HELOISE MEIRE  & JEAN-MICHEL D’HOOP

Une belle association…

 

Unknown.jpg

 

 

 J’ai vu son spectacle « BABEL ERE » la saison dernière à la Samaritaine, une farce fantaisiste à la belge où els marionnettes jouaient un rôle très important.

La revoici avec «  AMAZONE »  et  ses marionnettes  qu’elle fait vivre avec la complicité de  Jean-Michel D’Hoop.

 

 

Unknown.jpg

 

Acteur, diplômé de l’Insas en interprétation dramatique. Je l’ai vu souvent joué sous la direction de metteurs en scène très connus. C’est lui qui a fondé la Compagnie Point Zéro  , avec laquelle il réalise de nombreuses mises en scène.

 

 AMAZONE

Amazone  web1.jpg

Légendes  héroïques , divines  appartenant à l’Antiquité grecque romaine…

Amazone : peuplade de femmes guerrières d’Asie Mineure…

Les Amazones se coupaient le sein droit pour mieux tirer à l’arc…

Les Amazones : des femmes courageuses, belliqueuses qui montent  cheval en s’asseyant sur le côté…

Amazone, c’est aussi le plus grand fleuve d’Amérique du Sud «  Rio de las Amazonas »

Des explorateurs  au  XVIe siècle avaient été attaqués par des amazones, probablement des groupes d’Amérindiens, lanceurs de flèches d’où l’adjectif amazonienne…

AMAZONE  , c’est la pièce d’Héloïse Meire et Jean-Michel d’Hoop  jouée  actuellement à la Comédie Claude Volter, qui recevait , il y a peu, Sacha Guitry avec  sa pièce «  Faisons un rêve » …

Comment aurait réagi Guitry face à une amazone ! Et à cette marionnette ?

 

 

cyclope2.jpg

 

 

AMAZONE

Des femmes guerrières, totalement indépendantes, à l’inverse d’une société grecque patriarcale, qui défiaient l’autorité masculine.

 Certains disent  qu’elles n’usaient des hommes que pour se reproduire.

 Singulière époque !

 Mais attention, nous sommes  dans la légende revue et travaillée par Héloïse et Jean-Michel.

 

 

amazone web 4.jpg

 

 

Héloïse et Jean-Michel : Nous avons puisé dans les mythes annexes et rencontré des créatures mythologiques telles que les sirènes ,  les cyclopes ,  les gorgones,  les hydres , qui fonctionnent comme autant de miroirs des démons intérieurs du couple…

 

Avouez, il y a un lien très clair et proche entre ces amazones  et celles de notre vingtième siècle… nos femmes quoi !

 

 

amazone web 5 .jpg

 

 

Héloïse et Jean-Michel : Au fil de nos lectures, nous nous sommes attachés à une histoire en particulier : celle de Thésée et Antiope. Deux êtres que tout oppose, à la base des sociétés antagonistes, qui se cherchent, s’aiment  et se perdent.

Une histoire d’amour bouleversante, qui interroge encore aujourd’hui nos rapports homme/femme.

 Je m’inscris à ce propos! D’une vérité absolue et plénière !

Pause


 

AMAZONE/HELOISE MEIRE & JEAN-MICHEL D’HOOP

 

Héloïse et Jean-Michel : Nous avons vécu une aventure artistique et humaine passionnante, parfois déroutante, nous confrontant à de nouvelles questions :  comment raconter cette «  étrangeté » , comment parler du couple d’aujourd’hui à travers un mythe antique ...

 

 

les2amazones.jpg

 

Un spectacle  pour nous aussi, spectateurs, absolument passionnant.

On est un peu dérouté au début  de la pièce, on se pose des questions, on ne comprend pas très bien, et puis quelques minutes plus après , tout s’installe  dans notre imaginaire qui  travaille en relation avec ce qui se passe en scène.

Et il s’en passe des choses entre Thésée , héros de la mythologie grecque – fils du roi d’Athènes, et Antiope , personnage féminin héroïque – fille du fleuve Asopos ,  et « amazone ».

 

 

lesage1.jpg

 

Ils sont excellents tous les deux  dans  l’interprétation du texte qu’il faut  jouer très rapidement et également dans leurs gestuelles…On perçoit leur complicité !

Mais ce n’est pas tout !  Ils manipulent  plusieurs marionnettes  conçues par les Artistes de la « S » Grand Atelier et leurs animateurs plasticiens.

Une esthétique «  art brut », décalée, à la fois poétique et dérangeante, en phase avec l’esprit du spectacle.

 

Héloïse Meire et Jean-Michel d’Hoop :  Nous avons puisé dans les mythes annexes et rencontré des créatures mythologiques telles que les sirènes , les cyclopes , les gorgones , les hydres …

 

Et on les voit ces monstres… en marionnettes. Impressionnant surtout les hydres, un genre d’animal de l’embranchement des  cnidaires…

On vogue dans le rêve  et on se régale en regardant  ces superbes marionnettes  aux visages effrayants.

 

 

cyclopevertical.jpg

 

 

Le jeu d’HéloIse et Jean-Michel  avec ces marionnettes est  superbe. Ils se trouvent derrière la marionnette mais on les voit moduler leurs lèvres pour faire parler tel ou tel personnage.

Les marionnettes sont tout à fait extraordinaires et sortent des sentiers battus par rapport à d’autres styles habituels et conventionnels.

 

Héloïse Meire : La marionnette est un partenaire étonnant. Elle n’est que matière et à la fois , lorsqu’elle prend vie, elle devient extrêmement troublante et émotionnellement forte !

 

 

lecouple.jpg

 

 

AMAZONE

 

Héloïse Meire  et Jean-Michel d’Hoop : Nous aimerions signaler que la « S »  Grand Atelier est un laboratoire artistique , situé  Vielsalm au cœur des Ardennes belges , qui propose une série d’ateliers de création ( arts plastiques et de la scène) pour des artistes handicapés mentaux.

 Ces artistes ne sont pas malades (juste mentalement déficients) , ils pratiquent un art journalier , abouti et souvent depuis des nombreuses années.

 

EXPOSITION A VIELSALM

Une façon de découvrir tout le travail réalisé par les artistes de la « S »  autour   d’ « AMAZONE »

Au fait, vous l’ai-je déjà dit ? Tout se termine par une naissance…

 

DISTRIBUTION

Héloïse Meire et Jean-Michel d’Hoop

Et

Axel De Boosere ( conseiller artistique)

 Pierre Jacqmin ( création musicale)

 Benoît Ausloos ( création lumière)

 Sébastien Couchard ( régie)

 Marc Defrise ( construction, décors)

 Amalia Rodriguez (assistanat)

 Catherine Ansay(production)

 Odile Ramelot( chargée de diffusion)

 

 

cyclope1.jpg

 

 

 Création ds marionnettes par les Artistes de la « S » Grand ATelier : Marie Bodson, Pascal Cornelis, Pascal Leyder, Elke Tengeen, Brbara Massart, Laura Delvaux , Rita Arimont, Christine Remacle , Léon Louis , Irène Gérard, Jean-Michel Bansart, Adolpho  Avril, Jean-Jacques Oost , Rémy Pierlot, Nicol Randsbeek

Et leurs animateurs plasticiens : Florence Monfort et Patrick Perrin

Accompagnés par Aurélie Deloche et Cécile Hupin

Une production des Compagnies Point Zéro et What’s Up ? ! et

 La Comédie Claude  Volter.

 Encore un petit monstre avant de nous séparer…

 

 

sirene.jpg

 

 

 AMAZONE /HELOISE MEIRE  /JEAN-MICHEL D’HOOP

 Jusqu’au dimanche 2 mars 2014

 

INFO/LES AUTEURS

Héloïse Meire prépare pour la prochaine saison une adaptation  de  » Dehors devant la porte  » de Wolfgang Borchert. Elle réalisera la mise en scène au Théâtre National.

Jean-Michel D’Hoop prépare pour la prochaine saison « Borgia » une comédie contemporaine de l’étonnant Thomas Gunzig.

Bonne route et bon travail à vous deux !

 

COMEDIE CLAUDE VOLTER

 Avenue des Frères Legrain  80  – 1150  Bruxelles

 Infos Réservation : 02 / 762 09 63

 

QUOI DE NEUF ?

MOLIERE !

Stéphanie Moriau ( comédienne et metteuse en scène)  répète en ce moment  « Le Malade Imaginaire  » de Jean-Baptiste Poquelin qui se jouera dans la plus pure tradition de la Comédie Claude Volter.

Première : le 19 mars prochain.

Argan :Trois et deux font cinq , et cinq font dix et dix font vingt...

 

Je quitte Argan les amazones pour rejoindre  Lotka…

De qui s’agit-il ?

 


 

Diable, je deviens un fervent de la marionnette  !

Allez , je vous laisse en  vous remerciant de votre attention et  de votre fidélité.

Dans les heures à venir, ils seront nombreux à  envahir le blog…Ce sont  » les géants de la montagne »

Quoi, qu’est-ce  qui se passe ?  Mais  ce sont  mes amies marionnettes de Toone qui viennent nous faire un petit salut…Content de vous revoir!

 

Roger Simons

 


 

 

ALI & NOUS SOMMES PAREILS A CES CRAPAUDS …(THEATRE NATIONAL )

 

…qui dans l’austère nuit des marais s’appellent et ne se voient pas, ployant à leur cri d’amour toute la fatalité de l’univers…

 

 

THEATRE NATIONAL /HEDI THABET & ALI THABET

 

Ali_05.jpg

 

 

Ce n’est pas vraiment du théâtre. C’est une rencontre « du   troisième type »  avec deux poète acrobates ,  Hedi Thabet et Mathurin  Bolze  qui , autour de quatre béquilles , une lampe ,  une chaise et un morceau de rébétiko clandestin nous entraînent dans un spectacle à couper le souffle.

 

 

Ali_03.jpg

 

 

C’est des plus impressionnant ! On reste calé sur sa chaise dans une émotion totale.

 

 

 

Ali_02.jpg

 

Le travail qu’ils exécutent est  surprenant , captivant car Hedi Thabet est un unijambiste ( perte de la jambe gauche à la suite d’un cancer) et le voir faire ainsi ses acrobaties est secouant.

 

 


 

 

 « Nous sommes pareils à ces crapauds… » est le deuxième spectacle d’une tout autre forme , axé également sur de violentes acrobaties. Ils sont toujours deux, mais vient les rejoindre la danseuse Artémis Stavridis,  qui évolue aussi dans de superbes mouvements délicats  et raffinés.

 

 

 

nous-sommes-pareils-a-ces-crapauds-qui...3cManon-Valentin.jpg

 

Bien que créées à cinq années d’intervalle, ces deux pièces sont intrinsèquement liées, se répondent et établissent un dialogue acrobatique autour de l’altérité, de l’ambiguïté et du désir.

C’est d’une grande beauté et d’une grande sensualité.

 

hqdefault.jpg

 

 

Tous trois sont accompagnés par un orchestre de quatre musiciens dirigés par Sofyann Youssef qui mêlent à la fois des musiques populaires grecques des années 20 , le rebétiko , ainsi que des compositions du tunisien Cheikh El Afrit .

 

 

 


 

 

 

Au centre de l’histoire, dans une certaine pénombre, une jolie femme en robe blanche (une robe de mariage…) et deux danseurs sur trois  « pattes »  qui se lancent dans un époustouflant  corps à corps, toujours d’une certaine violence.

Aucune parole , aucune voix ne se fait entendre, c’est de la danse acrobatique qui traduit l’amour , le désir , la liberté ; ils s’affrontent  avec fureur, virulence au rythme de musiques ensorcelantes !

 

 

 

 

Ali_04.jpg

 

 

Un ballet mouvementé, une débauche d’impulsions et de force.

Et une fois encore, c’est terriblement émouvant de voir les jeux d’acrobatie d’Hedi Thabet sur une seule jambe.

Une façon de faire comprendre toute la fatalité de l’univers.

L’ensemble réglé par la Compagnie Mpta dont Mathurin Bolze est le fondateur. Il s’interroge toujours sur les arts du cirque et de la scène avec le désir que les affinités artistiques et  humaines  soient motrices de cette recherche.

 

« Une femme et deux hommes traversent comme autant de costumes la symbolique du mariage. Face à eux, un orchestre : quatre musiciens grecs et tunisiens oscillent entre le répertoire rébètiko et celui du tunisien Cheik el Afrit. »( Extrait de « Fureur et mystère » de René Char – 1948)

 

ALI : une forme hybride pour donner à voir ce mouvement d’interrogation de l’autre, pour rire devant l’effrayant parce qu’il y a là une bête de foire, un freaks qui rôde , en chacun de nous et à nous deux.

 Un spectacle passionnant, empoignant , des mouvements de danse  diaboliques.

Un spectacle à voir sans réticence aucune.

 

 

 

Ali_06.jpg

 

 

ALI  & NOUS SOMMES PAREILS A CES CRAPAUDS QUI…

Hedi Thabet et Ali Thabet/Artemis Stavridis/Orchestre de Safyann Youssef.

Jusqu’au 1er mars 2014

 

THEATRE NATIONAL

Boulevard Emile Jacqmain  111/115  100  Bruxelles

 Info Réservation : 02 / 203 53 03

 


 

 

Le Théâtre à Bruxelles, c’est formidable de par le nombre de théâtres et la diversité  des pièces sélectionnées.

Ainsi, après ce spectacle de force du National , je vous parlerai du comédien nommé Philippe Duquesne ,  qui rend hommage à Serge Gainsbourg  au Théâtre Wolublis. J’en profite pour programmer le grand Serge pour notre fin de rendez-vous quotidien.

Merci de votre attention et de votre fidélité. Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce blog des Feux de la Rampe.Je vous en remercie.

 

 Roger Simons


 

 

ATTENTION , MAITRES CHANTEURS ( CENTRE CULTUREL AUDERGHEM )

 

C’est la direction que vous avez à prendre ces jours-ci pour gagner la grande salle du Centre Culturel d’Auderghem .

 

17/02/2014.  20h30,  le Directeur du Centre, André Baccichet, fait son petit  speech comme à l’habitude pour lancer les spectacles qui viendront  se jouer dans les prochains mois.  Les lumières de cette magnifique salle s’éteignent.

Le rideau rouge s’ouvre. On découvre alors le grand plateau  du théâtre complètement dénudé, à l’exception d’un piano noir sur la gauche de la scène et d’un grand écran dans le fond de scène.

QUE LE SPECTACLE COMMENCE !

 

 

 

C’est  l’un des spectacles les plus étonnants, les plus extraordinaires  du théâtre de divertissement  que j’ai eu l’occasion de voir depuis un long moment.

 

553337_346029558806527_1226117467_n.jpg

 C’est un spectacle musical écrit, mis en scène et interprété par deux  excellents chanteurs  d’opéra : Raphaëlle FARMAN  et Jacques GAY, entourés par Fabrice COCCITTO , un jeune pianiste rigolo et talentueux, avec également deux chanteurs/chanteuses /  aussi comédiens : Frédérique VARDA et Franck CASSARD !

 

spect-maitres-img-photos-750-5.jpg

 Nous, public, avons besoin de ce genre de théâtre qui nous fait oublier nos problèmes  quotidiens que nous vivons tous. On rit ! On s’amuse !  Et qui plus est , nous le public , avons l’opportunité de chanter avec  ces merveilleux artistes. Nous devenons en quelque sorte les choristes !

Je confirme ce qui est écrit dans le programme du C.C.Auderghem : on sort de cette soirée avec une énergie et un optimisme qui durera longtemps.

spect-maitres-img-photos-750-12.jpg

Il n’y a pas toujours des « stars »à Auderghem , mais il y a toujours des acteurs de fort belle qualité  comme  ces acteurs/chanteurs/danseurs de claquette.

 

 

GR0M4809_fond_rouge.jpg

Raphaëlle Farman est la créatrice de ce super spectacle.

Une video d’un coin de France où Raphëlle est interviewée par une radio .


 

 INFO OUVERTURE

 «  Le spectacle – Attention, maîtres chanteurs  se risque à faire chanter son public. Des fausses notes joyeuses et revigorantes. »

Et les  spectateurs se mettent à chanter en collaboration avec les artistes. C’est très ingénieux car ils voient les paroles  des chansons qui s’affichent sur le grand écran.

Les paroles sont différentes des originaux mais la musique est la même. Quel plaisir de retrouver toutes  ces chansons qui s’étalent  sur pratiquement tout le vingtième siècle.

C’est génial et d’une précision  surprenante !

Aucune bavure , aucun temps mort…C’est plein d’idées  d’inventions, d’originalité.

 

spect-maitres-img-photos-750-8.jpg

Et tous les quatre : Raphaëlle(la fondatrice de cette équipe musicale , soprano chanteuse d’opéra professionnelle et d’une beauté craquante)…

Jacques (époux de Raphaëlle , baryton – comédien)…

Frédérique( chanteuse soprano  colorature – comédienne – )…

Franck ( comédien évidemment cmme ses partenaires – vrai chanteur opéra de tessiture)…

Fabrice( pianiste comédien plein de fantaisie et de talent)

Tous les quatre se donnent  à  corps et à voix dans ce spectacle savoureux, hilarant , délirant, doté d’illustrations musicales de tout style .

Une heure trente de bonheur et de joie  dans ce tourbillon  joyeux où s’entremêlent opéras, opérettes, comédie musicale, jeux de théâtre.

Raphaëlle et Jacques ont écrit et concocté leur spectacle à partir d’opéras, opérettes , extrait de pièce classique, pour nous raconte leur histoire burlesque…

 

spect-maitres-img-photos-750-6.jpg

 EN AVANT LA MUSIQUE

Rythmée par de grands airs bien connus partant de «  La Traviata » de Verdi, la Carmen de Bizet… et tant d’autres :  Offenbach, Rossini, Mozart  , Strauss auxquelles s’enchainent des chansons de Claude François ,  Charles Trenet, Eddy Mitchell…et des extraits de West Side  Story, de Carmina Burana… et autres , on ne les compte pas !

Bref, un cocktail musical où règnent  le talent et l’humour.

Des voix superbes ( on se croirait à La Monnaie), des musiques qui nous replongent dans le passé et un pianiste inspiré.

Ce spectacle : un petit bijou !!!


 

Attention  amis lecteurs , ce n’est pas une revue , ce n’est pas un défilé de chansons les unes à la suite des autres, ce n’est pas non plus une séré de skechts qui défilent les uns après les autres sans lien c’est  un spectacle musical mais  théâtral également où  il y a une histoire

ABRACADABRANTESQUE.

spect-maitres-img-photos-750-10.jpg

 

 Celle de la famille Dugosier de la Glotte et leurs domestiques, depuis l’Age de Pierre jusqu’à nos jours…

 La  suite ? Ce soir ou un autre soir  à Auderghem.

 Chaque (je reprends des termes théâtraux) saynète est prétexte à des illustrations musicales complètement folles.

Cela virevolte en scène de la première à la dernière seconde.

Les dialogues sont déjantés, souvent drôles.

La  mise en scène  de Raphaëlle et Jacques est menée tambour battant !

 

spect-maitres-img-photos-750-9.jpg

 

 Ce spectacle va plaire aux néophytes complets en matière d’opéra…sans orchestre mais avec un piano et son pianiste bien sûr complètement déchaîné.

Probablement pas aux aficionados capables de disséquer les mérites comparés du «  Cosi Fan Tutte »  de Patrice Chéreau vers celui de Michael Haneke. Qu’à cela ne tienne !  Qu’est ce qu’on s’amuse !

C’est délicieux et revigorant !

 Et si vous avez  la patience et le temps de passer un instant au bar, vous pourrez y voir  ces cinq joyeux artistes.

Ils sont très sympathiques !

 J’aurais encore beaucoup de  choses à vous dire mais je ne veux pas  déflorer toutes les surprises qui vous y attendent.

 

spect-maitres-img-photos-750-7.jpg

  « Amusons-nous , faisons les fous… » comme disait cette vieille chanson française…

Bravos à ces cinq grands artistes français.  C’est la première fois qu’ils viennent en Belgique et sur un grand plateau de  théâtre.

Un plaisir de les accueillir au Centre Culturel d’Auderghem jusqu’à dimanche prochain.

 

 

spect-maitres-img-photos-750-2.jpg

 

 Et à moi, faites-moi plaisir aussi : ne ratez la joie de voir ce spectacle. Vous chanterez à voix haute en rentrant chez vous.

 

ATTENTION,MAITRES CHANTEURS

Jusqu’au 23 février 2014

CENTRE CULTUREL D’AUDERGHEM

Bld du Souverain 183 – 1160  Bruxelles

Info Réservation : 02 / 660 03 03

 Et ce brillant spectacle s’achève avec le lion de la MGM et le mot « The End » sur le grand  écran…de nos nuits blanches…

 


 

Merci de votre attention.

En rentrant chez vous demain ou  ce soir , fredonnez  un Trenet ou les premières mesures de Carmina Burana…

Et comme d’habitude , une musique avant la route , celle que chante nos quatre artistes : West Side Story ! Bye bye!

 

Roger Simons


 

 

 

C’EST LA FETE AU THEATRE VARIA

 

 

 

 


 

 

 

C’EST LE FESTIVAL DU THEATRE AVEC TROIS PIECES…EN REPRISE :

 

 

 

7copyDanielePIERRE.jpg

 

 

 

« LA NUIT JUSTE AVANT LES FORÊTS »  de  Bernard –Marie Koltès. Un seul en scène très intéressant joué  remarquablement par Azeddine Benamara…

Je vous ai parlé longuement de cette pièce, il y a quelques jours.

Le rideau s’est refermé sur  cette nuit épouvantable !

 

 

ENTRACTE

Le temps de changer les décors.

 


 

Ce festival  est une manière de constituer modestement une parcelle de mémoire théâtrale : celle qui s’appuie sur le nouveau des formes et des sujets en créant des spectacles originaux , et celle qui s’appuie sur l’original d’œuvres issues du répertoire en  créant des spectacles nouveaux…

C’est ce qui va se produire dans les jours à venir  avec

 

 

Société_service_01.jpg

 

 

 

UNE SOCIETE DE SERVICE

Conception et mise en scène de Françoise Bloch. Elle nous avait proposé  il y a deux ou trois mois la pièce «  Money » au Théâtre National. C’était remarquable.

La revoici avec un tout autre sujet, aussi intéressant :

 


 

 

Cette pièce est un portrait volontairement fragmenté en de courts tableaux, pour une critique , jusqu’à l’absurde , des conséquences sur l’individu d’un système fondé sur la croyance illusoire en une croissance constante de la rentabilité , voire  en un progrès sans fin.

L’interaction jeu-video-son questionne, non sans humour, l’intimité fragilisée de ces voix de la vente et de leurs coachs.

 


 

 

 

Un peu,  comme dans  « Money », les chaises de bureaux  les tables à roulettes , tout est mobile et glisse. Dans une telle perspective, quelles valeurs , quels rêves , peut encore renfermer le mot « travail » ?

 

Société_service_02.jpg

 

 

La langue de cette entreprise à l’ère néolibérale prend ici, sans même être caricaturée , des accents absurdes à  faire rire le spectateur le plus taciturne.

 

Françoise Bloch aime cette formule théâtrale entre le documentaire et la farce ! C’est tout un modèle de société qu’elle met à nu !

 

Société_service_03.jpg

 

 

Quatre acteurs  auscultent avec  un esprit ludique la réalité de ces larges plateaux  où, en rang d’oignon , des jeunes – la plupart « débutants » professionnellement – appellent le monde entier pour vendre à tout prix.

Pauses chronométrées, appels enregistrés, chiffres de vente imposés , sourires dans la voix…On se trouve dans les coulisses d’un centre d’appels.

 

L’écriture du spectacle est collective et s’est construite sur base de matériaux documentaires.

 

Les comédiens : Agathe Bouvet , David Daubresse , Pierrick De Luca,  Aude Ruyter.

Mise en scène : Françoise Bloch.

Video : Benoit Gillet, Damien Petiot, Yaël Steinmann

Lumière et régie lumière :  Marc Defrise

Régie Son :  Sébastien Courtoy

Enquêtes et enregistrement : Pierrick De Luca

Documentation : Aude Ruyter

Chant : Alberto Di Lena

Assistanat à la mise en cène : Tatjana Pessoa

Stagiaires en mise en scène :Hélène  Lac rosse , Judith Ribaerdière

Assistante communication : Manon Faure

Conception et mise en scène : Françoise Bloch

Un spectacle de «  Zoo Théâtre » 

 

 

ENTRACTE

Le temps de retirer tout ce mobilier d’un grand modernisme pour faire marche arrière dans l’histoire du théâtre russe.

 


 

 LA NOSTALGIE DE L’AVENIR

D’après «  La Mouette »  d’Anton Tchekhov.Adaptation et mise en scène : Myriam Saduis.

 


 

J’ai vu cette pièce à sa création  en janvier  2012 au Théâtre Océan  Nord. 

Myriam Saduis nous invite à découvrir cette pièce dont elle est l’adaptatrice à partir de l’œuvre d’Anton Tchekhovo : «  La Mouette »

 

Nostalgie__avenir_01.jpg

 

 

 Myriam Saduis : J’avais envie de travailler autour de Tchkhov, de son écriture qui m’a toujours fascinée et intéressée , et plus particulièrement « La Mouette » ,  puisque c’est une pièce qui parle d’un combat esthétique  au sein d’une famille. 

Le personnage central est Constantin Treplev qui semble faire tabula rasa du travail de sa mère dans le monde du théâtre pour faire exister sa propre parole sur le terrain de la création.

 

 

Nostalgie__avenir_02.jpg

 

 

Dans mon adaptation , le personnage s’appelle Kostia , un homme qui se pose de véritables questions de créateur, entre autres sur la nature de son écrture qu’il voudrait toujours radicale malgré le temps qui passe et le goût changeant du public.

J’ai décidé de commencer par la fin  de la pièce de Tchekhov : le suicide de Treplev.

Je voulais jouer de l’après coup de ces instants où l’on regarde la vie d’un proche à partir de ce qui reste.

Quelle a été la vie de cet artiste de 27 ans qui s’est donné la mort ?

 

Nina : Maintenant, je sais , je comprends, Kostia, que ce qui compte dans notre métier ce n’est pas la célébrité, pas le glamour , tout ce qui a pu me faire rêver…Non, l’essentiel c’est de savoir endurer.

 

Une démarche fort intéressante d’autant plus que l’adaptatrice Myriam Saduis signe également la mise en scène.

 

Mijanou nous confie ses impressions.

 

Mijanou  Que dire sur cette pièce très particulière qui se construit autour des personnages de Tchekhov..Pour moi , deux personnages me sont apparus très finement ciselés et magnifiquement interprétés : la jeune Irina et la mère, Nina

Cette petite fille qui poursuit une vocation de comédienne  est craquante à souhait… le personnage, et la comédienne elle-même !

Ses expressions , sa manière de se déplacer , ses minis crises hystériques sont à la fois originales et hyper-réalistes.

Un grand bravo à cette jeune comédienne , Florence Hennelynck.

Quelques très beaux passages donc , un texte intéressant avec des propos sur l’art , sur l’amour , une mise en scène recherchée…mais…par moment, j’ai eu l’impression d’être face à un patchwork un peu morcelé.

Mais ceci n’est jamais qu’une «  impression » d’une spectatrice…

 

 Merci Mijanou.

 

Les comédiens :

Florence Hebbelynck ( Irina)

Line Mahaux ( Nina)

Tessa Volkine ( Pétra, la grande sœur)

François Demoulin (Boris , l’écrivain)

Fabrice Dupuy ( Dorn, un ami)

Pierre Verplancken( Kostia  le jeune fils qui se suicide)

Traduction : Antoine Vitez

Avec des textes additionnels de Meyerhold , Philip Roth, Marylin Monroe, Shakespeare , Racine.

Scénographie : Anne Buguet

Vidéos : Joachim Thôme

Montage son : Brice Cannavo

Montage musique : Jean-Luc Plouvier

Lumières : Michel Devigne

Coach mouvement : Vincent Dunoyer

Assistanat  à la mise en scène : Murielle Texier

Assistanat à la scénographie : Lucile Urbani

Adaptation et mise en scène : Myriam Saduis

Un spectacle de la Compagnie « Défilé »

Armelle Helliot(Le Figaro) : Une plongée grisante , déchirante, au cœur du continent non encore complètement exploré !

 

C’EST LA FETE DU THEATRE  AU VARIA !

Avec trois spectacles complètement différents.

Mon conseil : voir ces trois spectacles . Renseignez-vous au théâtre car il s’y passe des tas d’évènements plaisants , des prix de places réduits , des horaires multiples.  Ca bouge au Varia !

 

THEATRE VARIA

Rue du Sceptre 78 1050  Bruxelles

Infos Réservations :  02 / 640 35 50

 

Voilà. 

A tout bientôt avec  le grand spectacle qui se joue au Théâtre des Martyrs : « LES GEANTS DE LA MONTAGNE  » de Pirandello.

Je vous laisse en compagnie de la chanteuse française Anne Ducros qui sera au Théâtre 140 le 22 février prochain. Merci de votre fidélité.

A vous revoir.

 

Roger Simons

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA COMPAGNIE DES SPECTRES (THEATRE WOLUBILIS )

 

D’après le roman de Lydie Salvayre.

 

 

ZABOU BREITMAN

 

 

 

540040zaboubreitman.jpg

 

 

Une performance pour cette actrice française qui nous a souvent étonné dans ses interprétations tant à la scène qu’à l’écran.

Elle nous revient avec ce spectacle qu’elle a conçu, mis en scène et joué.  Une réelle présence  dans ce «  seul en scène ».

 

 

image.php.jpg

 

 

Zabou, de son vrai prénom Isabelle, apparaît  sur le petit écran dans la série de « Thierry la Fronde », l’un des plus grands feuilletons de la télévision française  des années 60 où l’on découvre Jean-Claude Drouot et  la petite fille Zabou qui a six ans , lancée par son père , scénariste du feuilleton.

Petite fille adorable fera son chemin…

Et ses vrais débuts se font avec « La Boum 2 »  et tout de suite après « Elle voit des nains partout », nous sommes au début des années 1980.

Ses talents sont multiples et est sollicitée de partout.

Le théâtre entrera bien vite dans sa  carrière où elle jouera entre autres  « Elle voit des nains partout … »

 

LA COMPAGNIE DES SPECTRES

Ce« seul en scène » est très inspiré du roman de Lydie Salvayre.

 


 

L’histoire se déroule dans l’appartement d’une mère et sa fille.

Un huissier est venu briser le cercle de leur solitude. Il est chargé de dresser l’inventaire des biens avant la saisie. Malgré lui, il va se trouver au cœur d’une tourmente verbale, riche en imprécations , en exorcismes de mauvais souvenirs et en exhortations diverses.

 

LA COMPAGNIE DES SPECTRES /WOLUBILIS

 

Cette pièce ravive la mémoire d’une France délatrice et collabo.

 La vie de Rose, la mère, s’est arrêtée en 1943. Elle prend l’huissier pour un collabo et hurle contre le maréchal «  Putain ».

Pendant cet état des lieux, la fille raconte sa mère qui raconte sa propre mère, remontant deux générations jusqu’à ce drame familial sous l’Occupation , et le régime de Vichy qui perdurera jusqu’à aujourd’hui .

 Le spectacle décrit le rapport de l’intime et du politique, avec finesse et virtuosité.

A travers cette narration  de l’histoire jouée par une seule comédienne, ses anecdotes, ses pirouettes , Lydie Salvayre touche à la condition des familles et de leur lourd héritage, tape là où ça fait mal.

 Un thème douloureux certes  mais  saupoudré  d’humour et d’une certaine folie.

 


 

Un exploit pour Zabou qui joue trois générations de femmes : la fille, la mère et la grand mère, et l’élément perturbateur : l’huissier.

Une magnifique acrobate que Zabou qui glisse avec souplesse d’un corps à l’autre et qui saute les époques avec une surprenante légèreté !

 Elle  plonge dans une énergie débordante.

 C’est un réel plaisir de retrouver cette comédienne, non seulement dans cette excellente pièce, mais aussi   dans un travail d’actrice tout à fait remarquable.

 Un journaliste français : C’est du grand art , de quoi émouvoir sans plomber , faire sourire et trembler !

 Un deuxième journaliste français :  Zabou Breitman est stupéfiante ,  nous embarquant à elle seule avec ses trois personnages dans l’un des thèmes graves de l’Histoire.

 

LA COMPAGNIE DES SPECTRES

 

 

Compagnie des spectres@BM Palazon.JPG

 

 

Un spectacle écrit d’après le roman de Lydie Salvayre, adapté, mis en scène , scénographié et joué par Zabou Breitman.

 Production : Théâtre Vidy-Lausanne.

 Co-réalisation : Théâtre Silvia Monfort(Paris)

 Il y a encore un moment très fort dans ce « seul en scène ». A vous de l’identifier si vous allez voir ce très beau spectacle ce soir  à 20h30.

 INFO

Toujours au Wolubilis , vous pourrez applaudir dimanche prochain, 16 février à 11h  , notre grande et talentueuse comédienne Jacqueline BIR, qui nous fera la lecture de l’œuvre de Jacqueline Harpman «  La Lucarne » , mise en espace par Jean-Claude Idée. 

 

WOLUBILIS

Cours Paul Henri Spaak – 1200  Woluwé Saint-Lambert

Infos Réservation : 02 / 761 60 30

 

A tout bientôt ! Que vous proposer comme musique et chanson ? Ah oui, j’allais l’oublier : Ce soir, au Palais des Beaux-Arts :ISABELLA ROSSELLINI

 


Non, non, elle ne chantera pas. Elle nous fait l’amitié de venir deux jours à Bruxelles pour son spectacle  mis en scène par Jean-Claude-Carière (Une référence !) GREEN PORNO ou « la sexualité chez les animaux ».

Un petit extrait pour nous régaler. Très chouette !

Merci de votre fidélité.

A demain.